Covid-19 au Maroc: le dernier bilan par région    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Covid-19: le point sur la situation aux Etats-Unis, nouvel épicentre de la pandémie    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    Fonds spécial: la contribution du groupe Centrale Automobile Chérifienne    El Youbi: “On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie, à condition…”    OCP: Un Chiffre d'affaires de plus de 54 MMDH en 2019    Coronavirus : Le vrai du faux sur l'épidémie au Maroc ce mercredi 1 avril 2020    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    La musique: Ce langage universel qui a sorti le monde de sa boule!    Assurances automobiles : La FMSAR s'organise pour garantir le renouvellement    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Les éboueurs en première ligne à Fès    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Canada durcit sa réglementation migratoire
Publié dans Libération le 05 - 02 - 2015

Le Québec compte revoir de fond en comble sa politique de migration. Il prévoit de réviser les critères de sélection, d'accueil et d'intégration des étrangers au marché du travail. Une révision qui sera suivie de près par des milliers de Marocains qui représentent avec les Algériens 21% des étrangers installés au Québec entre 2009 et 2013. Ces derniers redoutent de nouvelles règles plus restrictives pour la sélection des immigrants dans la catégorie des travailleurs qualifiés comme c'était le cas en août 2013.
Des inquiétudes qui semblent fondées puisque Kathleen Weil, ministre de l'Immigration, a déclaré que l'accent sera mis sur la manière de trouver une meilleure adéquation entre le recrutement des immigrants et les besoins de main-d'œuvre. L'objectif visé est de dénicher les candidats ayant le bon profil pour occuper les emplois vacants comme c'est le cas en vigueur à Ottawa. Ainsi, les employeurs seront invités à préciser de façon plus pointue leurs besoins en main-d'œuvre et définir le profil du travailleur qualifié idéal à attirer, secteur par secteur, région par région.
Et les ordres professionnels seront conviés à mieux considérer les diplômes acquis à l'étranger. « Cela semble d'autant plus important à une époque où la recherche d'immigrants qualifiés est «beaucoup plus compétitive» que par le passé », a précisé la ministre.
Des réformes qui s'inscriront dans le sillage de celles entreprises l'an dernier par le gouvernement fédéral visant à changer de modèle de sélection des immigrants. Désormais, ce modèle est axé essentiellement sur les emplois disponibles au Canada et chaque candidat doit produire une «déclaration d'intérêt» révélant ses aptitudes à répondre aux attentes des employeurs. L'objectif : lutter contre le chômage chez les immigrants, car on enregistre un taux plus élevé que dans la population en général. En 2013, au Québec, ce taux chez les nouveaux arrivants était de 11,6 %, soit quatre points plus élevé que dans la population en général. Pourtant, la majorité d'entre eux sont très scolarisés:
57 % comptent au moins 14 années d'études.
Les volumes et les bassins démographiques seront également sujets de débat. Une consultation plus spécifique sur deux aspects délicats du dossier sera lancée afin de déterminer le nombre d'immigrants qu'on souhaite accueillir chaque année et leur provenance. Chaque année, entre 50.000 et 55.000 étrangers s'installent au Québec. De 2001 à 2011, la proportion d'immigrants est passée de 9,9% à 12,6%. L'Afrique, particulièrement les pays du Maghreb, constitue le principal bassin de recrutement. De 2009 à 2013, un immigrant sur cinq provenait du Maroc ou de l'Algérie. Des chiffres qualifiés de trop par le gouvernement qui compte ramener le seuil d'accueil entre 48.500 et un maximum de 51.500 personnes. A rappeler que le gouvernement libéral avait déjà fait passer de 37% à 31% la proportion des candidats admis en provenance de l'Afrique, principalement du Maroc et de l'Algérie. Un taux qui aura été également maintenu par le gouvernement péquiste.
Des restrictions qui feront certainement le bonheur de plusieurs voix québécoises qui ne cessent de demander moins d'immigrants pour garantir une meilleure intégration pour ceux qui sont déjà installés sur le territoire québécois. Elles estiment que «le rêve nord-américain» a atteint ses limites et que ce modèle n'a pas eu le succès escompté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.