Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    Nador : Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Driouch: Une secousse tellurique de magnitude 4 constatée    Achraf Hakimi demande la main de Hiba Abouk    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Une difficile équation à résoudre en Afrique    Maghribiyates: Le 1er média féminin sans tabou sans filtre des marocaines    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «L'impact climatique à l'origine l'appauvrissement des populations»    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    Marrakech : Plus de 680 suspects arrêtés en novembre    Le port de pêche d'Agadir!    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Perception Politique Solidaire    PLF 2020. Benchaâboun attendu à la 2e Chambre    Journée mondiale de la prématurité : Plus de 91.000 prématurés naissent chaque année au Maroc    L'OCDE, nihiliste ?    FIFM 2019: La campagne gratuite de chirurgie de la cataracte fédère    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Le nouveau modèle de développement salué par le FIDA    Trump a commis des actes passibles de destitution, selon des experts en droit    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Grève des contrôleurs aériens en France et en Europe : La RAM appelle ses clients à se renseigner    Le couteau sur la gorge pour les bons citoyens, le coup d'éponge pour les tricheurs !    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    La gestion des déchets, un casse-tête marocain        L'administration traîne les pieds pour répondre aux doléances des citoyens    Le retour de Hakimi au Real est décidé    Nouveau modèle de développement au Maroc    Des grands noms du cinéma international en conversation libre avec le public à Marrakech    FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»    La "Puce" Lionel Messi de retour au sommet    Jain se confie à coeur ouvert sur son burn-out    Le Maroc prend part au Festival d'Alexandrie du théâtre arabe des instituts spécialisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Syriens exclus de l'opération de régularisation du statut des réfugiés
Publié dans Libération le 06 - 12 - 2013

La liste des réfugiés recommandés par la commission ad hoc vient de tomber. Sur les 517 personnes interviewées par la commission, 509 ont été recommandées pour la régularisation de leur statut. Elles recevront une carte de réfugié du Bureau des réfugiés et des apatrides (BRA) et, par la suite, un titre de séjour qui leur garantira l'accès aux droits y afférents (accès au marché du travail, aux services sociaux publics, etc.). Les huit personnes restantes sont des enfants nés de mariages mixtes et à qui la nationalité marocaine sera octroyée conformément aux dispositions du Code de la famille. Les Ivoiriens arrivent en tête avec 239 réfugiés suivis par les Congolais de Kinshasa (128), les Irakiens (82), les Palestiniens (33) et les Camerounais (6). D'autres nationalités figurent également sur cette liste. Les grands absents sont les Syriens. Ils sont 834 demandeurs d'asile à ne pas avoir bénéficié du statut de réfugiés. Une exclusion qui persiste depuis janvier 2013, date à laquelle le HCR-Maroc a cessé d'enregistrer leurs dossiers de demande d'asile. Et pour cause : le Royaume a pris l'engagement de mettre au point un programme spécifique d'accueil destiné aux Syriens. Une démarche qui peine encore à voir le jour. « Cette question semble beaucoup traîner. Elle nous préoccupe énormément et constitue aujourd'hui l'une des priorités que nous comptons résoudre d'ici deux à trois mois », nous a déclaré Marc Fawe, chargé des relations extérieures de l'UNHCR-Maroc. Mais comment peut-on expliquer ce retard ? « Les autorités marocaines cherchent encore un dispositif d'identification qui soit efficace. Un problème qu'on trouve même dans les pays développés », nous a précisé Marc Fawe. En effet, nombreux sont les demandeurs d'asile qui ne présentent pas de documents de voyage et d'identité originaux. Certains dissimulent ou détruisent leurs documents voire déposent de fausses déclarations et utilisent plusieurs identités.
Un problème des plus complexes notamment sur le plan technique et pratique faute de registres nationaux fiables de population et de banques de données numérisées répertoriant les empreintes digitales dans les pays d'origine.Mais il n'y a pas que cet aspect technique qui retarde la mise en place d'un tel dispositif. Les préoccupations sécuritaires s'invitent aussi au débat. Le Royaume craint l'infiltration sur son territoire de jihadistes et de personnes impliquées dans des crimes de guerre. La présence de pareils profils expose le pays à de vrais risques terroristes. En effet, plusieurs rapports émanant des services secrets de plusieurs pays ont révélé que des personnes de différentes nationalités, y compris marocaine, se rendent en Syrie pour combattre le régime de Bachar Al-Assad. On soupçonne certains de ces combattants d'avoir rejoint des groupes extrémistes locaux ayant acquis une expérience dans d'autres zones de conflits, comme l'Irak et l'Afghanistan.
Pourtant, loin de toutes ces considérations sécuritaires, la publication de ladite liste ne va pas changer grand-chose à la vie des bénéficiaires. Ils disposent aujourd'hui d'un simple récépissé en attendant la délivrance d'une carte de réfugié à cause des problèmes techniques. Les droits garantis par cette carte restent incertains vu que le nouveau cadre législatif et institutionnel tarde à voir le jour. Les réfugiés sont donc appelés à s'armer de patience car il s'agit d'une période transitoire qui s'étendra jusqu'à la mise en œuvre effective de la nouvelle politique d'asile. Des incertitudes auxquelles le chargé des relations extérieures de l'UNHCR-Maroc n'accorde pas d'importance. D'après lui, le travail de la commission ad hoc composée de représentants des ministères des Affaires étrangères, de l'Intérieur, de la Justice et de l'Emploi, de la délégation interministérielle aux droits de l'Homme (DIDH) et du HCR, marque une nouvelle étape dans la politique d'asile au Maroc. « Les autorités marocaines semblent prendre progressivement leurs responsabilités vis-à-vis des réfugiés et des demandeurs d'asile. Nous pensons que nous nous acheminons vers davantage de protection et de garantie des droits de ces personnes », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.