10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'université marocaine, cancre de la classe
Publié dans Libération le 18 - 09 - 2014

Le Réseau Quacquarelli Symonds (QS) a publié récemment son classement annuel des meilleures universités du monde, le QS World University Rankings.
Sans surprise, aucune université marocaine ne figure dans ce classement qui évalue et compare les établissements universitaires du monde entier à travers quatre domaines représentant un intérêt certain pour l'avenir de l'étudiant : la recherche, l'enseignement, l'employabilité et l'ouverture à l'international.
Précisons que ces quatre domaines sont évalués sur la base de six indicateurs de performance à partir desquels le réseau QS désigne les meilleures universités de l'année.
Il s'agit de la réputation académique qui compte pour 40% de points, la réputation de l'institution (10%), le rapport étudiant-faculté (20%), le nombre de citations par faculté (20%), le ratio international de la faculté (5%) et le ratio international de l'étudiant (5%).
Des critères somme toute logiques, mais qui n'ont pas pour autant permis aux universités marocaines de figurer à ce palmarès, en dépit de la soi-disant restructuration des établissements supérieurs publics et des changements promis à différents niveaux qui, visiblement, n'ont eu, au final, que très peu d'effets sur l'amélioration de la qualité de l'enseignement dans les universités marocaines.
Le ministre Lahcen Daoudi n'a-t-il pas reconnu lui-même que l'université marocaine est confrontée à de nombreux problèmes ? Des problèmes qu'il va falloir résoudre préalablement à la sempiternelle ritournelle que l'Exécutif nous serine à longueur de journée pour justifier sa politique de privatisation de l'enseignement supérieur au prétexte qu'il s'agirait d'une incontournable panacée pour en améliorer la qualité.
Considéré comme l'un des plus réputés et des plus connus dans ce domaine, le QS World University Rankings confirme, cette année encore la suprématie des universités anglophones.
En effet, pour son actuel et 10ème classement, le QS Rantings situe à nouveau en tête du palmarès les universités américaines et britanniques qui se partagent les dix premières places du classement.
Le Massachusetts Institute of Technology (MIT, USA) est en tête pour la troisième année consécutive du classement. L'institut américain, dont les citations progressent de 14%, est suivi ex-æquo par les établissements britanniques Imperial College (14%) et l'Université de Cambridge (11%). Viennent ensuite par ordre : Université de Harvard, Université d'Oxford (Royaume-Uni), University College London (UCL, Royaume-Uni), Stanford University (Etats-Unis), California Institute of Technology (CALTECH, Etats-Unis), Princeton University (Etats-Unis) et Yale University (Etats-Unis).
Il est à souligner que les deux premières écoles européennes se placent aux 12ème et 17ème rangs. Il s'agit respectivement de l'ETH Zurich (Swiss Federal Institute of Technology) et de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.
Quant aux établissements français, ils n'apparaissent qu'à la 24ème place. Il s'agit de l'Ecole normale supérieure de Paris (ENS-Paris, +4 places), suivie de très loin de l'Ecole polytechnique (35ème), de l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC, 115ème) et de l'Ecole normale supérieure de Lyon (ENS–Lyon) à la 179ème place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.