Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    L'ouverture de consulats au Sahara marocain témoigne de l'intégrité territoriale du Royaume    Youssef Amrani : « l'Afrique est au cœur de l'identité marocaine »    Rencontre à Azilal pour débattre des différents moyens à mobiliser    L'année s'ouvre par un repli de l'indice des prix à la consommation    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    La Kechoise Marrakech    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Les retrouvailles tant attendues entre les étudiants rapatriés de Chine et leurs familles    Nador : le ministère de la Santé dément la contamination d'un Subsaharien au coronavirus    Celui qui vient de l'avenir : Abdelkébir Khatibi    Italie : à cause du coronavirus, des Marocains se trouvent actuellement isolés à Codogno    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spécial Culture 2011
Publié dans Libération le 31 - 12 - 2011


Mustapha Salamat
L'une des figures emblématiques du théâtre marocain. En 2011, Mustapha Salamat nous a quittés à l'âge de 67 ans. Connu pour ses rôles avec la troupe Maâmora et son charisme très particulier, ce comédien était plutôt réservé et discret. Les seules lumières qu'il aimait étaient celles des planches, car elles lui permettaient de s'exprimer et de vivre ses moments glorieux, mais aussi de dire tout l'amour qu'il vouait à cet art sublime. Qui pouvait ainsi le connaître mieux que le dramaturge Tayeb Seddiki? «Au théâtre, Mustapha Salamat avait un talent fou; il jouait des rôles surprenants. C'est un monument», dit-il dans un témoignage posthume. Le cinéma n'était pas son domaine de prédilection, mais plusieurs réalisateurs le privaient de jouer dans leurs films dans des rôles plutôt complexes qu'il est seul à camper.
Habiba Madkouri
Elle a ensorcelé l'ouie de tous les Marocains, bien avant l'Indépendance. Sa voix pénétrante et profonde lui a permis d'animer aussi l'imaginaire des auditeurs de la radio nationale, bien avant que la télévision ne s'installe et leur permette ainsi de voir celle qui restera leur diva à jamais. La comédienne Habiba El Madkouri est décédée à l'âge de 84 ans. Elle nous a quittés laissant un répertoire riche et varié. Elle était la première jeune fille à avoir joué un rôle dans une pièce théâtrale dans les années 1950. Elle interprète l'un de ses premiers rôles dans "L'avare" de Molière. La défunte était célèbre pour avoir campé plusieurs rôles dans des séries radio dès 1949, avant de participer à des œuvres dès l'apparition de la télévision au Maroc.
Abdenbi Jirari
Un autre virtuose nous a quittés en cette année 2011. Abdenbi Jirari, parolier et compositeur, est un précurseur de la chanson marocaine moderne. Déjà en 1945, le défunt a créé son premier orchestre moderne sous le nom d'"orchestre de l'Union artistique rbatie". L'objectif à l'époque était d‘insuffler cette fibre patriotique à la jeunesse et au peuple, appelant ainsi à la mobilisation nationale contre l'occupant. En compagnie d'Abdelkader Rachdi, ils avaient tous les deux enthousiasmé les foules par des chansons patriotiques. Grâce à l'émission de télévision «Mawahib», dont il était l'initiateur, il a pu découvrir de nombreux talents. Toute une génération d'artistes a vu le jour dans la décennie des années 60, dont Samira Said, Naima Samih, Aziza Jalal et la défunte Raja Belmlih.
Nba
Le fromage de la chanson amazighe est décédé plus tôt que prévu. Le défunt artiste n'avait que 28 ans. Celui que les intellectuels amazighs ont choisi comme le meilleur chanteur de l'année 2010 avait déjà, à son actif, quatre albums. Artiste prolifique, mais aussi engagé réellement. Il chantait l'amour, le terroir, la femme amazighe, les enfants déscolarisés, les autorités sans politique de développement… il chantait la vie tout court. Une perte en pleine maturité. Il venait d'achever son quatrième album «Message to Obama». Artiste polyvalent : chanteur, compositeur, artiste peintre et poète, il était déjà en train de penser l'art à l'international. Il venait de s'ouvrir sur des horizons divers. Les Saghru Band continuent sans lui, une aventure qu'assume son jeune frère Khalid Oularbi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.