Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La littérature marocaine de langue française entre le thérapeutique et l'esthétique
Publié dans Libération le 15 - 08 - 2011

Les relations de la psychanalyse et de la littérature paraissent évidentes. Elles sont pourtant tumultueuses, et comme l'affirme Julia Kristeva, paradoxales. Cet écrivain analyste n'hésite pas à avancer que ce rapprochement serait scandaleux. Tout le monde connaît le point de vue de Freud. « Dans mon esprit, dit-il, je compose toujours des romans, en m'appuyant sur mon expérience de psychanalyste. J'aimerais devenir romancier, mais pas encore, plus tard peut-être » et son texte sur « l'Homme Moise et la religion monothéiste » a comme sous-titre « un roman historique ». Sophocle a aidé si l'on peut dire à l'élaboration du concept d'Oedipe et Shakespeare à l'étude de la pulsion de mort Nous savons que des écrivains illustres comme J.L Borges et Gilles Deleuze étaient résolument contre et que d'autres comme Samuel Becket, Pierre-Jean Jouve, Michel Leiris, résolument pour. Il y a des psychanalystes qui se veulent ou prétendent être écrivains, il y a des écrivains qui usent des techniques psychanalytiques pour écrire des romans et on a vu des patients faire du récit de leur cure un texte qui se voulait littéraire («Marie Cardinal - Les mots pour le dire»). Freud considérait que des écrivains avaient été précurseurs de la psychanalyse. L'anthologie intitulée (Le pays intérieur, voyage au centre du moi) d'Anne Maurel s'est autorisée de cet avis pour réunir en un même volume, Kafka, Rilke, Proust, Dostoïevski, Baudelaire, Constant, Stendhal, G. Sand, G de Nerval et bien d'autres.
Et si je ne me trompe, il y a actuellement une discipline dans des cursus universitaires qui s'appelle littérature et psychanalyse et des professeurs de littérature et psychanalyse.
Mais ce n'est pas notre propos; ce que nous tenterons de faire pour ce qui est de la littérature marocaine de langue française, c'est ce que Julia Kristeva a fait dans sa conférence « Psychanalyse et littérature » quand elle a étudié les œuvres de Mallarmé, de Proust et de Céline. En plus modeste, cela va de soi.
Elle a commencé par montrer comment la psychanalyse nous aide à comprendre les œuvres de ces écrivains et comment leurs œuvres confortent l'approche psychanalytique, mais aussi et surtout comment travaillant le langage, ces écrivains produisent de nouvelles formes de beauté, tentent et réussissent une révolution du langage poétique, cherchent comme Mallarmé «le mot total».
En suspendant le sens, ils accèdent et nous font accéder à cette étrange étrangeté qu'est la beauté des mots, en somme ils nous font quitter le sens des mots pour aller au-delà des mots et de leur signification pour nous en faire apprécier la saveur, l'incandescence, les correspondances, pour donner un sens non au sens mais à plutôt un sens à l'ailleurs du mot, au renouveau du mot, un ailleurs et un inconnu un nouveau très baudelairien.
La recherche du plaisir que procure l'ailleurs du langage ainsi réinventé, renouvelé est la raison d'être de l'acte d'écrire ; le dévoilement du sens, de l'énigme, le déchiffrement, sont par contre la condition d'être du récit analytique, de l'acte de se dire.
Toutes les deux travaillent le langage, l'une pour le renouveler, l'autre pour en dévoiler le sens caché.
L'anamnèse en donnant un sens aux mots cachés du récit fait par le patient l'aide à guérir des souffrances traumatiques. Le récit littéraire en réinventant les correspondances des mots installe le lecteur dans l'invention esthétique et crée un nouveau langage, langage qui serait unique, qu'aucun écrivain n'a utilisé avant, qu'aucun n'utilisera après. Singulier. Notre propos est d'essayer de voir ce qu'il en est de cette approche dans le cadre des récits que nous propose la littérature marocaine de langue française. Le titre que j'ai donné à cette intervention hésite à choisir entre la thérapeutique et l'esthétique, mais vous vous en doutez, j'affirme sans hésiter que ces récits sont pour moi plus de l'ordre du thérapeutique que de l'esthétique.
Et ce n'est pas chez un analyste thérapeute que je trouve l'argument qui justifierait cette affirmation mais chez un poète qui n'a pas la célébrité que confèrent les best-sellers parce que ses écrits ne veulent pas l'être mais qui est de nos jours un des meilleurs ciseleurs de la langue française.
Christian Bobin écrit dans son texte intitulé « Le livre inutile » ceci : « Les grands auteurs ne sont pas des écrivains. Un écrivain, c'est quelqu'un qui parle de lui, qui désire qu'on en parle. Un écrivain c'est quelqu'un qui cherche à être quelqu'un. Il a des idées… Un grand auteur n'a pas d'idées… n'écrit pas avec des idées… il écrit…, des livres singuliers, des livres à un seul exemplaire…».
Etudié sous cet angle quelque peu insolite mais qui, à mon avis, rejoint la perspective d'analyse de Julia Kristeva, la littérature marocaine de langue française en dépit des réussites incontestables, est plus une littérature d'écrivains que d'auteurs. Une littérature qui cherche à donner un sens au récit, plus qu'une littérature qui invente des mots, les réinvente et recrée la beauté des mots.
Elle se présente comme une littérature qui parle d'elle-même plus qu'elle « ne secoue les lettres mortes », les expressions asséchées , plus qu'elle ne s'intéresse à l'alchimie des mots , à leur musicalité ,une littérature pour dire comme Julia Kristeva qui ne suspend pas le sens « pour nous engloutir dans l'émotion » une littérature qui n'est pas « un opéra du déluge », (l'expression est de Céline) mais une littérature qui noie le lecteur dans un déluge d'idées , de réflexions .
On s'attend évidemment à ce que le premier argument que j'utiliserai pour défendre cette thèse serait que le genre autobiographique est dominant dans cette littérature. La critique littéraire l'a relevé et il n'y a pas lieu ici de parler du genre autobiographique mais tout simplement de s'interroger sur le pourquoi de sa permanence, de sa domination du Passé simple de Driss Chraïbi, à Parcours immobile d'Edmond Amran Elmaleh à Ishmaël ou l'exil de Zaghloul Morsy, au récit d'Abdellatif Laabi Le fond de la jarre.
Je ne cite que ces romans, mais les œuvres de Hmoudane, de Leftah, de A. Taia sont autobiographiques plus d'un demi-siècle après Driss Chraïbi
Qu'est-ce qui explique cette permanence, justifie cette domination ? Qu'est ce qui fait qu'au lieu d'un déclin de la curiosité psychique pour qu'enfin l'on puisse s'émerveiller de l'émergence d'une littérature de sensations esthétiques l'on assiste tout au contraire à un essor de cette curiosité de soi pour soi; narcissique, et lancinante et qui permet au jeune A.Taia de s'écrier dans un article «Je suis un autobiographe ?».
Comme pour Driss Chraïbi le premier d'entre eux, le genre autobiographique est encore aujourd'hui le véhicule du thème de la révolte, révolte contre le nous, révolte contre le père, contre l'autorité et les pouvoirs quels qu'ils soient, contre la famille, le pays, la patrie, le quartier, l'école, les maîtres, la religion, le passé, le présent. Ils se révolteraient contre l'avenir s'ils en entrevoyaient un.
La fonction paternelle freudienne, ce surmoi génèrerait-il un malaise permanent pour que les traumatismes soient à ce point identiques pour que A Taia, ou Hmoudane, souffrant des mêmes souffrances que Driss Chraïbi un demi-siècle plus tard, usent du même procédé, parfois des mêmes mots pour exprimer une même révolte et décrire la même incision entre eux et leur société, le même gouffre qui les sépare, le même néant qui les guette ?
Cette littérature va offrir au lecteur d'hier, d'aujourd'hui et certainement de demain le même spectacle d'une identité brisée et fracassée. Nous ne ferons pas la liste de ces ruptures, de ces incisions mais rappelons tout simplement celle que provoque la césure inaugurale, celle où à l'école de l'étranger, au contact de cette langue qui lui est étrangère, enfant, futur écrivain prendra conscience de la singularité de son moi et de l'étranger qui est en lui , qui est lui, qu'il est devenu.
Nazir Hamad dit: «Il n'y a pas d'origine que divisée», Morsy parle «des balbutiements du même et de l'autre». Dans son roman, sa mère dit: «Tu portes en toi les semences et les promesses de deux écoles» et Khatibi écrit : «Naissant à l'écriture, l'écrivain refonde son identité divisée et ressoudée par et dans le langage, ce lien indestructible de la séparation ». Cette scène inaugurale de la division fait de l'enfance le thème incontournable de cette littérature. On la retrouve fréquente dans ce corpus et c'est elle qui préside à l'émergence du je du narrateur et en même temps de l'autre je, celui qui écrira la narration, le producteur du récit, du texte.
A suivre

De la note et autres lectures d'été

Depuis quelque temps, la mode est d'oublier la canicule en plongeant dans les eaux glacées de Scandinavie. Glacées et glauques. Henning Mankell et Stieg Larsson (la trilogie du Millenium), pour une fois vedettes méritées du box office, nous ont convaincus que le modèle suédois, si souvent mis en vitrine par nos politiciens, cachait dans son arrière-cour néo-fascistes en liberté, égoïsme d'une société qui a peur de perdre ses acquis et mépris des étrangers. Ça vous rappelle quelque chose ?
Ajoutez-y le Norvégien Gunnar Staalesen (éd. Gaïa), dont le dernier opus, L'écriture sur le mur, est excellent. Une radiographie frissonnante de la « bonne société » de Bergen.
A ce propos, d'aucuns auront peut-être la curiosité de feuilleter le nouveau thriller hennuyer, intitulé sobrement La note, d'Elio Di Rupo. Hélas, si les éléments de l'intrigue ont été habilement semés tout au long des pages, le dénouement est tout à fait improbable. Certes, le héros a emprunté quelques éléments de la panoplie de Sherlock Holmes : il lit dans la boue laissée par ses prédécesseurs et pratique l'art du déguisement. Mais le méchant n'est pas puni et le crime reste inexpliqué. Croisons les doigts pour que l'auteur ne finisse pas avec son plus redoutable ennemi, au fond de la cascade de Coo, tels Holmes et Moriarty disparaissant ensemble dans le gouffre de Reichenbach.
Je me demande s'il ne vaut pas mieux laisser La Note en attendant ses redoutables clones, La Note-le retour, et Les Enfants de la Note. Plutôt emporter Le Droit au Retour, du romancier hollandais Léon De Winter (éd. du Seuil).
Ecrit avec la verve et le rythme d'un écrivain américain, Le Droit au Retour commence dans un futur plus ou moins proche dans un Israël réduit à une peau de chagrin. Un personnage, autrefois un brillant prof d'université revit sa vie défaite depuis que son fils a été enlevé une vingtaine d'années plus tôt alors qu'il vivait dans la banlieue d'une ville américaine.
Rien de sinistre pourtant dans ce récit mais un portrait décapant, ironique et profond de notre époque.
Curieuse coïncidence : dans Arrêtez-moi là !, de Ian Levinson – et non d'Elio Di Rupo – (éd. Liana Levi), il est aussi question d'enlèvement d'enfant. C'est même ce qui conduit le narrateur, un chauffeur de taxi sympa et miteux, en prison. C'est lui qu'on soupçonne du crime.
Le récit de cette erreur judiciaire devrait ravir tous ceux que le feuilleton DSK commence à fatiguer. Rodomontades du procureur, avocat acharné, etc. L'humour en plus.
L'humour, c'est ce qui manque le plus depuis un an dans la saga belgica, qu'on la lise en latin ou en esperanto.
Par Alain Berenboom
Ecrivain belge


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.