L'istiqlalien Abderrazak Afilal n'est plus    Caricatures outrageuses : le Maroc dénonce une « provocation insultante »    Covid-19 : hausse inquiétante des cas à Rabat-Salé-Kénitra    Bank Al-Maghrib : les indicateurs hebdomadaires    Décès du Combattant Abderrazak Afilal    Nouvelle visite au Maroc du président de la Chambre des représentants de la Libye    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Daya de Dar Bouazza bientôt propriété privée ?    Evolution du Coronavirus au Maroc : 3020 nouveaux cas, 197.481 au total, dimanche 25 octobre à 18 heures    A Casablanca, le vélo a le vent en poupe    Le président algérien à l'isolement après plusieurs cas suspects de coronavirus proches    Le Real s'offre le Barça au Camp Nou    Les Rouges voient rouge    La digitalisation, un levier clé pour une montée en gamme de l'industrie agroalimentaire    Le Secrétaire général de l'ONU dévoile le brigandage des polisariens    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    Les soins du visage digitaux sont-ils l'avenir de la beauté ?    Le Pr. Redouane Rabii a la médecine dans la peau et la patrie dans le cœur    Le coronavirus se propage comme une trainée de poudre    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Botola: Le Libyen Mohamed Anis Saltou rejoint le FUS    France-Plan social : Nokia revoie sa copie    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    PCNS : La démondialisation en débat    Confessions dominicales : De la défense des droits de l'homme à l'exploitation sexuelle    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    La classe moyenne agressée!    Agroalimentaire: Secouée par la crise, Danone se réorganise    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Ligue 1 : le match Lens-Nantes reporté à cause du Covid-19    Débuts difficiles pour Ziyech avec Chelsea (vidéo)    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale à Casablanca
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2014

Les sacrifices consentis par le peuple marocain et l'engagement du Sultan Moulay Youssef pour défendre la liberté de la France, ont été mis en exergue, mardi à Casablanca, lors d'une cérémonie commémorative de la date anniversaire (11 novembre) de la fin de la Première Guerre mondiale.
La cérémonie a été organisée au carré militaire français de Ben M'Sick par l'ambassade et le consulat général de France à Casablanca à laquelle se sont associés l'ambassade d'Allemagne et les consulats généraux des Etats-Unis et de Grande-Bretagne pour rendre hommage à la mémoire de l'ensemble des victimes civiles et militaires. «A l'occasion de cette première année du Centenaire de la Première Guerre mondiale et de ce 11 novembre qui en marque la fin en 1918, il importait de rappeler les sacrifices consentis par le peuple marocain pour défendre notre liberté», a souligné l'ambassade de France dans un communiqué tout en rappelant «l'engagement du Maroc et du Sultan Moulay Youssef dans ce conflit».
A l'issue de la traditionnelle cérémonie de Ben M'Sick, une deuxième manifestation s'est déroulée au lycée Lyautey de Casablanca, en présence de l'ambassadeur de France au Maroc, Charles Fries, des autorités locales et des élèves autour de la projection du documentaire «Marocains dans la Grande Guerre».
Ce film met en avant la contribution du Maroc à l'effort de guerre, en revenant sur l'histoire des 40.000 spahis et tirailleurs qui s'illustrèrent sur les champs de bataille de ce sanglant conflit.
Cette activité mémorielle dédiée à la fraternité d'armes qui unit la France au Maroc, s'est terminée par la remise des insignes de Chevalier de la Légion d'honneur à cinq vétérans marocains de l'armée française ayant combattu pendant la seconde Guerre mondiale, indique le communiqué.
«Nous sommes aujourd'hui réunis pour commémorer l'anniversaire de l'armistice du 11 novembre 1918 qui mit fin, après plus de 4 ans d'atroces combats, à ce qui constitue sûrement l'un des pires conflits de l'histoire de l'humanité», a souligné l'ambassadeur de France dans une allocution prononcée lors de cette cérémonie, relevant que «cet armistice fut pour la France et ses alliés le symbole d'une liberté retrouvée. Ce fut aussi une page de notre histoire commune, entre la France et le Maroc».
Le diplomate français a rappelé que dès septembre 1914, «c'est-à-dire deux ans seulement après l'instauration du protectorat, des soldats marocains étaient engagés dans ce terrible conflit qui secoua le monde».
«Le rôle déterminant du Sultan Moulay Youssef doit également être souligné : c'est lui qui s'engagea clairement à nos côtés dès le début du conflit, c'est lui qui adressa de multiples messages d'encouragement à ses sujets tout au long de cette guerre au cours de laquelle ses hommes se sont battus au-delà de leurs propres limites», a noté le diplomate français, rappelant que «les pertes furent énormes, plus de 11.000 soldats, un bilan qui témoigne du courage de ces hommes qui se battirent avec abnégation».
«Nous n'oublions pas également que la contribution du Maroc à l'effort de guerre fut économique par les envois de céréales et de denrées diverses, ainsi que par l'apport de milliers de travailleurs notamment dans les usines d'armement en France», a ajouté l'ambassadeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.