Rennes-Saint Etienne (3-0) : Naïf Aguerd buteur !    Botola Pro: le classement général    El Othmani sur la question du Sahara: « La position du Maroc ne souffre d'aucune ambiguïté »    Le marronnier de la participation des MRE aux élections    ONU: le Maroc lance un appel à la communauté internationale    Covid-19 : Sommé de démissionner, Moncef Slaoui se défend [Vidéo]    Ecoles publiques. Parents, rien ne vous oblige à payer la désinfection    Kénitra: une ambulance transportant des patients Covid-19 percute un arbre    Zamalek : Pacheco, le nouvel entraîneur, arrivé samedi, présent, dimanche, sur le banc !    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Lydec: des Casablancais dénoncent les factures « excessives » (VIDEO)    Les FAR lancent une plate-forme digitale dédiée aux revues    Compteur coronavirus : Remontada des contaminations 2.719 cas en 24H    Mouvement social de Jerada 2018 : le rapport timide du CNDH    Covid-19 : un scénario probable de croissance à 4% au Maroc dès la reprise mondiale    Coronavirus/grippe saisonnière : voici les différents symptômes à distinguer    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    AtlantaSanad Assurance, une nouvelle compagnie est née    Covid-19 et vaccins : Les scoops d'El Othmani    Industrie: Une banque de 100 projets mise en ligne    Une vidéo de l'arrivée de jeunes Marocains à bord d'une barque en Espagne émeut la Toile    Le Dirham s'apprécie face à l'Euro (du 17 au 23 septembre)    Scrutin 2021: déception en perspective pour les Marocains à l'étranger    Cherté des factures: les explications de l'ONEE    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Sahara marocain: le chef de l'exécutif espagnol réitère son appel à une solution politique fondée sur le compromis    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    Voici le temps qu'il fera ce samedi    ONU : M. Bourita plaide pour un "système multilatéral de proximité, porteur d'efficacité et pourvoyeur de solutions"    À Safi, les autorités dévoilent des découvertes archéologiques    Grosse opération de la DGSN à El Jadida    Botola: voici le programme des dernières journées (FRMF)    Assouplissement des mesures restrictives dans une ville du Maroc    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle société civile au Maroc ?
Publié dans Libération le 20 - 10 - 2014

Conçue comme contre-pouvoir, force de proposition, acteur de changement, la société civile est l'interface entre l'Etat et les individus. Au Maroc, loin d'être organisée sans être récupérée, neutralisée ou réprimée, la « société civile » est loin de jouer son rôle en tant qu'acteur du changement politique. Comment expliquer une telle faille ?
La société civile comprend toutes les structures intermédiaires entre l'Etat et les individus, organisant le champ social de manière volontaire, telles que les associations, les syndicats, les chambres de commerce et d'industrie, les média, etc.
Au Maroc nous avons une action citoyenne plus au moins active. Le mouvement citoyen existe depuis des décennies. La première association féminine a été créée dans les années 40 du siècle passé. De 17.000 associations en 1997 on est passé à 60.000 associations en 2014. Les associations marocaines sont actives dans tous les domaines allant du sport à la culture. Ces dernières années, leur domaine d'intervention a été élargi. Il s'agit de la scolarisation et l'alphabétisation, particulièrement des filles et des femmes. La Santé de base à travers l'assistance primaire, l'éducation pour la santé, la nutrition, la santé reproductive, maternelle et infantile. L'amélioration de la capacitation professionnelle des ressources humaines et services d'appui aux activités productives de création et de développement de micro entreprises.
Durant les années 1990 « la société civile » a connu une certaine effervescence grâce à la tentative d'ouverture politique initiée par le pouvoir. On a alors vu le développement de nombreuses associations et ONG à vocation économique et sociale se caractérisant par une certaine autonomie par rapport aux pouvoirs publics.
L'accroissement du nombre d'associations à partir de ces années-là s'explique également par la présence au Maroc de programmes d'aide et de développement initiés par des organisations internationales telles que le PNUD ou l'UNESCO.
A vrai dire, nous avons assisté à l'émergence de nouvelles associations et ONG qui constituent la trame d'une « société civile » cooptée. La nature exécutive de la monarchie, le mélange entre le business et le politique ne laissent pas de place aux acteurs de la société civile, à savoir les associations, les partis politiques, et les syndicats. Les réformes ne sont pas impulsées par les partis politiques mais bien davantage par le Souverain et ses conseillers ; et de facto, ce sont des acteurs non politiques, des technocrates qui les mettent en œuvre. Le régime politique marocain n'accepte pas un acteur politique concurrent. En revanche, il admet le développement d'associations de services et de prestations. Le jeu politique est contrôlé et organisé d'en haut. La société civile peine à peser efficacement, elle ne représente donc pas un enjeu stratégique à l'intérieur du jeu politique.
Au Maroc, le champ associatif est un tremplin réel d'ascension social pour une partie importante de ses adhérents. Par son mode de fonctionnement et de financement, une grande partie de l'action associative est le champ de l'occupation et l'encadrement de la bourgeoisie. Le rôle accru de l'entrepreneur dans les affaires sociales et politiques fait aujourd'hui l'affaire d'un vaste consensus social qui n'est pas indissociable d'une perte impressionnante de légitimité des structures politiques traditionnelles. Corruption, favoritisme, clientélisme font partie des règles du jeu de pouvoir y compris dans la société civile. « Des maux qui, sans déloger pour autant la force contraignante des textes de loi, savent très bien négocier avec les défaillances et les angles morts du système ».
Ce constat concerne aussi le fonctionnement de certains partis d'opposition et même certaines ONG, qui sont à l'image des partis au pouvoir et qui sont loin d'avoir une vie démocratique. Il n'y pas d'alternance interne, pas de débats, pas de vraie reddition des comptes.
Ainsi en est-il du cadre légal qui, bien qu'en voie d'assouplissement depuis vingt ans, n'empêche guère l'arbitraire politique et administratif de s'appliquer dans les faits. Les frictions qui se sont multipliées ces derniers mois entre les autorités marocaines et des ONG, locales et internationales, sont un exemple de cet arbitraire. L'association marocaine des droits humains (AMDH), la principale organisation indépendante du pays, avait dénoncé une "campagne" à son égard, publiant une liste d'une vingtaine de membres emprisonnés ou "poursuivis en liberté provisoire".
Une vive polémique avait éclaté entre des associations (dont l'AMDH) et le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad, après que ce dernier eut accusé des ONG de servir un agenda étranger, et d'affaiblir la lutte contre le "terrorisme".
En plus des causes exogènes, qui relèvent de la volonté politique, il y a des causes endogènes, qui sont inhérentes à la nature de la société marocaine. Elles sont essentiellement liées à la culture dominante. C'est ainsi qu'on peut constater le manque d'une culture citoyenne. L'individu est toujours considéré comme un sujet et non comme citoyen, qui a des droits et obligations.
Egalement, le manque d'une bonne gouvernance dans la gestion administrative, l'incapacité économique et l'absence de l'autonomie financière, la défaillance d'encadrement, et de transparence, sont des facteurs qui nuisent à la crédibilité de la « société civile » au Maroc, et par conséquent dissuadent les citoyens de croire à leurs actions.
La société civile devient plutôt un alibi dans le discours officiel, plus qu'une réalité tangible, parce qu'il est très difficile, dans des sociétés où les libertés d'expression et d'association font l'objet de dérogations, de voir éclore une société civile cohérente et vertébrée.
Au Maroc, on peut parler d'une vie associative au lieu d'une véritable société civile. Faut-il alors attendre un développement par le bas, c'est-à-dire via la société civile ? Pas sûr!
Docteur en droit public


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.