Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Levée de boucliers en Europe contre les bas salaires des ouvriers agricoles marocains
Publié dans Libération le 18 - 11 - 2014

Les tomates marocaines sont de nouveau sur le banc des accusés. Cette fois-ci, c'est à cause des conditions de travail des ouvriers agricoles chargés de cueillir cette légume, jugées injustes. Selon un dernier rapport de Fairfood, une ONG internationale, ces travailleurs exercent leur métier dans des conditions pénibles et dangereuses contre des salaires de misère. Elle estime que plus d'un tiers d'entre eux sont payés en deçà du salaire minimum agricole garanti (SMAG) équivalant à 147,44 euros par mois. Un fardeau qui touche en premier et de manière excessive les femmes qui représentent 70% des travailleurs agricoles dans la région du Souss-Massa-Drâa où la plupart des tomates du Maroc sont cultivées. Une situation des plus inacceptables qui n'a cessé d'être dénoncée par les syndicats marocains dont certains qualifient le secteur agricole de « monde de non-droit » et dont beaucoup de salariés sont des jeunes, des migrants, et des célibataires qui cherchent à éviter la stigmatisation sociale et la marginalisation.
Lahcen Moski, 38 ans, travailleur agricole dans un champ de tomates, a révélé aux auteurs du rapport, qu'il gagnait 60 DH (6,78 dollars) pour chaque journée de travail effectuée dans des conditions qui ne sont pas sans risque. "Que puis-je faire avec 60 DH alors que j'ai des enfants qui attendent nourriture, vêtements et médicaments ?», s'est-il demandé avant d'ajouter qu'il est souvent contraint de contracter des crédits pour nourrir sa famille.
Pour Fairfood, il n'y a pas que les exportateurs marocains à blâmer, les grandes chaînes de supermarchés européennes sont accusées de faire perdurer cette situation. En fait, le rapport indique que les grands détaillants européens notamment les Britanniques et les Néerlandais exercent plus de pressions sur ces travailleurs agricoles marocains qui fournissent 90 % des tomates écoulées sur le marché européen.
Des accusations balayées d'un revers de la main par la plupart des grandes chaînes européennes de supermarchés comme Albert Heijn aux Pays-Bas et Sainsbury et Tesco au Royaume-Uni. Les responsables de Tesco ont déclaré à ce propos qu'une enquête qu'ils ont menée eux-mêmes n'a pas débouché sur les mêmes résultats rapportés par Fairfood. D'après ces mêmes responsables, un contrôle des bulletins de paie de ces travailleurs a montré que tous sont payés au-dessus du salaire minimum agricole garanti.
Sainsbury a affirmé, pour sa part, que son fournisseur « paie non seulement le salaire légal, mais l'augmente de 20% pour tous ses travailleurs. Même son de cloche du côté d'Albert Heijn qui a déclaré que tous ses travailleurs ont été payés « au moins au salaire minimum agricole et que des taux plus élevés sont appliqués aux heures supplémentaires ».
Une défense qui ne semble pas convaincre cette ONG internationale qui compte lancer une campagne pour faire pression sur ces détaillants européens pour que des salaires décents soient payés aux travailleurs de leurs chaînes d'approvisionnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.