Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Vapoter» n'est pas aussi inoffensif qu'on le croit
Publié dans Libération le 02 - 12 - 2014

Elle est pour certains un moindre mal par rapport au tabac. Pour d'autres, elle reste un ersatz dangereux. Pour d'autres encore, elle est très toxique. Il s'agit bien évidemment de la cigarette électronique. Depuis sa mise en vente, nombreux sont ceux qui la considèrent encore plus dangereuse que la cigarette classique. Les études fleurissent dans ce domaine. La dernière en date réalisée par une équipe de chercheurs japonais est sans équivoque. Elle indique que les cigarettes électroniques contiennent jusqu'à 10 fois plus de substances cancérigènes que le tabac normal. Voilà qui conforte au plus haut point leurs détracteurs.
Ainsi cette équipe de chercheurs du ministère japonais de la Santé a examiné la vapeur et détecté des substances cancérigènes comme le formaldéhyde et l'acétaldéhyde. «Surtout quand le fil, qui vaporise le liquide se surchauffe, cela dégage des substances nocives», a déclaré le chercheur Naoki Kunugita. Il veut ainsi sensibiliser le public sur le fait que «certains fabricants vendent ces produits pour un double usage (pour remplacer le tabac) ou comme une passerelle pour les jeunes afin qu'ils prennent l'habitude de fumer ». L'étude a insisté sur le fait que les e-cigarettes sont largement représentées comme un moyen sûr de fumer qui ne nuit pas à la santé.
Quid du Maroc? Au Maroc, la cigarette électronique fait l'objet d'un engouement grandissant. De nombreux petits magasins se sont spécialisées dans la vente des cigarettes électroniques. Elles sont également disponibles dans certains kiosques à journaux. Les clients ne manquent pas, persuadés que le vapotage va les aider à se débarrasser de leur addiction.
Devant ce constat, le ministère de la Santé a dénoncé il ya quelques mois les effets néfastes de cette cigarette et aussi les publicités qui en louent outrancièrement les vertus, soulignant que les promoteurs de ce genre de cigarette ciblent principalement les jeunes et les femmes exposés ainsi aux graves maladies dues au tabac. Tout en appelant les citoyens à ne pas céder à la tentation, le ministère de la Santé relève que la cigarette électronique peut même conduire à l'addiction au tabac ordinaire. Dans son plan d'action pour lutter contre ce fléau ravageur, le ministère de tutelle a renforcé les structures d'accueil pour aider les fumeurs à arrêter avec pas moins de 18 hôpitaux et 247 dispensaires. Pour sa part, le Centre antipoison et de pharmacologie a tiré la sonnette d'alarme. Selon ses conclusions, outre l'inhalation, c'est la mise en contact direct avec le produit qui présente également des dangers. Par ailleurs, les médecins et les acteurs de la société civile ne cessent de sensibiliser les citoyens sur les risques encourus. Ils insistent sur le fait que son ingestion peut donner une neurotoxicité. Ceci d'autant plus qu'il n'est prouvé nulle part que la e-cigarette peut servir de moyen de sevrage. Un avis partagé par Hassan El Baghdadi, le président de l'Association marocaine pour la lutte contre le tabac et la drogue, qui indique que «cette supposée vertu de la cigarette électronique n'est en fait qu'un argument de marketing pour amener encore plus de personnes, notamment parmi les filles et les garçons, à goûter l'effet du vapotage».
De plus, l'OMS a mis en garde les vapoteurs contre les dangers de la cigarette électronique. Les recommandations de cette institution ne laissent pas de place au doute quant à la toxicité de ce produit. Alors pourquoi remédier au mal par le mal, quitter la cigarette classique pour une «vapoteuse» encore plus nuisible à la santé?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.