Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suffit-il d'être intelligent pour ne pas être stupide?
Publié dans Libération le 12 - 04 - 2013

Le numéro du 30 mars 2013 du magazine New Scientist est consacré aux mécanismes de la bêtise. «Stupidity», titre crânement l'hebdomadaire qui se propose de replonger dans la somme des connaissances consacrées... à la mesure de la stupidité humaine.
De quoi parle-t-on? S'il existait une filière de stupidity studies, Gustave Flaubert en serait sans doute le père fondateur. Flaubert, écrit le New Scientist, était passionné par l'étude de la bêtise de ses contemporains «et la voyait partout: des commérages de la classe moyenne aux cours des universitaires. Pas même Voltaire n'échappait à son oeil critique. Habité par son obsession, Flaubert a consacré les dernières années de sa vie à collecter des milliers d'exemples de stupidité dans son Dictionnaire des idées reçues (ou Catalogue des opinions chics)».
Depuis les écrits de Flaubert, les paradoxes de l'intelligence ont été étudiés scientifiquement dans les expériences de psychologie du prix Nobel d'économie Daniel Kahneman, développées avec son collègue Amos Tversky. Les deux chercheurs ont montré que le cerveau humain avait accès à deux circuits pour traiter l'information: celui mesuré par le QI, l'intelligence rationnelle et un autre, l'intuition.
Les mécanismes intuitifs sont certes utiles –ils nous font gagner du temps– mais ils nous exposent à l'erreur de jugement: le stéréotype, le biais de confirmation ou la résistance à l'ambiguïté font partie des dangers qui lui sont associés. De là découle l'incapacité humaine à bien évaluer le risque (on surestime nos chances de gagner au loto mais on sous-estime nos risques de divorcer) ou de faire des choix rationnels par exemple en matière d'argent.Tversky et Kahneman ont montré en particulier que quand on fait tourner une roue devant des sujets test, qu'on leur montre le résultat aléatoire (par exemple 60) et qu'on leur demande ensuite d'évaluer par exemple le nombre de pays Africains à l'ONU, ces derniers fondent leur réponse sur la valeur du résultat de la roue, bien qu'ils sachent pertinemment que ce nombre n'a rien à voir avec la question... C'est le biais d'ancrage, ou la faculté des gens à s'ancrer dans la comparaison avec des données arbitraires pour fonder une évaluation. Comme le rappelait Jonah Lehrer dans le New Yorker à propos des travaux de Kahneman et Tversky, les gens utilisent des raccourcis mentaux qui ne sont pas des manières de faire des maths plus rapidement, mais plutôt un moyen de contourner purement et simplement le raisonnement mathématique.
Pour en revenir à la littérature, la mesure de l'intelligence, le fameux test du QI, n'avait que peu à voir avec le type de comportements irrationnels et illogiques qui énervaient tellement Flaubert. Et les expériences réalisées dans les années 1990 et 2000 ont montré, sinon une absence de lien entre QI et réussite à ces tests, une corrélation entre la dite intelligence et... l'erreur de jugement.
Les gens intelligents se tuaient plus à la guerre selon une étude réalisée après la Seconde Guerre mondiale, et le management de la stupidité peut encourager au niveau collectif des erreurs gravissimes dans des organisations pourtant réputées intelligentes comme les banques ou les cabinets de conseil qui ne recrutent que des salariés au potentiel intellectuel élevé. Les gens intelligents au sens du test du QI ne sont donc pas à l'abri de ces biais cognitifs: après des décennies de travaux démystifiants, Kahneman avoue lui-même ne pas avoir significativement amélioré ses propres performances mentales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.