Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Valls engagera la responsabilité de son gouvernement prochainement
Publié dans Libération le 04 - 09 - 2014

Le Premier ministre français, Manuel Valls, engagera la responsabilité de son gouvernement devant l'Assemblée nationale le 16 septembre, a annoncé l'Elysée mercredi dans un communiqué.
Cette décision, prise en Conseil des ministres, fait suite à la nomination d'un nouveau gouvernement le 26 août dernier.
"Le Conseil des ministres a autorisé le Premier ministre à engager, conformément au premier alinéa de l'article 49 de la Constitution, la responsabilité du gouvernement sur une déclaration de politique générale qui sera présentée le 16 septembre devant le Parlement", peut-on lire.
L'entourage de François Hollande a expliqué que "sous la Ve République, la pratique institutionnelle veut que la confiance soit demandée après la formation d'un gouvernement".
Manuel Valls avait indiqué le 26 août qu'il engagerait la responsabilité de son gouvernement, ce qui est facultatif pour un remaniement, en septembre ou en octobre.
"Vous verrez, la majorité elle sera là", avait-il déclaré sur France 2, balayant le risque posé par les "frondeurs" du PS.
Le 8 avril dernier, son premier gouvernement avait obtenu 306 voix contre 239 mais les tensions se sont aggravées ces dernières semaines en raison du départ des ministres récalcitrants, dont celui de l'Economie Arnaud Montebourg.
Ce dernier a été remplacé par l'ancien conseiller économique de François Hollande, Emmanuel Macron, et Manuel Valls a été hué par les frondeurs dimanche dernier, lors de l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle.
Le PS ne compte que 290 députés à l'Assemblée, un de plus que la majorité absolue, et les opposants internes à la politique social-démocrate réaffirmée par le Premier ministre, qui entend accélérer des réformes impopulaires à gauche, font peser une menace sur l'issue du vote du 16 septembre.
Mais le gouvernement peut compter sur les voix des 17 députés radicaux de gauche, qui ont confirmé leur présence dans la majorité en échange d'une garantie de maintien des départements ruraux dans la réforme territoriale. Une partie des 18 députés écologistes pourraient également soutenir le nouveau gouvernement, qui ne pourra en revanche pas compter sur les centristes, qui ont annoncé leur intention de voter contre avec l'UMP, même si certains élus s'abstiendront.
Le gouvernement ne devrait pas obtenir de majorité absolue, comme le 8 avril dernier, mais une majorité - suffisante - des suffrages exprimés grâce aux abstentions.
Le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux, a affiché ces derniers jours son optimisme sur ce point, rappelant qu'un vote de défiance provoquerait une dissolution qui, dans l'état actuel de l'opinion, entraînerait une défaite pour la majorité et le retour de la droite au pouvoir.
Le vrai défi pour le gouvernement sera le vote du projet de budget 2015 à l'automne. Lors du vote du programme d'économies 2015-2017 à l'Assemblée, en avril dernier, 41 députés socialistes "frondeurs" s'étaient abstenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.