Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réunion de sécurité en Turquie sur fond d'intervention militaire en Syrie
Publié dans Libération le 01 - 07 - 2015

Le président Recep Tayyip Erdogan, le gouvernement et les responsables de l'armée turcs ont fait le point lundi de la situation en Syrie, sur fond d'informations de presse insistantes évoquant une intervention militaire turque sur le sol de son voisin.
Depuis que les milices kurdes ont chassé mi-juin les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) de la ville frontalière syrienne de Tall Abyad, les dirigeants islamo-conservateurs turcs ont manifesté à plusieurs reprises leur inquiétude quant à la progression des forces kurdes le long de leur frontière avec la Syrie. Le chef de l'Etat a répété que son pays "ne permettra jamais l'établissement d'un nouvel Etat" dans le nord de la Syrie, en référence à une région autonome kurde de Syrie susceptible d'inspirer les quelque 15 millions de Kurdes de Turquie.
Lors de sa réunion lundi, les responsables turcs se sont une nouvelle fois inquiétés des "actions visant les civils dans la région et destinées à changer la structure démographique de la région", selon la déclaration de la présidence.
A plusieurs reprises ces derniers jours, la Turquie a accusé les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes de procéder à un "nettoyage ethnique" dans les régions syriennes tombées sous son contrôle afin de faciliter la constitution de cette région autonome. Les chefs kurdes de Syrie ont démenti ces allégations.
La réunion mensuelle du MGK s'est déroulée alors que plusieurs médias turcs ont affirmé que le gouvernement envisageait une opération militaire en Syrie pour repousser loin de ses frontières les combattants de l'EI et empêcher en même temps la progression des forces kurdes, proches des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mènent la rébellion en Turquie depuis 1984.
Le quotidien progouvernemental Yeni Safak a rapporté dimanche qu'une telle intervention pourrait permettre de créer une zone-tampon, réclamée depuis des mois par Ankara, de 100 km de long et d'une trentaine de km de profondeur sur le sol syrien, entre Öncüpinar et Karkamis (sud).
Quelque 18.000 soldats turcs pourraient participer à une intervention, selon Yeni Safak. Selon la presse, le chef d'état-major de l'armée turque, le général Necdet Özel, aurait demandé un ordre écrit au gouvernement avant toute intervention.
En octobre dernier, le Parlement turc avait autorisé l'armée à intervenir militairement en Irak et en Syrie contre les jihadistes. Mais le gouvernement turc était resté l'arme au pied pendant toute la bataille pour le contrôle de la ville frontalière syrienne de Kobané, qui s'est soldée en janvier par la victoire des Kurdes sur les jihadistes.
Les pays occidentaux reprochent régulièrement au gouvernement turc sa complaisance vis-à-vis des jihadistes, ce qu'Ankara a toujours farouchement démenti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.