Bourita reçu par le président mauritanien (PHOTO)    Le ministre palestinien des Affaires étrangères salue l'appui constant du Monarque à la question palestinienne    Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    Le paiement en ligne reste modeste malgré sa progression    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    ENYAQ: le prochain SUV 100% électrique de Skoda    Véhicules électriques: Volkswagen et E.ON développent la charge ultrarapide    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le théâtre de l'absurde s'invite à Casablanca
Publié dans Libération le 18 - 11 - 2013

Couronnée par le Molière de la meilleure pièce comique et du meilleur auteur francophone lors de la création en 2001, "Théâtre sans animaux" de Jean-Michel Ribes se retrouve à la Villa des arts de Casablanca le jeudi 21 novembre à 20 heures pour une nouvelle mise en scène par Pascale Rousseau et Thomas Sagnard de la compagnie l'Aparté. "Théâtre sans animaux" s'inscrit dans cet ensemble de textes proposés par la compagnie l'Aparté. Ces lectures théâtrales se caractérisent par un cadre très simple, c'est-à-dire trois comédiens au maximum pour un rendez-vous mensuel récurrent.
Serions-nous des animaux? Telle est la problématique à laquelle Jean-Michel Ribes tente de répondre. Au cours de sa pièce, il se moque de notre bêtise, notre intelligence ainsi que de nos obsessions. Il brouille les frontières, revendique le fantasque et le chimérique tout en offrant un spectacle déconcertant et insolite.
L'auteur précise en ouverture de la pièce qu'il "aime beaucoup les étincelles des courts-circuits, les immeubles qui tombent, les gens qui glissent ou qui s'envolent. Ces petits moments délicieux qui nous disent que le monde n'est pas définitivement prévu et qu'il existe encore quelques endroits où la réalité ne nous a pas refermé ses portes sur la tête". Cette amorce expose la volonté d'opérer un éloge du sursaut questionnant le spectateur sur son existence et sa vision du réel. Derrière ses airs incongrus, la pièce est profonde et se moque des esprits trop étriqués et raisonnables.
L'inattendu et l'imprévisible se retrouvent dans les huit histoires de cette pièce. Pascale Rousseau et Thomas Sagnard de la compagnie l'Aparté joueront, lors de cette lecture, trois de ces saynètes : "Monique", "Bronches" et "Tragédie".
Dans la première saynète, un père s'aperçoit que sa fille de dix-huit ans se prénomme Monique : le choc est terrible, il cherche des explications. Au détour d'une conversation, elle lui avoue être amoureuse d'un lanceur de javelot international. Inopinément, le père se rassure. Dans "Bronches", Claudine et Jean se dirigent vers un magasin où celle-ci a travaillé pendant plusieurs années. Ils viennent faire des achats, mais Jean refuse d'enlever sa perruque Louis XV au prétexte que celle-ci l'empêche de reprendre la cigarette. Quant à "Tragédie", après avoir assisté à une première de Phèdre à la Comédie française, un des protagonistes refuse de féliciter la comédienne, ne voulant prononcer "même pas un petit bravo".
De ces points de départ, les situations dérapent, la pièce passe du coq à l'âne, et l'absurde pousse au rire. Jean-Michel Ribes démontre habilement qu'il n'y a rien de plus sérieux que l'humour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.