Le rêve ou l'illusion sont forcément de l'autre côté    Bernard Casoni, nouvel entraîneur du MCO    Manifestation sportive au sein de l'UH2C pour inciter les jeunes à pratiquer le sport    Evolution du coronavirus au Maroc : 806 nouveaux cas, 459.671 au total, dimanche 17 janvier 2021 à 18 heures    Notre objectif est de retarder l' arrivée au Maroc de la nouvelle souche de la Covid-19 et de limiter sa propagation    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Les employés du Groupe Sentissi en visite au passage d'El Guergarat    L'Opinion : Susciter l'adhésion des sceptiques    Achraf Hakimi vendu à crédit par le Réal, l'Inter en défaut de paiement !    Egypte 2021 : Le Championnat du monde de handball sous la pandémie    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira au large de cap spartel    Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces Sud    3è réunion de la Commission nationale du suivi et de l'accompagnement    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Agadir, à l'aune de génération de réformes!    Biden promet une série de décrets dès mercredi    WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Azilal : campagne de chirurgie générale au profit des zones touchées par la vague de froid    Mondial de Handball : Face aux Islandais, dernière chance pour les Marocains, mais... difficile !    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Fusion : PSA et FCA officiellement unis    Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé    Kerouac, Ginsberg, Burroughs... Le rêve tangérois des voyageurs américains dans l'âme    Marc Thépot, une nouvelle vie    Confessions dominicales : Témoignage édifiant en réponse aux chantres du défaitisme    L'Agence marocaine antidopage tient à Rabat son premier conseil d'administration    Officiel: le Maroc désigné pays-hôte    Ronaldo: «Le Real a eu tort de laisser partir Hakimi»    La jeunesse partisane appelle au renforcement de sa représentation politique    Défis et perspectives de l'aménagement territorial post Covid-19    Agriculture-Pluies: l'année s'annonce prometteuse    Vient de paraître : «Le Secret de la lettre» de Mohammed Ennaji    Les temps sont durs pour Mohamed Ismaïl!    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    Bank Of Africa veut cofinancer l'investissement chinois en Afrique    La situation politique et sociale en Algérie est "désastreuse"    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    UGTM : Moulay Brahim El Othmani nouveau président du Conseil d'administration de la MGPAP    Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie    e-commerce : la Covid-19 dope le marché en 2020    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement jette l'opprobre sur ses élections
Publié dans Libération le 06 - 10 - 2015

Après Nabil Benabdallah, c'est au tour de la Commission gouvernementale de suivi des élections de jeter l'opprobre sur les élections de la deuxième Chambre. Ladite commission a annoncé, dans un communiqué publié dimanche dernier, avoir «appris que certains élus sont soupçonnés de crimes électoraux liés à l'usage de l'argent pour l'achat des voix des électeurs».
Des soupçons que la justice va essayer d'en démêler le vrai du faux conformément aux lois en vigueur, a précisé le communiqué qui est, pourtant, resté muet sur l'origine de sa suspicion. Nul ne sait, en effet, si ses soupçons sont le fruit des enquêtes menées par la commission ou des plaintes déposées auprès des parquets généraux. Le document en question ne pipe également mot sur les éventuelles arrestations et ne précise nullement si des poursuites sont en cours ou non.
Un communiqué muet et avare en informations qui intervient 48 heures après une déclaration du secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) qui n'a pas hésité à qualifier le scrutin du vendredi 2 octobre de scandaleux en prétendant que 70% des nouveaux conseillers auraient usé de l'argent sale pour s'assurer un strapontin au sein de cette Chambre. S'agit-il de propos tenus par un mauvais perdant dont le parti n'a remporté que deux sièges ou de la déclaration mesurée d'un responsable politique ? Nabil Benabdallah a-t-il tenu ses propos en tant que ministre au sein du gouvernement Benkirane ou en tant que secrétaire général du PPS, voire de simple citoyen qui vide son sac ? «L'absence d'un communiqué de presse relayant ses propos ôte tout caractère officiel à ces derniers. Pourtant et même s'il faut prendre sa déclaration en simples paroles en l'air comme celles qui ont été souvent proférées par de simples citoyens, il n'en demeure pas moins qu'il s'agit de graves accusations», nous a précisé Mohamed El Ghali, professeur de sciences politiques à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech. Et de poursuivre que «s'il estime que ces élections ont été entachées de fraude, le PPS aurait dû saisir la justice».
Une action qui n'aura pas lieu puisque le secrétaire général de ce parti a reconnu lui-même qu'il ne dispose pas de preuves tangibles incriminant les coupables. «Je ne suis pas la police et si j'avais des preuves, j'aurais déjà saisi la justice», a-t-déclaré à Al Youm 24 avant d'ajouter : «Ce qui est sûr, c'est que les résultats des élections de la Chambre des conseillers n'ont pas traduit ceux des élections communales du 4 septembre dernier. Ce qui veut dire qu'il y a eu création de coalition et distribution massive d'argent».
Nabil Benabdallah n'est-il pas en train de faire de la surenchère politique ? «Fort probable», nous a indiqué une source sous le sceau de l'anonymat. D'après elle, la sortie médiatique du secrétaire général du PPS n'est que la réaction logique d'un mauvais perdant qui a vu son parti relégué au second plan dans une deuxième Chambre fortement dominée par les principaux partis de l'opposition qui ont remporté 55 sièges sur 120, contre 32 pour les partis de la majorité. Le PI et le PAM ont, en effet, remporté, respectivement 24 et 23 sièges et l'USFP et l'UC ont obtenu respectivement 5 et 3 sièges.
Du côté de la majorité gouvernementale, seul le PJD a réalisé de bons scores en remportant 12 sièges, suivi du Mouvement populaire (MP) avec 10 sièges et du Rassemblement national des indépendants (RNI) avec 8 sièges.
Pour sa part, le Mouvement démocratique et social (MDS) a remporté trois sièges, le parti Al Ahd Addimocrati et le Parti de la réforme et du développement (PRD) un siège chacun et les sans appartenance politique 8 sièges. «Pourquoi Benabdallah a-t-il choisi de dénoncer l'usage de l'argent sale maintenant alors qu'il a gardé le silence sur les irrégularités qui ont entaché les élections des Chambres professionnelles, communales et régionales?», s'est interrogée notre source. Un avis que partage Mohamed El Ghali qui estime que le secrétaire général du PPS n'a réagi qu'une fois que les intérêts de son parti ont été touchés. «L'intégrité du processus électoral a été remise en question seulement après que le PPS a obtenu de mauvais résultats et cela en dit long sur les principes démocratiques qui régissent ce parti politique», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.