Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





18ème édition du Prix Grand Atlas : Zakya Daoud, Mehdi de Graincourt et Hassan Amrani primés
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2011

La littérature était en fête. Et pour cause, la résidence de l'ambassadeur de France à Rabat a accueilli ce mercredi 19 octobre le Prix Grand Atlas où un jury présidé par Azouz Begag a récompensé la littérature francophone du Maroc. Cette année, cette manifestation s'est tenue en automne afin de coïncider avec les autres prix littéraires et a été étendue à trois catégories d'ouvrages : l'édition jeunesse, l'essai francophone et la traduction en arabe d'un essai francophone
Créé il y a vingt ans, le Prix Grand Atlas s'impose aujourd'hui comme l'un des événements incontournables de la vie culturelle marocaine. Ce prix littéraire est attribué chaque année à des écrivains, artistes et intellectuels marocains et favorise aussi bien le roman, le livre d'art, les essais que le livre pour la jeunesse. Il est destiné à promouvoir et récompenser des ouvrages publiés par des éditeurs marocains.
Pour sa 18ème édition, le Prix essai francophone a été décerné à Zakya Daoud pour son ouvrage «La diaspora marocaine en Espagne» (La Croisée des chemins, 2011). Une récompense amplement méritée pour un monument de l'écriture qui a déjà reçu le PGA en 2009. Quant au Prix jeunesse, il est revenu à Mehdi de Graincourt dans «Raconte-moi Ibn Battouta » (Yanbow Al Kitab, 2008). Dans un flot d'émotions, l'auteur s'est dit heureux de réaliser un ancien rêve. «C'est le livre que j'aurais aimé qu'on me lise étant petit», a-t-il déclaré et d'ajouter : «Je le dédie au Prince Moulay Hassan». De Graincourt, écrivain et artiste-peintre, est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment le livre "Ibn Al Arabi, les révélateurs de Fès et Marrakech", une biographie du soufi andalou des XIIe et XIIIe siècles et "Leur Maroc - regards d'écrivains, artistes, voyageurs venus d'ailleurs", (Malika Edition, 2010).
Le Prix de la traduction a récompensé Hassan Amrani pour son travail se rapportant au livre de Paul Ricoeur «La critique et la conviction» (Calmann-Levy,1995, Toubkal 2011).
Un prix de 40.000 DH a été remis à chacun des auteurs et traducteur récompensés par Bruno Joubert, ambassadeur de France au Maroc et Azouz Begag
S'exprimant lors de cette manifestation de remise des prix, l'ambassadeur a déclaré que le but de cette manifestation est double et se traduit par le soutien aux auteurs et éditeurs auxquels il a rendu un vibrant hommage vu les difficultés de leur métier. D'ailleurs pour lui, «publier un livre est toujours une aventure». Quant à Azouz Begag, il a salué les efforts louables déployés par l'ambassade de France afin de promouvoir la culture et par là la Francophonie. Ce fils d'émigrés algériens qui s'est lancé plusieurs défis a, somme tout, bien réussi à les relever, car Azouz Begag est un personnage qu'on ne présente plus. Homme politique, il est aussi connu dans le monde des lettres. Il a ainsi a publié une vingtaine de livres dont la plupart ont pour sujet les différents problèmes auxquels sont confrontés les jeunes d'origine maghrébine, pris entre deux cultures, tradition et modernité: pauvreté, racisme, chômage, auto-destruction, désespoir.
En 1989 est paru le roman de sa jeunesse «Béni ou le paradis privé». Il y décrit, entre autres, la discrimination que subirait une partie de la population dans les années soixante-dix. Plus récemment dans «Les Chiens aussi» (1995), s'exprime le profond désir de révolte des jeunes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.