Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Visites de feu SM Mohammed V à Tanger et à Tétouan    Courriers et colis destinés à l'international : Barid Al-Maghrib prévoit des changements    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Lévinas, le visage, l'humanité    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Solidarité nationale : OLA Energy Maroc se mobilise    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Présidence du Ministère public : Appel à l'application stricte des dispositions sur le port de masque    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle société civile au Maroc ?
Publié dans Libération le 20 - 10 - 2014

Conçue comme contre-pouvoir, force de proposition, acteur de changement, la société civile est l'interface entre l'Etat et les individus. Au Maroc, loin d'être organisée sans être récupérée, neutralisée ou réprimée, la « société civile » est loin de jouer son rôle en tant qu'acteur du changement politique. Comment expliquer une telle faille ?
La société civile comprend toutes les structures intermédiaires entre l'Etat et les individus, organisant le champ social de manière volontaire, telles que les associations, les syndicats, les chambres de commerce et d'industrie, les média, etc.
Au Maroc nous avons une action citoyenne plus au moins active. Le mouvement citoyen existe depuis des décennies. La première association féminine a été créée dans les années 40 du siècle passé. De 17.000 associations en 1997 on est passé à 60.000 associations en 2014. Les associations marocaines sont actives dans tous les domaines allant du sport à la culture. Ces dernières années, leur domaine d'intervention a été élargi. Il s'agit de la scolarisation et l'alphabétisation, particulièrement des filles et des femmes. La Santé de base à travers l'assistance primaire, l'éducation pour la santé, la nutrition, la santé reproductive, maternelle et infantile. L'amélioration de la capacitation professionnelle des ressources humaines et services d'appui aux activités productives de création et de développement de micro entreprises.
Durant les années 1990 « la société civile » a connu une certaine effervescence grâce à la tentative d'ouverture politique initiée par le pouvoir. On a alors vu le développement de nombreuses associations et ONG à vocation économique et sociale se caractérisant par une certaine autonomie par rapport aux pouvoirs publics.
L'accroissement du nombre d'associations à partir de ces années-là s'explique également par la présence au Maroc de programmes d'aide et de développement initiés par des organisations internationales telles que le PNUD ou l'UNESCO.
A vrai dire, nous avons assisté à l'émergence de nouvelles associations et ONG qui constituent la trame d'une « société civile » cooptée. La nature exécutive de la monarchie, le mélange entre le business et le politique ne laissent pas de place aux acteurs de la société civile, à savoir les associations, les partis politiques, et les syndicats. Les réformes ne sont pas impulsées par les partis politiques mais bien davantage par le Souverain et ses conseillers ; et de facto, ce sont des acteurs non politiques, des technocrates qui les mettent en œuvre. Le régime politique marocain n'accepte pas un acteur politique concurrent. En revanche, il admet le développement d'associations de services et de prestations. Le jeu politique est contrôlé et organisé d'en haut. La société civile peine à peser efficacement, elle ne représente donc pas un enjeu stratégique à l'intérieur du jeu politique.
Au Maroc, le champ associatif est un tremplin réel d'ascension social pour une partie importante de ses adhérents. Par son mode de fonctionnement et de financement, une grande partie de l'action associative est le champ de l'occupation et l'encadrement de la bourgeoisie. Le rôle accru de l'entrepreneur dans les affaires sociales et politiques fait aujourd'hui l'affaire d'un vaste consensus social qui n'est pas indissociable d'une perte impressionnante de légitimité des structures politiques traditionnelles. Corruption, favoritisme, clientélisme font partie des règles du jeu de pouvoir y compris dans la société civile. « Des maux qui, sans déloger pour autant la force contraignante des textes de loi, savent très bien négocier avec les défaillances et les angles morts du système ».
Ce constat concerne aussi le fonctionnement de certains partis d'opposition et même certaines ONG, qui sont à l'image des partis au pouvoir et qui sont loin d'avoir une vie démocratique. Il n'y pas d'alternance interne, pas de débats, pas de vraie reddition des comptes.
Ainsi en est-il du cadre légal qui, bien qu'en voie d'assouplissement depuis vingt ans, n'empêche guère l'arbitraire politique et administratif de s'appliquer dans les faits. Les frictions qui se sont multipliées ces derniers mois entre les autorités marocaines et des ONG, locales et internationales, sont un exemple de cet arbitraire. L'association marocaine des droits humains (AMDH), la principale organisation indépendante du pays, avait dénoncé une "campagne" à son égard, publiant une liste d'une vingtaine de membres emprisonnés ou "poursuivis en liberté provisoire".
Une vive polémique avait éclaté entre des associations (dont l'AMDH) et le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad, après que ce dernier eut accusé des ONG de servir un agenda étranger, et d'affaiblir la lutte contre le "terrorisme".
En plus des causes exogènes, qui relèvent de la volonté politique, il y a des causes endogènes, qui sont inhérentes à la nature de la société marocaine. Elles sont essentiellement liées à la culture dominante. C'est ainsi qu'on peut constater le manque d'une culture citoyenne. L'individu est toujours considéré comme un sujet et non comme citoyen, qui a des droits et obligations.
Egalement, le manque d'une bonne gouvernance dans la gestion administrative, l'incapacité économique et l'absence de l'autonomie financière, la défaillance d'encadrement, et de transparence, sont des facteurs qui nuisent à la crédibilité de la « société civile » au Maroc, et par conséquent dissuadent les citoyens de croire à leurs actions.
La société civile devient plutôt un alibi dans le discours officiel, plus qu'une réalité tangible, parce qu'il est très difficile, dans des sociétés où les libertés d'expression et d'association font l'objet de dérogations, de voir éclore une société civile cohérente et vertébrée.
Au Maroc, on peut parler d'une vie associative au lieu d'une véritable société civile. Faut-il alors attendre un développement par le bas, c'est-à-dire via la société civile ? Pas sûr!
Docteur en droit public


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.