Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans    Une Université des jeunes à Al-Hoceima pour soutenir les initiatives de participation citoyenne    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    Ligue des champions: Le Bayern atomise La Lazio et Chelsea s'offre l'Atlético    Le Maroc et la Serbie, deux marchés prometteurs au potentiel énorme    Le prix du poisson et des huiles en hausse à fin janvier    Abdellatif Maâzouz : « Le retrait du Maroc de la liste grise de l'UE devrait renforcer l'intérêt des investisseurs »    Le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Astrazeneca    Météo: les villes où il va pleuvoir au Maroc à partir de jeudi    Face aux accusations du syndicat des avocats, la DGAPR répond    Insertion des jeunes par le sport : TIBU Maroc partage son expérience    Perturbations et lenteur: Maroc Telecom s'explique    Nouveau Hyundai Creta : encore plus audacieux    Economie : la longue marche vers le rétablissement    Il y a fort à faire pour une justice électorale et pour le renforcement du pluralisme politique    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Selon une nouvelle note secrète de la CIA, une guerre des clans mine le régime algérien et conduira à son effondrement    CAN U20 Mauritanie : Un derby maroco-tunisien en quart de finale    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    L'économie nationale renoue avec la croissance en 2021    RCI Finance Maroc: baisse de 23,6% de la production en 2020    Amnesty International dénonce une «stratégie délibérée» pour «écraser la dissidence»    Le fiduciarisme face au sécularisme    La classe politique évoque « un non-événement »    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Mission réussie pour le Wydad, Al Ahly tombe    Invaincu 527 minutes, Bounou rentre dans la légende du FC Séville    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    L'Europe doit se défaire de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec le voisinage sud, déclare Nasser Bourita    Centrale Danone : une vingtaine de nouveaux produits "fortifiés"    Vaccination : le Maroc approuvera-t-il la dose unique ?    Nasser Bourita s'entretient avec Arancha Gonzalez Laya    Les Etats-Unis persistent et signent    Multilinguisme entre défis et opportunités    Béni Mellal-Khénifra : Naissance d'un nouveau club du dialogue et de la coexistence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ya Tachi et Majid Bekkas présentent «African Jazz'N BAR» : Quand les sonorités africaines se rejoignent
Publié dans Libération le 08 - 09 - 2009

L'actualité musicale prendra prochainement des couleurs afro-maghrébines. Avec la sortie récente du très coloré album « African Jazz'n BAR » dont les têtes d'affiche ne sont autres que le talentueux trompettiste congolais Ya Tatchi et le virtuose de chant et de guitare marocain, Majid Bekkas. Deux artistes dont on a eu l'occasion d'apprécier le talent sur scène au Maroc comme à l'étranger. Mais surtout un excellent duo qui, à travers ce merveilleux bouquet sonore, tente à sa manière de réunir les sonorités communes à l'Afrique noire et maghrébine dont ils sont issus. Deux parties d'un même continent à la fois proches et éloignées et qui « trop souvent se rencontrent sans jamais se retrouver».
L'idée d'offrir au continent et à leurs fans respectifs un album métissé où l'Afrique et le Maghreb se rejoignent n'est assurément pas fortuite. Plus qu'un simple album, « African Jazz'n BAR » propose aux amateurs de jazz et de musique du monde, un voyage musical à travers le continent africain, du nord au sud, à la (re)découverte des rythmes ethniques et modernes d'une région diverse et riche en sonorités et dont on n'a pas encore, sinon très peu, explorer le vaste répertoire. Tout cela dans un but avoué : enchanter le public tout en renforçant « les liens entre musiciens des deux Sud ».
Au-delà des merveilleux morceaux qu'il propose à savourer sans modération, cet album tente de creuser le sillon d'un langage commun à ces deux parties du continent africain dont sont issus Ya Tatchi et Majid Bekkas. Conscients que le métissage musical ne devait pas être l'apanage des seuls « musiciens européens qui sont souvent venus puiser leur inspiration au cœur de l'authenticité de la musique africaine », peut-on lire sur la pochette de l'album. « Avec Jazz'N BAR, le propos est d'associer différentes couleurs musicales issues d'un même continent. »
On peut dès lors croire qu'au moment où les cultures revendiquent leur singularité, la réalisation de cet album témoigne de l'intérêt des deux artistes de brasser leurs identités.
Encadré et réalisé par l'Institut français de Rabat, « African Jazz'n BAR » a été enregistré dans trois grandes villes africaines : Brazzaville (Congo), Abidjan (côte d'Ivoire) et Rabat (Maroc). Trois villes qui ont donné leurs initiales au titre de l'album (BAR).
Créé pour un public varié, le nouvel opus comporte huit titres dont quatre de chaque artiste. Les amateurs du genre apprécieront les morceaux « Marhaba », « Mogador », « Manabo » et « Banta » de Majid Bekkas. Et « Yatatchi/Feeling», « Bolobo/Peace », « Beto Nionso/Everybody » ainsi que « Banta» en ce qui concerne Ya Tatchi. Un album qui foisonne de sonorités, de couleurs et de rythmes comme les aiment les amateurs de bonne musique.
On ne doute pas que ces morceaux, empreints de poésie et de rythmes à la fois, tendres et dansants, entraîneront l'auditoire dans un joyeux univers où émotions et passion ne font qu'un. Des titres aboutis qui rappellent sans ambigüité le talent et la grande expérience de ces artistes qui, au-delà des frontières et barrières linguistiques, ont su façonner et construire un espace où l'on peut apprécier à sa juste valeur les fruits du métissage entre une Afrique du Nord et une Afrique subsaharienne pas si éloignées qu'on a souvent tendance à le croire.
Les prises de son et le mixage de ce beau merveilleux bijou sonore ont été assurés par Paul-Michel Amsallem.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.