Parcs aquatiques: les professionnels créent un collectif et tirent la sonnette d'alarme    Défense des femmes : les Etats-Unis comptent renforcer leur engagement à l'ONU    FRMGolf lance sa 7ème académie    Eliminatoires de la CAN 2021: Vers le report des prochaines journées prévues fin mars    Présidence de la CAF : Ahmad "destitué", Omari" intronisé "!    Conseil de la FIFA: le président du WAC réagit aux propos d'Ouaddou    Enseignement : le distanciel, pierre angulaire du système éducatif    L'école belge au Maroc renforce son programme scolaire    Solutions de financement : OCP et GCAM misent sur le mobile    Crise financière et crise sanitaire / Olympique Lyonnais : une partie des salaires transformée en actions de l'OL Groupe    Train à hydrogène : Alstom en contact avec le Maroc ?    Lois électorales : Le moment de vérité pour l'amendement patronat    Première visite de Trump à New York depuis sa défaite aux élections    La CAF annonce sa décision d'annuler l'édition 2021 de la CAN U-17    Officiel: la CAN U17 vient d'être annulée    Bounou de retour avec le FC Seville lors du déplacement face à Dortmund.    Carte intégrale du Royaume : La nouvelle cible de la diplomatie algérienne    8 mars: Hay Mohammadi rend hommage aux femmes méritantes (VIDEO)    L'OCP et le CAM s'allient pour un meilleur accès des agriculteurs aux solutions mobiles de financement    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Covid-19 au Maroc : 102 nouvelles infections et 120 735 injections administrées en 24 heures    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Le Maroc élu à la vice-présidence    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme de lettres s'est éteint au début du printemps 2009 : Abdelkébir Khatibi, le scribe et son ombre
Publié dans Libération le 20 - 05 - 2009


«Que le printemps est chargé de promesse…
Depuis des années je cours je cours, et quand je m'arrête…j'ai l'impression de mieux sentir le poids de la terre et de son équilibre.
A chaque saison, je me promets d'être son poète, un de ses poètes amoureux.
Je dors dans le sommeil des rêveurs insouciants… »
« Correspondance ouverte »
Khatibi est mort.
Le message de Rita était brut.
Seul le texte qu'elle avait joint à son mail, à propos de « Correspondance ouverte » qu'elle publia avec l'auteur de « La Mémoire Tatouée » en 2005, atténuait, en moi, le choc de la nouvelle.
Je lui réponds sur le champ en lui disant que j'ai, curieusement, eu une étrange intuition, la veille de la mort de Khatibi.
J'ai eu une pensée pour lui, alors que je savais qu'il était hospitalisé à Rabat, en me rappelant ce qu'il disait lui-même à Rita El Khayat, dans leur correspondance, parlant de Jacques Hassoun, au moment où ce dernier agonisait…
Une fois l'émotion passée, je me suis, curieusement, entendue dire « il n'écrira plus rien maintenant… ». J'avais, au fait, exprimé à regret et à voix haute le fond de ma pensée qui m'avait alors étonnée : je me suis rendue compte que j'ai pensé à Khatibi en tant qu'écrivain et non pas vraiment en tant que simple citoyen du monde, comme si son mérite s'arrêtait là ; à ce qu'il aurait été, de son vivant, comme penseur, romancier, sociologue, sémiologue et critique d'Art.
J'ai, par la suite, réalisé, qu'au fait, j'ai réagi à la nouvelle de son décès en tant qu'universitaire chercheur ayant, pendant des années, travaillé sur son œuvre avant de publier un livre le concernant.
Je me rappelle, encore, le jour où j'étais allée lui offrir un exemplaire de mon livre que je lui avais humblement dédicacé avec beaucoup d'émotion. J'étais quand même assez impressionnée par le fait de présenter mon livre à l'auteur qui en est le sujet, « l'objet d'étude », le « corpus » pour ainsi dire.
Khatibi m'avait à son tour offert, en échange, et dédicacé deux de ses précieux articles inédits dont l'un sur Segalen et Genet et l'autre sur la littérature japonaise.
J'étais contente d'avoir vécu ces moments si brefs, soient-ils, de convivialité, et d'estime réciproque dans l'intimité d'une rencontre entre un auteur et sa lectrice.
Car, après tout, qu'est ce qui nous reste d'un écrivain après sa disparition, à part la trace de son œuvre, sinon le souvenir de sa sympathie, de sa présence et de sa générosité, quand on a eu la chance de l'avoir connu, de son vivant.
Des liens se sont tissés entre plusieurs personnes autour de Khatibi, (ses lecteurs, entre autres), des affinités se sont nouées au fil du temps entre des chercheurs ayant travaillé sur son œuvre et des complicités même autour des préjugés qu'on a longtemps entretenus concernant le soi-disant hermétisme de son écriture : « Suis-je illisible comme écrivain ? », se demande-t-il dans « Correspondance ouverte ».
Il y a eu, souvent, des rencontres avec l'auteur de «La blessure du nom propre », des signatures de ses livres, des entretiens, des écrits échangés dans une sorte d'amitié collégiale en sa présence ou en son absence.
Khatibi nous a permis de faire le lien entre nous, c'est sûr !
« Le Scribe est son ombre », ce titre est révélateur à bien des égards, le dernier de ses textes publiés où il semble livrer au lecteur quelques « bribes autobiographiques ».
Quelques bribes seulement car Khatibi était très discret en ce qui concerne sa propre personne.
Je me souviens de la réticence qu'il avait manifestée à ce que j'enregistre l'entretien qu'il avait, pourtant, eu la gentillesse de m'accorder à Rabat, quand j'étais étudiante à Bordeaux et que je voulais enrichir ma thèse de Doctorat au sujet de son œuvre par cet entretien.
L'entretien a eu lieu mais pas l'enregistrement sur un magnétophone que j'avais acheté pour la circonstance !
Khatibi avait-il peur de délivrer une part de lui-même aux communs des mortels ?
Avait-il fini par se confier dans son dernier livre, en acceptant enfin, de faire don d'une secrète intimité quelconque à ses lecteurs !
Il paraît qu'il ne faisait confiance qu'aux psychiatres avec lesquels il avait eu des correspondances littéraires : Jacques Hassoun et Rita El Khayat.
N'ayant eu aucune réponse à mon questionnement, je me suis dépêchée d'aller chercher « Le Scribe et son ombre » dans une librairie dans l'espoir de trouver le livre en question car, en général, l'œuvre de Khatibi est peu disponible dans les espaces de lecture.
Je me suis dit qu'après tout le meilleur hommage que l'on puisse lui rendre serait de commencer à lire son dernier livre publié le jour même de sa mort, ce qui serait une manière, si prétentieuse soit-elle, de vouloir lui assurer l'éternité !!!
Que Dieu ait son âme, lui qui se plaisait à nous rappeler que son prénom « Abdelkébir » est rattaché au quatre vingt dix neuvième attribut d'Allah.
Je ne suis pas ce que l'on pourrait appeler une « lectrice légitime » de Khatibi, ni fidèle ni acharnée, je pense avoir été dans l'« aimance » par rapport à ma démarche de lectrice et de « spécialiste » de son œuvre, ou du moins en tant qu'auteur d'un essai de critique littéraire le concernant.
Je ne me suis jamais placée dans cette sorte de fixation ou d'obsession académique qui finit, souvent, par habiter tout spécialiste-critique à l'égard de son sujet/objet d'étude au détriment d'un regard objectif sur son œuvre.
Je dirais, que pour moi, Khatibi a été « un choix forcé », presque un accident de parcours, pour ainsi dire qui a été, au départ, motivé par un manque de compréhension de « La Mémoire tatouée ».
Ce premier texte autobiographique de son auteur avait été programmé dans le cadre d'un cours de littérature maghrébine de langue française, à la Faculté des Lettres de Marrakech, alors que j'étais étudiante en Licence.
Ne comprenant pas grand-chose à ce que notre professeur nous racontait, la moitié des étudiants faisait la sieste et l'autre moitié, l'école buissonnière !
J'ai donc décidé de prendre les choses en main, après mon diplôme de Licence et de continuer à lire et à étudier « La Mémoire tatouée » ainsi que d'autres textes du même auteur pour ma thèse de Doctorat, en France, comme une sorte de défi à l'encontre de « l'hermétisme de Khatibi ».
Cependant, à un moment d'évolution de ma recherche post-doctorale, il m'est arrivé de prendre un peu de distance avec lui, pour me consacrer à d'autres auteurs (Assia Djebar, entre autres).
Il s'agissait pour moi de « délaisser » momentanément et de façon courtoise Khatibi pour mieux le « récupérer », par la suite, et lire, dans une dernière étape, ses textes les plus récents « Triptyque de Rabat », « Un été à Stockholm », « Pèlerinage d'un artiste amoureux » et récemment mon intérêt pour « Le scribe et son ombre ».
Je ne suis, donc, pas en rupture avec Khatibi, même après sa disparition, et ce n'est , peut être , pas si « dommage » que ça pour moi d'avoir été évincée d'un Colloque bâclé dans l'urgence, en « Hommage à Khatibi », quelques jours seulement après sa mort ?!!!
J'avais répondu à mon collègue, d'une autre Faculté que la mienne, qui m'avait, pourtant, sollicitée pour participer à cet « hommage », que j'aurai, certainement, une autre occasion pour parler de Khatibi, moi qui ai, souvent, parlé de lui partout ; en France, en Espagne, en Tunisie, au Sénégal et au Maroc sans jamais prétendre mieux le connaître que d'autres…
« Il faut un devoir de l'oubli, sinon on meurt de mémoire encombrante »
Abdelkébir Khatibi
Correspondance ouverte avec Rita El Khayat.
* Auteur de « Abdelkébir Khatibi : La langue, la mémoire et le corps », L'Harmattan, 2004.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.