OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Communiqué du Bureau politique du PPS    Edito : 16 ans et toujours rien !    La CGEM et les institutions internationales lancent une plate-forme collaborative    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Crise de transparence    La CGEM promeut la médiation bancaire    Le kilogramme a changé de définition... L'ampère, le kelvin et la mole aussi    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Examen du Bac: Des dates problématiques!    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Elections européennes: Les réformes passées au crible    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Divers sportifs    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sortie nationale de "La cinquième corde" de Selma Bargach
Publié dans Libération le 25 - 06 - 2011

Mégarama a abrité, mardi dernier, la projection en avant-première du premier film de la jeune réalisatrice Selma Bargach, intitulé "La cinquième corde" dont la sortie nationale est prévue à la fin du mois de juin.
La projection qui a connu une grande affluence, a été notamment marquée par la présence d'artistes, intellectuels, journalistes et de critiques d'art. Tous ont salué cette première expérience qu'ils ont jugée assez prometteuse.
D'ailleurs, avant cette projection, Selma Bargach n'a pas caché son optimisme quant à la réussite de son film qui a déjà participé à certains festivals et a été bien accueilli, surtout au Festival de Tanger.
Pour la productrice, Rachida Saâdi, cet accueil favorable est dû au fait que la réalisatrice dispose d'un langage cinématographique original et qu'elle maîtrise la technique sans oublier l'histoire du film qui se démarque nettement par sa thématique.
Ce mélodrame, puisque le film de Selma en est un, a par ailleurs réussi à faire voyager les téléspectateurs dans différents endroits du Maroc : Casablanca, Tanger ou encore Essaouira. Le repérage était réussi surtout que les lieux choisis sont chargés de symboles historiques.
Ayant obtenu le prix du meilleur son et une mention spéciale du jury au Festival national du film de Tanger, «La cinquième corde» a été sélectionné respectivement dans les festivals de Khouribga, du film de musique de Kicheon en Corée du Sud, du film arabe Fameck à Metz, du film arabe à Bruxelles et du Cinealma à Carros en France.
L'histoire relate le parcours créatif de Malek, passionné de luth et qui arrive chez son oncle Amir, maître de musique. Amir veut révéler le secret de la 5ème corde mais il se rend vite compte de l'audace de son neveu. Malek rencontre Laura, qui lui donne l'énergie suffisante pour poursuivre son rêve.
C'est le parcours d'un jeune musicien, qui fera tout pour arriver au bout de sa création. Pour trouver sa voie, Malek devra accepter le temps du doute et de la recherche, respecter les dons que la vie nous offre mais aussi les obstacles. Sa recherche, c'est aussi l'aspiration d'une nouvelle mélodie, d'une nouvelle vision sur une culture enracinée depuis des siècles, un regard en quête de tolérance.
Née à Casablanca, Selma Bargach étudie l'art et le cinéma expérimental à la Sorbonne à Paris. Elle a réalisé des courts-métrages avant de se lancer dans le long-métrage et a soutenu un doctorat sur le thème "Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain".
De retour au Maroc, elle a travaillé en tant qu'assistante avant de s'attaquer au court-métrage.
Selma optera pour le long, car son film la confortera dans la voie qu'elle veut poursuivre. "Un long-métrage, explique-t-elle, demande beaucoup d'endurance et de travail bien que le processus reste le même. Un long-métrage, c'est aussi la cohabitation avec une équipe artistique et technique dont il faut savoir être à l'écoute et avec qui il est impératif de communiquer, de partager et surtout, de rester sensible à son univers".
Un nouveau film qui étoffera la cinémathèque marocaine et renforcera le registre du cinéma national surtout qu'il allie mélodrame et documentaire en ce sens qu'il donne un aperçu sur l'histoire de la 5ème corde introduite dans le luth par Ziryab. Cette innovation a entraîné des dimensions infinies et donné lieu à des sonorités exceptionnelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.