Idiotorial : L'ovalie a son virus    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Météo : le temps et les températures prévus ce lundi au Maroc    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pénuries, salinité de l'eau et pollution : Zagora frôle la catastrophe écologique
Publié dans Libération le 03 - 07 - 2012

Un drôle de commerce se développe ces jours-ci à Zagora. Il s'agit de la vente de l'eau potable à la population de la ville par des particuliers venus des régions avoisinantes. Et pour cause, les coupures récurrentes de l'eau et sa salinité jugée très forte. Les taux prélevés dans l'eau locale dépassent le seuil fixé à 150 mg par litre. Ils ont atteint aujourd'hui 1.050 mg/lit contre 650 en 2011. Les écologistes de la région estiment que la ville risque de connaître une vraie catastrophe écologique si rien n'est fait à temps.
«La situation est grave. La ville endure une pénurie d'eau dramatique conjuguée à l'augmentation de la salinité de l'eau potable. L'eau distribuée aujourd'hui peut servir à d'autres choses sauf à boire », nous a expliqué Jamal Akchbab, président de l'Association des amis de l'environnement à Zagora (AAEZ).
Pour lui, les pouvoirs publics sont interpelés et doivent réagir d'urgence. Sinon, les conséquences seront très graves. « Il faut s'attendre à une détérioration de milliers de palmiers, à la disparition de plusieurs oasis, à la désertification des terres agricoles et à l'intensification des flux migratoires vers le Nord », nous a-t-il précisé.
Pire, il faut s'attendre également à des mouvements de protestation et des tensions sociales dont personne ne peut imaginer la dangerosité sur la paix sociale et la stabilité de la région. Sutout que la grogne sociale a commencé à prendre beaucoup d'ampleur. «Le 24 juin dernier, une marche de protestation regroupant 1.500 personnes a défilé dans les boulevards de la ville dénonçant la pénurie d'eau et sa salinité. D'autres manifestations ont été également enregistrées au niveau des localités de Tagounit et Laâroumiate », nous a-t-il indiqué.
D'après lui, cette détérioration des ressources hydriques est due, au-delà de la faiblesse des précipitations et la succession des années de sécheresse, à l'absence d'une stratégie intégrée et globale de gestion des ressources en eau.
Il critique sévèrement l'exploitation excessive de ces ressources et la dépendance d'une économie basée sur l'agriculture qui consomme près de 85% des eaux souterraines et superficielles.
En effet et selon certaines statistiques, 400 millions de m3 des réserves en eaux superficielles du bassin du Draâ sont entièrement destinées à l'irrigation de 26.000 ha et 88% des ressources d'eau souterraines estimées à 100 millions de m3 sont dédiées à l'irrigation et seulement 12% à la distribution de l'eau potable.
Les mêmes statistiques ont révélé que les besoins en eau dans le bassin du Draâ étaient estimés à 617 M de m3 en 2010 et pourraient atteindre 642 M de m3 en 2020 dont 610 M de m3 destinés à l'agriculture et 32 M de m3 à l'eau potable.
Notre source pointe également du doigt la pollution comme facteur aggravant dû au rejet des déchets solides et liquides dans l'espace écologique et les quatre millions de tonnes de déchets toxiques rejetés par la mine de Blida. «Le réseau d'assainissement liquide se déverse dans l'Oued Draâ à 150 m seulement du réservoir d'eau potable de la ville. C'est lamentable», a-t-elle regretté.
Et qu'en est-il des pouvoirs publics ? «Ils nous distribuent des promesses sans que rien ne puisse en sortir. Ils nous ont promis la création d'une station de dessalement des eaux en 2014 et la possibilité de bénéficier des eaux du barrage Taznaght. Mais jusqu'à aujourd'hui, rien de concret n'existe encore », nous a confié un autre acteur associatif de la région sous le couvert de l'anonymat.
Pour lui, l'Etat a beaucoup à faire. «La région demande plus que de simples promesses. Elle exige tout un programme qui doit revoir de fond en comble l'ensemble de la politique hydrique mise en œuvre au niveau de la région du Draâ», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.