Tronico Atlas brave la crise    Accor Hotels: Des nuitées à -50% pour la relance de l'activité du voyage    Electricité: La salle des marchés ressurgit    Covid19: 63 nouveaux cas ce mercredi à 10h00    Education: Appel à «une révolution de l'enfant»!    50 MDH pour le soutien aux projets d'art, d'édition et du livre    "Jemaâ El Fna en live", une manifestation artistique à distance    L'Académie des Oscars continue de s'ouvrir aux femmes et aux minorités    Cinéma: Un guide des pratiques de sécurité sanitaire    Les élèves marocains des établissements français non homologués discriminés    Lekjaa se réunit avec les membres de la Ligue des amateurs    Ligue 1 : Yunis Abdelhamid, 3e meilleur joueur africain de la saison    Nouzha Bouchareb sous la Coupole : Les centres ruraux seront classés en deux catégories    Affaire DHJ-Raja : La FRMF dépose une plainte après la fuite d'un document officiel    Décélération de la croissance nationale à 0,1% au premier trimestre    L'économie bleue, un relais de croissance durable et inclusive pour le Maroc    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    Sur les traces du vaccin anti-Covid-19    Le Conseil économique, social et environnemental tient son assemblée générale    Le Maroc pour la relance de la Conférence sur le désarmement    Nasser Bourita : Le Maroc a matérialisé son engagement pour un pacte bicontinental UE-Afrique    Ferme soutien à l'intégrité territoriale du Maroc devant le CDH    Journée internationale du parlementarisme    «Le Maroc restera un «défenseur clé» de la cause palestinienne»    Un individu et sa compagne meurent asphyxiés dans un appartement à Ifrane    De nouvelles preuves accablent l'Algérie et le polisario    Covid-19 : l'opération de rapatriement des Marocains bloqués se poursuit depuis la France    Une forte mobilisation pour le bon déroulement des examens du baccalauréat    Le Wydad de Casablanca se prépare à défendre son titre    Partenariat entre Mehdi Qotbi et le ministère de la culture : 3 conventions signées pour le prêt d'œuvres, la solidarité et numérisation    L'hospitalité marocaine bientôt inscrite sur la liste du patrimoine immatériel de l'Unesco?    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mercredi 1 juillet à 18h    Football: Covid-19 chamboule tout en Afrique    Reprise dans la sérénité et l'enthousiasme des réunions en présentiel    Algérie : d'anciens piliers du régime de Bouteflika sévèrement condamnés    Association nationale des médias et des éditeurs : L'heure est à l'union    Tennis : Prague accueillera un tournoi féminin en août avec 2.000 spectateurs    L'ANME déterminée à défendre la profession et les professionnels sans perdre de temps    Covid-19 : Le Championnat chinois de football débutera le 25 juillet    Découvrez Essaouira de mille manières    La terre a tremblé ce mercredi dans une région du Maroc    Coronavirus : 63 nouveaux cas, 12.596 cas au total, mercredi 1er juillet à 10h    Revivez le 700ème but de Lionel Messi (VIDEO)    Algérie. L'Europe dénonce la répression du peuple Kabyle    Au moins 18 morts dans une explosion dans une clinique de Téhéran    Le festival l'Anmoggar N jazz annulé !    Éthiopie : plusieurs morts dans des violences après le meurtre d'un chanteur    Jamila Moussali, la ministre qui ne sert à rien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grève générale aujourd'hui dans la Fonction publique et les collectivités territoriales
Publié dans Libération le 23 - 09 - 2014

La tension sociale au Maroc est à son comble. La quasi-totalité des centrales syndicales, sauf bien entendu la centrale syndicale adossée au PJD, à savoir l'UNTM, observeront une grève nationale aujourd'hui pour protester contre la politique antisociale du gouvernement Benkirane.
Les deux premières centrales syndicales à avoir pris la décision de hausser le ton sont la FDT et l'UGTM qui ont décidé d'organiser une grève nationale ce 23 septembre dans la Fonction publique, les collectivités territoriales et les établissements publics pour mettre en garde le gouvernement contre la poursuite de sa politique de paupérisation des masses laborieuses.
Plusieurs syndicats ont également annoncé des actions protestataires similaires. Ainsi, l'ODT a-t-elle pris la décision de faire grève ce même mardi et le Syndicat national de l'enseignement supérieur a décidé d'observer une grève nationale de 72 heures à partir d'aujourd'hui.
Pour sa part, le Bureau politique de l'USFP réuni le 15 septembre au siège du parti à Rabat, avait annoncé dans un communiqué qu'il approuvait « la décision courageuse des centrales syndicales, à leur tête, la Fédération démocratique du travail et l'Union générale des travailleurs du Maroc appelant à une grève générale le 23 septembre en vue de faire aboutir les revendications légitimes de la classe ouvrière et de l'ensemble des salariés dans tous les secteurs et de défendre les acquis sociaux auxquels ne cesse de porter atteinte le chef du gouvernement ». Il avait également précisé qu'il soutenait totalement «les revendications exprimées par le Syndicat national de l'enseignement supérieur et salue l'action militante appelant à la grève dans le secteur », considérant « que l'avenir du Supérieur et de la Recherche scientifique est un dossier crucial pour notre pays et ne saurait être traité à la légère comme c'est le cas aujourd'hui, en marginalisant les partis politiques, les organisations représentatives et syndicales à ce sujet, tout en le soumettant à des considérations mercantiles ou idéologiques ».
A noter également que le Conseil national de la CDT réuni le 13 septembre a décidé de mener une grève dans le secteur privé et public dont la date sera annoncée ultérieurement et que l'UMT dont le Conseil national s'était réuni la semaine passée à Casablanca, a annoncé qu'il observerait prochainement une grève générale et des débrayages sectoriels.
Toutes ces centrales syndicales imputent au gouvernement la responsabilité d'alimenter la tension sociale.
Depuis l'investiture du gouvernement en 2012, ces centrales n'eurent de cesse, en effet, de faire montre de bonne foi et de multiplier leurs appels au dialogue pour arriver à des accords collectifs, mais l'Exécutif a toujours fait la sourde oreille et même quand il acceptait du bout des lèvres de s'asseoir autour de la table de négociation, il ne le faisait que pour gagner du temps tout en continuant à faire cavalier seul ou afficher une totale indifférence. Pire encore, il a pris des décisions unilatérales concernant des dossiers qui nécessitaient la concertation avec les centrales syndicales comme ce fut le cas de la réforme des Caisses de retraite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.