Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Le Maroc contribue à l'effort mondial    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    Un danger permanent à Casablanca    Salafin : recul de 13% du PNB en 2020    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Collectivités Territoriales: Avec la nouvelle loi, la représentation féminine dépassera 25%    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Sociétés cotées : les secteurs de l'automobile et des télécoms enregistrent une appréciation relative de leurs revenus    10.000 hectares d'arganier à planter à l'horizon 2022    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    De fortes averses orageuses attendues mardi et mercredi    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    L'agriculture marocaine se remet du choc de la sécheresse    Des bus "made in Morocco" bientôt déployés en Afrique    La CGEM veut promouvoir la R&D, l'entrepreneuriat et la formation    Driouech et El Homrani, Catalans et Marocains    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Prolongement du couvre-feu: les propriétaires des cafés en colère    Maroc: les mesures restrictives seront-elles renforcées pendant Ramadan ?    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Irak reçoit ses premières doses de vaccin anti-Covid    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois de prison dont un an ferme    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    Le premier ambassadeur émirati en Israël est entré en fonction    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'insertion professionnelle des personnes trisomiques n'est pas pour demain
Publié dans Libération le 22 - 03 - 2014

«Lorsque j'ai appris que j'étais enceinte d'un enfant trisomique, j'ai senti la foudre s'abattre sur moi. Non que je risquais de rejeter mon enfant mais j'appréhendais surtout le regard pesant d'une société qui n'accepte pas la différence, axée sur la production et obsédée par la performance ». La déclaration de cette maman résume en quelques mots toutes les embûches qui parsèment le parcours de ces handicapés mentaux. Victimes de stéréotypes, ils ont du mal à s'intégrer. La revendication légitime des droits des personnes trisomiques par le milieu associatif fait que l'on doit redoubler d'efforts et commencer par une information et une communication valable sur le handicap. Les acteurs associatifs affirment que la stimulation précoce de ces enfants permet d'assurer une meilleure évolution sur le plan psychomoteur et cognitif, et donc, de permettre de nouvelles possibilités d'insertion sociale et notamment professionnelle.
A l'instar de bon nombre d'associations, l'Association marocaine de soutien et d'aide aux personnes trisomiques (AMSAT), est très active sur le terrain. A l'occasion de la Journée mondiale de la trisomie 21, elle a organisé, à Rabat, un séminaire sur l'insertion professionnelle des personnes trisomiques. Placée sous le thème «Relation éducative et méthodes d'intervention, quels professionnels pour accompagner les personnes trisomiques dans leur insertion professionnelle», cette rencontre s'inscrit dans le cadre du projet « Création d'un restaurant pédagogique et activation d'un curriculum de formation professionnelle centré sur les métiers de bouche pour la promotion de la situation des jeunes trisomiques » financé par l'Union européenne. Ce projet, fort louable du reste, consiste à former 40 jeunes trisomiques au métier de restauration et 30 éducateurs accompagnateurs des PSH. Reconnaissant l'importance de la formation des éducateurs pour un bon accompagnement de la personne trisomique vers l'autonomie, ce 4ème séminaire est organisé dans le cadre d'une série d'activités d'échange et de sensibilisation, visant à enrichir l'expérience des acteurs dans le domaine de l'accompagnement des personnes en situation de handicap (PSH) en général et trisomiques en particulier.
Plusieurs intervenants, acteurs officiels et associatifs, experts marocains et étrangers ont apporté leurs analyses et leurs visions sur cette thématique. Cette journée de réflexion et d'échange d'expériences et de savoir-faire tend à enrichir le débat autour de ce thème qui est au centre du développement de la situation des personnes porteuses de trisomie et dans une plus large mesure des personnes en situation de handicap au Maroc. L'idée étant de doter les bénéficiaires d'outils pédagogiques et professionnels à même de leur permettre une intégration relativement facile dans la société. Ce sont des personnes à part entière. Un bagage intellectuel, au mieux un métier constituent pour elles des armes efficientes contre toute exclusion. Du coup, elles ne seront plus des fardeaux pour leurs familles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.