M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Météo: le temps prévu ce jeudi 13 mai au Maroc    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des enfants volés au Maroc vendus à des familles espagnoles
Publié dans Libération le 09 - 05 - 2013

L'information relayée hier par « El Pais » et « ABC » et concernant la découverte d'un réseau de trafic d'enfants volés au Maroc et vendus en Espagne a fait l'effet d'une bombe.
Selon le premier de ces deux journaux espagnols, la Guardia civil de Mellilia a affirmé avoir démantelé un réseau spécialisé dans le trafic d'enfants volés. Elle a ainsi fait part de 28 cas d'enfants marocains volés entre 1970 et 1980 au Maroc et introduits dans la ville occupée pour y être vendus à des familles espagnoles qui ont prétendu en être les parents biologiques.
D'après « El Pais », le réseau était spécialisé dans le transfert d'enfants marocains vers Mellilia qui lui servait de quartier général. Suite à quoi, ce réseau fournissait de faux documents à ces enfants qui furent cédés à des familles vivant dans la Communauté de Valence.
De son côté, « ABC » a ajouté un autre détail d'importance à cette affaire tragique. Le réseau en question achetait des nourrissons à « des femmes de la rue ou sans ressources » et les vendait en Espagne moyennant 300.000 pesetas (monnaie espagnole de l'époque). Le journal électronique «La Verdad » indiquait, pour sa part, que le prix de cession de ces enfants marocains variait entre 1600 et 6000 euros.
Toujours selon « ABC », ce réseau se compose de nombreuses personnes, de la santé et de l'ordre religieux. Une trentaine de personnes sont impliquées dans ce «complot criminel », selon l'expression utilisée par « El Pais ». La majorité d'entre elles sont très âgées, alors que d'autres sont déjà décédées. Cependant, aucune personne n'a encore été interpellée dans cette affaire qui compte 31 suspects, précise l'agence de presse « EFE ».
L'enquête menée il y a plus de deux ans, a permis de mettre le doigt sur 28 cas, mais les enquêteurs croient que le nombre de victimes dépasse largement ce chiffre étant donné que des familles espagnoles faisaient venir à Mellilia des Marocaines enceintes pour y accoucher et leur céder leurs nouveau-nés après falsification des documents de naissance par les centres hospitaliers de la ville occupée, rapporte « ABC ».
Un haut responsable de la Guardia civil, Arturo Ortega, qui mène l'enquête dans cette affaire dénommée « opération cachée », a affirmé lors d'une conférence de presse, tenue hier, que les enquêteurs ont pu identifier 14 victimes dont quelques-unes ignoraient même qu'elles ont été adoptées.
La même source a précisé que les chefs de ce réseau criminel sont trois sœurs nées à Tétouan. Deux d'entre elles qui avaient élu domicile à Mellilia avaient pour mission de rechercher et d'entrer en contact avec des familles espagnoles qui n'avaient pas de progéniture, alors que la troisième s'était spécialisée dans la recherche de femmes enceintes au Maroc.
L'enquête a été ouverte à la suite de deux plaintes déposées fin novembre 2011 auprès du procureur général de l'Etat par l'Association des personnes concernées par les adoptions illégales et le vol d'enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.