Crowdfunding: Le mode opératoire    arrestation d'un individu impliqué dans une grande opération d'escroquerie à Casablanca    CGEM : Le futur patron fait le point sur son programme    S.M le Roi lance la réalisation d'une Cité des arts et de la culture et inaugure un complexe intégré de l'artisanat    Les réformes politiques et la résilience du tourisme devraient stimuler la reprise de la croissance du Maroc    Un consortium maroco-français va construire une centrale solaire de 120 MWp à Gafsa en Tunisie    Des milliers de binationaux en plus    Le Maroc exprime son profond étonnement quant à son exclusion de la conférence sur la Libye    Liga : Le Real prend provisoirement les commandes    Premier League : City cale déjà, Chelsea surpris par Newcastle    Le Sept national se qualifie au deuxième tour de la CAN de handball    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Amir Al-Mouminine remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme organisé dans les mosquées    L'œuf n'est pas mauvais pour la santé    Masterclass sur "la VATS lobectomy" au profit de 12 spécialistes de la chirurgie thoracique    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Signature à Pékin de deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Mohamed Marouazi : Mes ambitions vont plus loin que d'être un acteurc    Forum stratégique maroco-égyptien : les participants saluent l'ouverture de consulats dans les provinces du sud    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Le grand rendez-vous!    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec Mohamed Rouicha
Publié dans Libération le 29 - 12 - 2011

Modeste, convivial et d'une rare simplicité que seuls les grands artistes connaissent.
Si Mohamed Rouicha, l'une des figures marquantes de la chanson amazighe, a accueilli dernièrement «Libé» et a bien voulu répondre à nos questions pour parler de sa vie artistique, son patrimoine culturel amazigh et de ses projets…Rencontre.
Libé : Le public marocain connaît Rouicha comme l'un des chanteurs populaires les plus appréciés. Pourriez-vous nous éclairer sur votre parcours artistique ?
Mohamed Rouicha : Natif du Moyen-Atlas et plus précisément de Khénifra en 1950, j'ai aimé dès mon jeune âge la musique populaire. J'ai toujours apprécié l'instrument de « L'outar ». Je me considère dans ce domaine comme le disciple de feu Hammou El Yazid et Bouzekri. C'étaient les meilleurs joueurs de cet instrument à l'époque. Plus tard, j'ai fait mes débuts sur la scène nationale en 1964 à la RTM avec l'aide d'Ahmed Ryane, Charaf Si Mohamed et d'autres. Pour moi, c'est une période d'amateurisme où l'on chantait la joie et la liesse populaire après l'Indépendance. Durant les années 70, les choses ont changé. J'ai puisé dans la poésie amazighe riche en sensibilité qui reflète les soucis de la société et les sentiments humains. C'est l'époque aussi des enregistrements des 33 tours des soirées publiques…Après, c'est normal, c'est la maturité, la recherche, le professionnalisme…
On remarque que vos chansons, qu'elles soient en berbère ou en arabe, sont tristes et mélancoliques.
Dans un sens, c'est vrai. Ma situation d'orphelin précoce a eu peut-être un impact sur le choix des paroles et des mélodies. Mais ce n'est pas toujours vrai. J'ai chanté aussi la gaieté, la joie, l'amour et le bonheur. De plus, je crois que l'artiste doit exprimer les soucis et les souffrances de la société où il vit. Et ma foi, les gens aiment qu'on chante leur douleur. D'ailleurs mes tubes qui ont eu le plus de succès véhiculent un air mélancolique. J'aime chanter les préoccupations profondes et de l'individu et de la société. Pour ce faire, la poésie amazighe en est un support adéquat. Je saisis l'occasion pour saluer la nouvelle Constitution qui présente l'amazigh comme langue nationale au même titre que l'arabe.
Vous êtes chanteur, compositeur et souvent parolier. N'est-ce pas là une emprise négative pour le style Rouicha, je veux dire pour la relève, la continuité ?
La préservation et la promotion de la culture amazighe en général et du patrimoine musical en particulier sont l'affaire de toute la société. C'est un élément essentiel de la culture diversifiée au Maroc. C'est le cas du Marsaoui, de l'Aïta aussi qui méritent une attention particulière. Il faut procéder à une archivation de ces arts populaires comme on l'a fait pour la musique andalouse et le Malhoun, faire des études académiques sur la chanson amazighe, créer des conservatoires régionaux pour l'enseignement des arts. C'est une responsabilité nationale et non seulement d'une seule personne. C'est à ce moment-là qu'on peut parler de continuité et de relève. Et je suis prêt à y participer.
N'avez-vous pas songé à l'instar d'autres chanteurs populaires à introduire des instruments modernes dans votre musique ?
Je préfère développer plutôt le côté chorégraphique dans ma troupe. Les poèmes amazighs racontent généralement des conditions humaines et sociales, nous pourrions adapter des opérettes musicales pour dramatiser par le geste, la danse et la musique ces situations, mais les potentialités et les moyens matériels font défaut. C'est une entreprise onéreuse et les conditions de l'artiste marocain, vous les connaissez … (rire de Rouicha). Il n'a pas de couverture sociale, pas de retraite, pas de reconnaissance. J'espère que cela changera. Donc on est obligé, en tant qu'artiste, d'être prévoyant et de tenter d'assurer sa vieillesse dès maintenant mais également assurer l'avenir des enfants.
Et le cinéma ?
C'est beau ! (rire). Bon, pour le cinéma, je ne peux me vanter d'être un acteur, mais je crois que la musique Rouicha a été souvent utilisée dans des films même aux Etats-Unis. J'aurais aimé que les cinéastes marocains me donnent l'occasion de contribuer à une œuvre marocaine sur le plan purement musical. Quant au clip, j'y pense mais les conditions ne sont pas encore réunies pour ce genre de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.