Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Covid-19: le Maroc enregistre un 40ème décès    Adieu Si Fadel    Dette : Quel geste politique demandé au Maroc ?    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Balance commerciale : Le déficit s'aggrave à 2%    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Des sans-abris hébergés par des ONG de Tanger    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus du tiers des femmes sont victimes de violence à travers le monde
Publié dans Libération le 25 - 06 - 2013

Un rapport de plus. Des constats effarants qui confortent davantage l'idée que la violence faite aux femmes est un phénomène mondial. Et pour cause, un tiers des femmes en sont victimes. C'est ce qui ressort de la dernière étude publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en partenariat avec la London School of Hygiene & Tropical Medicine et le Conseil sud-africain de la recherche médicale. Ce document donne, pour la première fois, des estimations mondiales et régionales agrégées de la prévalence de chacune d'elles, calculées en utilisant des données de population du monde entier qui ont été compilées de manière systématique.
Des rapports, des études, il n'y en aura jamais assez pour tirer la sonnette d'alarme sur ce fléau. L'OMS appelle à un renforcement massif des efforts mondiaux en vue de prévenir toutes les formes de violence à l'encontre des femmes en agissant sur les facteurs sociaux et culturels sous-jacents. L'agence souligne aussi qu'il est urgent d'améliorer les soins prodigués aux femmes victimes de violence. Celles-ci consultent souvent, sans nécessairement dévoiler les causes de leurs blessures ou pathologies.
Qu'elles soient physiques, sexuelles, qu'elles débouchent sur un décès, une blessure, une maladie mentale, toutes sortes de violences ont été reprises par l'étude. « Les résultats de cette étude envoient un message fort. La violence à l'encontre des femmes est un problème mondial de santé publique d'ampleur épidémique », a déclaré le directeur général de l'OMS, Margaret Chan.
La violence est d'autant plus difficile à admettre lorsqu'elle émane du partenaire intime. Et pourtant, c'est la plus courante, souligne le rapport. Elle touche 30% des femmes. L'étude montre qu'à l'échelle mondiale, 38% des femmes assassinées l'ont été par leur partenaire intime, alors que 42% des femmes qui ont connu des violences physiques ou sexuelles d'un partenaire ont été blessées. Il va sans dire que les répercussions de la violence sur la santé mentale des victimes sont très profondes. En effet, la probabilité de dépression est presque deux fois plus élevée chez celles qui ont subi des violences de leur partenaire intime, par rapport aux femmes qui n'ont connu aucune forme de violence.
Quid de la violence sexuelle ? Bon nombre de femmes en subissent les affres à travers le monde. Ainsi, l'OMS indique que la probabilité de contracter la syphilis, la chlamydias ou la gonorrhée est 1,5 fois plus élevée chez les femmes qui subissent des violences physiques et/ ou sexuelles de leur partenaire. La violence du partenaire et la violence sexuelle exercée par d'autres que le partenaire sont corrélées à une grossesse non désirée. Le rapport montre que la probabilité de se faire avorter est deux fois plus élevée chez les femmes qui connaissent des violences physiques et/ou des violences de leur partenaire sexuel.
«La crainte de la stigmatisation empêche nombre de femmes de signaler les actes de violence sexuelle commis par d'autres personnes que leur partenaire», souligne l'OMS en précisant que d'autres obstacles entravent également la collecte de données.
En dépit de ces obstacles, l'étude révèle que 7,2% des femmes dans le monde ont signalé des violences sexuelles exercées par d'autres personnes que le partenaire. Du fait de ces actes, elles avaient une probabilité 2,3 fois plus élevée de souffrir de troubles liés à la consommation d'alcool et 2,6 fois plus élevée de connaître la dépression ou l'anxiété.
Par ailleurs, «le rapport montre que la violence accroît fortement la vulnérabilité des femmes face à toute une série de problèmes de santé à court et long termes. Il souligne que le secteur de la santé doit prendre plus sérieusement en considération la violence à l'encontre des femmes », a déclaré le docteur Claudia Garcia-Moreno de l'OMS. « Bien souvent, le problème vient du fait que les agents de santé ne savent tout simplement pas comment réagir».
En mars 2013, à la session de la Commission de la condition de la femme tenue à New York, le Dr Chan s'est jointe au Secrétaire général des Nations unies et aux chefs d'autres entités des Nations unies pour demander que la «tolérance zéro» s'applique à la violence à l'encontre des femmes. Un vœu pieux appelé de tous mais qui n'est pas près de se réaliser de sitôt !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.