Destinées aux non-Ramédistes opérant dans le secteur informel : Les déclarations démarrent dès vendredi à 8h du matin    Lire, voir, écouter…méditer    45.000 points de vente contrôlés entre les 1er mars et 8 avril : 1057 infractions constatées sur les prix et la qualité des produits alimentaires    Mettre de côté les différends et faire prévaloir les intérêts suprêmes de la Nation    L'ambassadeur Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement    L'Inter Milan sérieux prétendant pour recruter Messi?    Fureur de vaincre!    Un démenti catégorique de son ambassade à Rabat : L'Espagne n'a pas réquisitionné des médicaments exportés vers le Maroc    La CGEM et l'IFC s'allient en faveur des startups marocaines    Coronavirus : 1.346 cas de contaminations, l'inquiétude grandit    Confinement : La Radio en vedette    Frais de scolarité : le bras de fer écoles privées/parents d'élèves    Pétrole: conférence décisive des pays producteurs    «Guelsso f Dar»: nouveau single de Bouchra    Le bilan s'alourdit, le monde à la recherche de réponses concertées    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    HCP: Décélération de la demande intérieure au premier trimestre 2020    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    Mini-remaniement en plein état d'urgence sanitaire    Les universités diffusent des cours à la radio    Rentrée parlementaire: Les textes prioritaires    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lancement à Al Hoceima du Festival de la créativité à distance    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    Lévinas, le visage, l'humanité    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Vapoter» n'est pas aussi inoffensif qu'on le croit
Publié dans Libération le 02 - 12 - 2014

Elle est pour certains un moindre mal par rapport au tabac. Pour d'autres, elle reste un ersatz dangereux. Pour d'autres encore, elle est très toxique. Il s'agit bien évidemment de la cigarette électronique. Depuis sa mise en vente, nombreux sont ceux qui la considèrent encore plus dangereuse que la cigarette classique. Les études fleurissent dans ce domaine. La dernière en date réalisée par une équipe de chercheurs japonais est sans équivoque. Elle indique que les cigarettes électroniques contiennent jusqu'à 10 fois plus de substances cancérigènes que le tabac normal. Voilà qui conforte au plus haut point leurs détracteurs.
Ainsi cette équipe de chercheurs du ministère japonais de la Santé a examiné la vapeur et détecté des substances cancérigènes comme le formaldéhyde et l'acétaldéhyde. «Surtout quand le fil, qui vaporise le liquide se surchauffe, cela dégage des substances nocives», a déclaré le chercheur Naoki Kunugita. Il veut ainsi sensibiliser le public sur le fait que «certains fabricants vendent ces produits pour un double usage (pour remplacer le tabac) ou comme une passerelle pour les jeunes afin qu'ils prennent l'habitude de fumer ». L'étude a insisté sur le fait que les e-cigarettes sont largement représentées comme un moyen sûr de fumer qui ne nuit pas à la santé.
Quid du Maroc? Au Maroc, la cigarette électronique fait l'objet d'un engouement grandissant. De nombreux petits magasins se sont spécialisées dans la vente des cigarettes électroniques. Elles sont également disponibles dans certains kiosques à journaux. Les clients ne manquent pas, persuadés que le vapotage va les aider à se débarrasser de leur addiction.
Devant ce constat, le ministère de la Santé a dénoncé il ya quelques mois les effets néfastes de cette cigarette et aussi les publicités qui en louent outrancièrement les vertus, soulignant que les promoteurs de ce genre de cigarette ciblent principalement les jeunes et les femmes exposés ainsi aux graves maladies dues au tabac. Tout en appelant les citoyens à ne pas céder à la tentation, le ministère de la Santé relève que la cigarette électronique peut même conduire à l'addiction au tabac ordinaire. Dans son plan d'action pour lutter contre ce fléau ravageur, le ministère de tutelle a renforcé les structures d'accueil pour aider les fumeurs à arrêter avec pas moins de 18 hôpitaux et 247 dispensaires. Pour sa part, le Centre antipoison et de pharmacologie a tiré la sonnette d'alarme. Selon ses conclusions, outre l'inhalation, c'est la mise en contact direct avec le produit qui présente également des dangers. Par ailleurs, les médecins et les acteurs de la société civile ne cessent de sensibiliser les citoyens sur les risques encourus. Ils insistent sur le fait que son ingestion peut donner une neurotoxicité. Ceci d'autant plus qu'il n'est prouvé nulle part que la e-cigarette peut servir de moyen de sevrage. Un avis partagé par Hassan El Baghdadi, le président de l'Association marocaine pour la lutte contre le tabac et la drogue, qui indique que «cette supposée vertu de la cigarette électronique n'est en fait qu'un argument de marketing pour amener encore plus de personnes, notamment parmi les filles et les garçons, à goûter l'effet du vapotage».
De plus, l'OMS a mis en garde les vapoteurs contre les dangers de la cigarette électronique. Les recommandations de cette institution ne laissent pas de place au doute quant à la toxicité de ce produit. Alors pourquoi remédier au mal par le mal, quitter la cigarette classique pour une «vapoteuse» encore plus nuisible à la santé?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.