Les Guinéens contre le 3ème mandat d'Alpha Condé…    Les prémices d'un nouvel espoir    Iberia annonce une ligne Madrid-Fès pour l'été 2020    Fin de l'exonération des nouvelles sociétés exportatrices    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Le Raja s'impose difficilement, le Wydad facilement    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Ce que la Turquie pense du Polisario    Présidé par SM le Roi : Adoption de plusieurs textes en Conseil des ministres    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    CDG : 2,5 millions DH d'aides financières à 121 micro-entrepreneurs    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Maghreb : BMCE Bank of Africa lance «Dynamic Currency Conversion»    Edito : Triomphe    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Présidence de la CGEM: Chakib Alj et Mehdi Tazi passent à l'action    R&D Maroc- Université Hassan II: Un partenariat pour la valorisation des résultats de la recherche    Policy Center for the South, le monde entier est dans la tourmente, dixit Karim El Aynaoui    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    Le collectif 490 «Hors la loi» obtient le prix Simone de Beauvoir    Voisinage    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    Festival du film de Marrakech: Moins de glamour et plus de cinéma    Un colloque pour débattre du rôle de la darija    Les membres de la Commission Benmoussa nommés par le Roi Mohammed VI    Divers    Le Raja assure l'essentiel face au MAT    Les hooligans ont gâché le spectacle à Khouribga    Robert Redford: Je ressens une grande connexion avec le Maroc
    Prison de Nador: «Le détenu décédé n'a jamais subi de mauvais traitement»    HCP: La pauvreté est l'une des principales sources de la violence conjugale au Maroc    Revitaliser un arbre emblématique    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    BMCE Bank Of Africa lance « Dynamic Currency Conversion »    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'octroi du statut de réfugié suspendu jusqu'à nouvel ordre
Publié dans Libération le 30 - 10 - 2013

L'enregistrement et la détermination du statut de réfugié sont suspendus au Maroc jusqu'à à nouvel ordre. Et pour cause : le Bureau des réfugiés et des apatrides (BRA) qui a rouvert ses portes le 25 septembre dernier, passe en revue et valide actuellement les dossiers des réfugiés antérieurement reconnus par le HCR-Maroc.
Une suspension qui ne va pas durer longtemps, a indiqué Marc Fawe, chargé des relations extérieures du Bureau du HCR Maroc.
Dans une interview publiée récemment sur le site de l'UNHCR, il a précisé que cette révision des dossiers va permettre la régularisation de la situation des réfugiés et des demandeurs d'asile en leur offrant certains droits. Ainsi, l'octroi d'une carte de réfugié donnera, entre autres, la possibilité de recevoir une carte de séjour délivrée par la Direction générale de la sûreté nationale, de travailler dans le secteur formel, d'avoir accès aux services publics ou encore de louer un logement en toute légalité.
Une nouvelle configuration qui devrait aussi permettre, selon lui, une meilleure protection des réfugiés et des conditions de vie équivalentes à celles des ressortissants marocains, comme prévu dans la Convention de Genève, ratifiée par le Maroc en 1956. Et même s'il estime qu'il reste encore du travail pour assurer une intégration complète des réfugiés, il pense que le Maroc avance à grand pas vers un système d'asile conforme aux standards internationaux, humain et respectueux des besoins spécifiques des réfugiés et des demandeurs d'asile.
En effet, le Royaume a manifesté sa volonté de rompre avec l'ancienne approche où la situation des réfugiés et des demandeurs d'asile était incertaine. Car malgré la possession d'une carte de réfugié – délivrée par le HCR – rien ne garantissait à l'intéressé un titre de séjour, un accès au marché du travail, au logement et aux services de base.
Les réfugiés et les demandeurs d'asile étaient uniquement protégés contre le refoulement et demeuraient, selon la loi, en situation administrative irrégulière, a souligné le chargé des relations extérieures du HCR Maroc.
Mais est-ce que les autorités marocaines sont prêtes techniquement à assumer ce nouveau rôle ? « Non », répond Marc Fawe, qui estime qu'il reste encore beaucoup de choses à développer, en termes d'activités opérationnelles, de procédures et de responsabilités.
Des tâches que le HCR compte assumer aux côtés des pouvoirs publics marocains ; ces dernières ayant exprimé le souhait de bénéficier de son expertise et de son appui et ont montré leur entière disposition à jouer le rôle qui leur échoit et à assumer pleinement leurs responsabilités. Ainsi, le HCR est-il en train de discuter avec les autorités marocaines de la procédure intérimaire qui permettra d'enregistrer les nouvelles demandes d'asile et de procéder à la détermination de statut de réfugiés.
Le HCR a enfin proposé son expertise pour appuyer les autorités marocaines dans le développement de sa nouvelle loi sur l'asile et de sa stratégie d'insertion des réfugiés dans la société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.