Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deuil national ou pas, absence du gouvernement, détermination des responsabilités
Publié dans Libération le 13 - 04 - 2015

L'émotion provoquée par le terrible accident de Tan Tan et ses 33 victimes mortes calcinées est en train de se transformer en colère sourde. Sur les réseaux sociaux, l'indignation atteint son paroxysme. Que vaut la vie des Marocains ? Comment conduire peut faire un carnage ? Comment sauver nos enfants des assassins de la route ? Les questions se bousculent et témoignent de l'indignation des internautes.
Le drame s'est produit vendredi 10 avril, très tôt dans la matinée, aux environs de 7 heures. Un autocar de la CTM transportant des enfants de Laâyoune ayant participé à la 6ème édition des Jeux nationaux des écoles de sport entre en collision avec un camion. L'accident se produit sur la route reliant la ville de Tan Tan à Laâyoune, au niveau de la commune rurale de Chbika. Sur place, des témoins évoquent une terrible explosion provoquant la mort de 33 personnes, dont de nombreux enfants, brûlées vives.
Les secours sont très vite organisés. Les rares survivants sont transportés à l'hôpital de Guelmim. Une seule victime, grièvement brûlée, est transportée par hélicoptère à l'hôpital militaire de Marrakech. Les autorités locales dont le wali de la région sont très vite sur place, suivi du Pdg de la CTM qui arrive en fin de matinée. Le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad, s'envolera dans la journée et sera le seul et unique responsable gouvernemental à se rendre à Chbika. «Le chef du gouvernement est en déplacement officiel en Corée pour remettre le Prix Hassan II de l'eau», explique-t-on dans l'entourage d'Abdelilah Benkirane. Durant toute l'opération d'évacuation des victimes, le ministre des Transports se fait désespérément porter pâle.
Le Roi annule toutes
ses activités
Après la prière de ce même vendredi où il est apparu très ému, le Roi Mohammed VI annule toutes ses activités. Annonce sera ensuite faite de sa prise en charge personnelle des obsèques des victimes.
Les télévisions marocaines ne sont pas en reste. Elles dépêchent immédiatement leurs équipes sur le lieu du drame. Impossible d'avoir des images pour le 13 heures du vendredi. Mais à 16 heures, Al Oula diffuse un premier flash avec quelques images de l'accident et la minute de silence observée par les parlementaires réunis en session de printemps. Ce qui n'empêche pas un fake de circuler sur YouTube, où est mise en ligne la vidéo d'un autocar en feu datant d'il y a deux ans.
En quelques heures, l'opinion publique digitale fait entendre sa colère. Les appels à décréter un deuil national se multiplient. Une page Facebook dédiée à cette forte revendication est créée. Elle compte déjà plusieurs milliers de fans. Sur Twitter, le hashtag #bnademrkhiss [l'être humain ne vaut pas cher] est lancé. Depuis vendredi, 2M a déprogrammé ses émissions de talk show, de jeu et de divertissement. Samedi, la diffusion en direct de la manifestation «Caftan 2015» est annulée.
Samedi, des joueurs portent des brassards de deuil lors du derby WAC-RCA. Pas suffisant pour ceux et celles de la Toile qui s'offusquent de la non annulation de ce match. «Il fallait décréter 3 jours de deuil et annuler toute activité sportive et festive. Un gouvernement d'amateur. La conscience est la base de la civilité», s'indigne un cyber-activiste.
Le deuil national,
une mesure exceptionnelle partout dans le monde
Les internautes ont-ils raison de réclamer un deuil national après le drame de l'accident de Tan Tan et ses 33 victimes décédées dans des circonstances insoutenables ? Il faut le savoir, il n'y a pas de texte qui organise le deuil national. Ni au Maroc ni ailleurs. Mais, et c'est le cas un peu partout dans le monde, c'est le chef de l'Etat qui en prend la décision, sachant que le décret d'un tel deuil est toujours exceptionnel. En France, par exemple, le deuil national est prononcé par décret du gouvernement ou du président de la République. François Hollande a décrété le 7 janvier 2015 journée de deuil national après les attentats de Charlie-Hebdo. « Faut-il au Maroc décréter un deuil national chaque qu'un drame de la route survient, surtout lorsque l'on sait que les accidents de la route sont la première cause de mortalité dans notre pays ? Et à partir de combien de morts, va-t-on mettre les drapeaux en berne, 10, 20, 40 ?», s'interroge ce responsable politique. Le Maroc ne décrète pas de deuil national uniquement en cas de décès de monarques du Golfe. On s'en souvient, un deuil national avait été décrété après le crash d'un avion militaire survenu le 26 juillet 2011 dans le Sud du pays.
Au-delà de la symbolique d'un deuil national – «on fait ressentir aux citoyens que leur pays est une grande famille» poste un internaute-, c'est l'après Tan Tan qui doit être appréhendé. Les responsabilités seront-elles déterminées ? Les mesures pour que cesse l'hécatombe sur les routes marocaines seront-elles prises ? Les victimes des inondations de Guelmim ont déjà été oubliées sur fond d'une totale impunité...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.