Coronavirus : 146 nouveaux cas, 13.434 au total, samedi 4 juillet à 10h    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 146 nouveaux cas, 13.434 au total    Un média argentin dénonce le détournement des aides humanitaires auquel se livrent le polisario et l'Algérie    Des rapatriés victimes d'une intoxication à Agadir: ce que l'on sait    Mohammedia: un individu arrêté après avoir agressé une mineure    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Investissement: 94 projets en cours de réalisation à Fès-Meknès    ONCF: 350.000 voyageurs depuis le 25 juin    Bac 2020: L'examen démarre avec des mesures sanitaires strictes    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Rapatriement d'un nouveau groupe de Marocains bloqués en Egypte    Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Bourita: le Maroc ne peut accepter les allégations sans preuves claires    «En créer l'atmosphère nécessaire, d'unité et d'enthousiasme»    Mise à nu de la propagande de l'Algérie et du «Polisario» sur les droits de l'Homme au Sahara    Crise du Covid-19: le Maroc salué par la Commission européenne    Le groupe BCP dévoile une nouvelle organisation pour soutenir sa dynamique    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Notules sur l'écriture de Moha Souag : Le réalisme existentiel
Publié dans Libération le 20 - 10 - 2009

Discourir sur l'écriture de Moha Souag demeure une entreprise dont l'amoureux s'enchevêtre généreusement avec le jouissif. Ecrivain marocain de langue française, Moha Souag ne cesse d'imposer sa voix littéraire, son sceau, sa trace et sa manière de voir et de concevoir le monde et ses choses.
Définir l'écriture comme acte visant la “quête perpétuelle du sens et de la lumière”, suivant les propos de Abdellatif Laâbi, pose comme évidence que la quiddité de l'acte d'écrire est bel et bien ontologique. Ontologique pour l'écrivain qui “a choisi de dévoiler le monde et singulièrement l'homme aux autres hommes”. Ontologique dès lors que l'écrivain s'engage librement dans son temps et décide de “servir par la plume les intérêts de la communauté” à laquelle il appartient. S'il en est ainsi, l'exercice d'écrire est un faire représentatif du monde. Moha Souag tente cette aventure et réussit son coup à bien des égards. En effet, l'écriture de Moha Souag est un programme dans lequel “le monde est descriptible, accessible à la dénomination. (…) ; ce programme se caractérise aussi par sa volonté d'exhaustivité (…), et le réel est alors envisagé comme un champ complexe et foisonnant, discontinu, “riche” et nombrable, dénombrable, dont il s'agit de faire l'inventaire”. Dans cette perspective, il est à placer l'écriture de Moha Souag dans le cadre de ce que nous appellerons volontiers le réalisme existentiel. Il est ici question d'une écriture brossant avec brio le monde tout en insistant sur ce que Kundera appelle “l'essence de la problématique existentielle”. En effet, pour mettre en exergue l'essence de la problématique existentielle de ses personnages, Moha Souag multiplie les stratégies d'écrire et diversifie les moyens de dire. Les textes de Moha Souag se présentent au lecteur tel un souffle bref et rapide. Ils imposent leur cadence et leur vitesse au lecteur qui les reçoit dans un bonheur inouï. Description, narration et construction des phases donnent à visualiser le temps, l'espace et les actions des personnages comme l'aurait fait un cinéaste chevronné. Moha Souag donne à son lecteur l'impression que ses narrateurs sont armés de caméras et filment la réalité des êtres et de leurs devenirs. Le principe de l'écriture de Moha Souag est, empruntons l'expression de Deleuze, “construit sur la base de l'image – mouvement”. Les textes de Moha Souag bougent et invitent à bouger. Ils créent, font et invitent à créer et à faire l'action. Tout se passe ici en parfaite “adéquation entre la taille du plan et son contenu matériel d'une part (…) et son contenu dramatique de l'autre”. Tout ceci s'étaye par la spécificité du style de Moha Souag. Nous n'aurons point tort de trancher que la littérature de Moha Souag est d'abord une littérature de l'art d'écrire. On y sent les traces de ce bonheur angoissé vécu par l'auteur de «Les Années U» au moment où il se met à la composition de ses symphonies, ses textes. L'écriture artisanale, fondée avec plus d'ordre avec Flaubert, selon Barthes, passe nécessairement par le style, cette substance qui “plonge au plus profond du corps et du passé de l'écrivain ; il en transcrit métaphoriquement la personnalité secrète, l'humeur, la chair. Il (le style) renvoie à la structure charnelle singulière de l'auteur, à ses pulsions.” L'écriture/style de Moha Souag se veut, en définitive, une orchestration du monde qu'il s'efforce de présenter à son lecteur. Stratège, Moha Souag réussit donc à introduire son lecteur dans les labyrinthes de ses textes, tout en le sommant de participer activement à l'écriture/réécriture de l'œuvre. Le lecteur de Moha Souag est désormais impliqué dans l'ourdissage des devenirs des personnages, y compris le sien propre.
Riche et diverse, l'œuvre de Moha Souag se présente comme instant de mise en œuvre de deux fondamentales instances : mémoire et histoire. S'agissant de la première, Moha Souag écrit sa propre mémoire ; une mémoire enracinée dans les recoins les plus sombres d'Errachidia. S'agissant de la seconde, Moha Souag participe littérairement de l'écriture de l'histoire du Maroc. Moha Souag écrit la mémoire et l'histoire, car il est on ne peut plus douloureux quant “l'oubli balaie les souvenirs”, selon l'expression de Khatibi, les souvenirs relatifs à la ville d'Errachidia et au Maroc. Les personnages de Moha Souag voyagent. Ils errent dans le monde et, angoissés, ils rêvent d'être. Entre l'incertitude et la certitude, les personnages de Moha Souag sont en devenir. Moha Souag les jette dans l'ici et maintenant de l'errance. A travers son œuvre, Moha Souag creuse dans la marge de la société marocaine, il déconstruit l'habitus d'une société en pleine mutation afin de donner à réfléchir sur l'avenir comme lieu de possible. C'est bien là où réside l'essence de cette écriture qui pense, selon le mot de Kundera. Une écriture qui “ne juge pas ; ne proclame pas des vérités ; elle s'interroge, elle s'étonne, elle sonde ; sa forme est des plus diverses : métaphorique, ironique, hypothétique, hyperbolique, aphoristique, drôle, provocatrice, fantaisiste ; et surtout : elle ne quitte jamais le cercle magique de la vie des personnages ; c'est la vie des personnages qui la nourrit et la justifie”.
Tous les ingrédients de cette écriture moderne sont de mise dans l'œuvre de Moha Souag. Ils traversent son œuvre de bout en bout pour se réduire en fin de compte à une symbolique ouverte sur toutes les possibilités de lecture/interprétation. A l'instar de Kafka, Moha Souag “cherche ses héros dans le quotidien le plus banal et les place d'un geste décidé dans des situations profondément déconcertantes” afin de déchirer le rideau de la préinterprétation dont parle Kundera, et donc fournir une nouvelle interprétation au monde.
“Ecrire
la douleur du rêve avorté
Ecrire
la douleur du rêve enfanté,”
écrit Moha Souag le poète. “J'ai froid (…). Je me traîne dans le village. (…) Le froid est insupportable. Enfoui dans ma djellaba bleue, je vais d'un café à l'autre sans but, sans conviction (…),” répond Moha Souag le nouvelliste. “Le soir tombait avec ses ténèbres, ses peurs et ses angoisses,” réplique Moha Souag le romancier. Poète, nouvelliste ou romancier, Moha Souag n'est que voix. Une voix au sein de laquelle vivent en concomitance mille et une couleurs de notre patrimoine marocain riche et divers…
Tels sont, grosso modo, quelques paramètres constitutifs de l'œuvre de Moha Souag, une œuvre qui ne signifie que lorsqu'elle devient la métaphore du possible. Une œuvre-puzzle, une œuvre à venir et en devenir, une œuvre inchoative.
Il serait, de toute évidence, erroné de croire cerner la quintessence que nous donne à admirer l'œuvre de Moha Souag. Ecrivain prolixe, cet écrivain nous offre une œuvre diverse qui demande à être méditée avec plus d'insistance et plus d'approfondissement. C'est là l'œuvre de la critique et des critiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.