Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'un des chioukhs de l'opération d'identification saisit Ban Ki-moon
Publié dans Libération le 11 - 04 - 2013

Abdallah Salhi, l'un des chioukhs de l'opération d'identification à Laâyoune, a affirmé dans une lettre adressée mardi au secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon son appui à «l'intégration à la mère-patrie, le Royaume du Maroc».
Dans cette lettre, M. Salhi souligne qu'il ne peut accepter «que le choix qui préserve la souveraineté du Royaume du Maroc sur son Sahara», ajoutant qu'il est convaincu, à l'instar de tout Sahraoui en parfaite connaissance des vérités historiques et géographiques des provinces du Sud du Royaume, de la marocanité du Sahara.
«Nos pères et nos grands-pères ont fait allégeance aux Rois alaouites», a-t-il rappelé, relevant que le Maroc, resté fidèle à ses engagements pris depuis plusieurs années en vue d'aboutir à une solution politique et définitive à la question du Sahara, a adhéré à une dynamique positive et constructive, en présentant une initiative portant sur l'octroi de l'autonomie aux provinces du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume et de son intégrité territoriale.
L'initiative d'autonomie «est porteuse d'un avenir meilleur pour la population des provinces du Sud et permettra de mettre un terme aux souffrances des Sahraouis séquestrés à Tindouf», a souligné M. Salhi.
Par ailleurs, l'écrivain espagnol José Maria Lizundia a souligné, dans un nouvel ouvrage sur la question du Sahara, que les associations épousant la thèse du Polisario en Espagne profitent de l'argent des contribuables espagnols et préfèrent perpétuer le statu quo autour du conflit au Sahara, au lieu de contribuer à la recherche d'une solution réaliste à ce différend, souligne-t-il.
Dans son livre intitulé «El Sahara, perspectiva de revision» (Le Sahara, perspective de révision), qui aborde différents aspects de la question du Sahara marocain, en particulier le soutien au Polisario dans la péninsule ibérique, M. Lizundia affirme que ces associations, qui disposent de fonds considérables, utilisent l'argent des contribuables espagnols à «des fins politiciennes et idéologiques».
«Leur rôle principal est la solidarité idéologique et politicienne et non la solidarité humanitaire», dénonce-t-il dans cet ouvrage, présenté mardi soir à Santa Cruz de Tenerife, aux Iles Canaries, en présence de Vidal Manuel Garrido, Prix national de journalisme et ancien directeur du journal la « Gaceta de Canaria ».
«Ces associations préfèrent perpétuer une situation dont la victime principale est la population des camps de Tindouf, au lieu de contribuer à la recherche d'une solution réaliste» au conflit, fait observer l'auteur, qui note au passage que le discours d'une soi-disant «dette historique» de l'Espagne à l'égard du Sahara est une «construction imaginaire sur laquelle est fondé tout l'édifice de solidarité de la société espagnole avec le Polisario».
Pour l'écrivain, né à Bilbao en 1951 et qui vit depuis le début les années 80 à Tenerife, l'Espagne n'a pas «abandonné» ce qu'on appelle le «peuple du Sahara» et n'a aucune obligation de défendre ce territoire, contrairement aux pseudo-arguments avancés par ces associations.
Quant aux quelques militaires espagnols qui soutiennent les mêmes thèses, il s'agit, selon l'auteur de l'ouvrage, de «nostalgiques» qui ont servi sous la dictature franquiste et dont l'attitude anti-marocaine et le passé colonial ont même poussé un officier à défendre l'idée d'un «grand Etat sahraoui», englobant le Sahara, la Mauritanie et le Nord du Mali.
Le livre dénonce, par ailleurs, la position figée du Polisario, qui n'a pas changé de discours depuis plus de trois décennies. Il s'agit d'une organisation qui est «fondée sur un système de parti unique d'idéologie totalitaire et réductionniste», note l'écrivain espagnol, qui rappelle les actes terroristes commis contre des ressortissants espagnols, notamment des pêcheurs canariens, qu'il qualifie de «crimes passés sous silence» en Espagne.
Pour l'écrivain espagnol, avocat de profession et membre de l'Association canarienne des écrivains, la tenue d'un référendum que continuent de défendre ces associations en dépit de la confirmation de son inapplicabilité par les Nations unies, n'est plus une option envisageable, d'autant qu'il est impossible de définir le corps électoral et d'établir les listes des personnes habilitées à participer à une éventuelle consultation.
Le conflit du Sahara est un conflit artificiel imposé au Maroc par l'Algérie. Le Polisario, un mouvement séparatiste soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.