ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La création naïve au Maroc en deuil
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2009

L'artiste peintre oniriste Benhila Regraguia, « l'artiste peintre naïvéiste à plusieurs facettes » comme il plaisait aux critiques de la qualifier, n'est plus. Elle s'est éteinte à Essaouira lundi, à l'âge de 69 ans, suite à une longue maladie. C'est dans son atelier à Hrarta dans la région d'Essaouira que la mort l'a happée. Artiste singulière d'Essaouira, la défunte était connue pour son parcours original et ses sensibles contributions sociales et culturelles, en plus de ses actions pour l'esprit du dialogue interculturel : «...La défunte Regraguia Benhila était une authentique artiste peintre, mais pas seulement peintre dans le sens de l'utilisation des couleurs ou des formes; peintre dans le sens de la perception à travers l'autre langage du regard visuel et spirituel de la nature, du sort de l'être humain et des histoires qu'il porte ou fait exprimer, c'est-à-dire qu'elle n'était pas une « analphabète ou une ignorante qui peint », mais une autre intellectuelle qui exprime le monde à sa manière, comme elle faisait exprimer le patrimoine culturel, l'échange interculturel, la joie de l'art, ou la fraternité et l'amour universel; elle était aussi une artiste engagée, qui ne fait pas de cadeau aux circonstances formelles ou de complaisance, quand ça ne va pas, elle proteste d'une manière très forte, et quand elle observe une défaillance ou négligence concernant la condition des artistes ou des associatifs, elle la condamne ouvertement, tout comme elle a aimé chanter toute sa vie pour la liberté, individuelle ou collective... qu'elle repose en paix», témoigne Ahmed Harrouz, artiste plasticien et chercheur universitaire.
De son côté, Abdelmajid Zouitina, vice -président du Syndicat des plasticiens marocains, nous a souligné: « Regraguia, figure de prou de la création au féminin, a marqué l'histoire de l'art marocain d'une empreinte profonde grâce à ses œuvres inédites. Elle a bien voulu s'installer à la campagne, dans la région d'Essaouira, où elle passe la plus grande partie de son temps, pour se consacrer à sa peinture lyrique. Ses œuvres récentes sont placées sous le signe de la continuité et de l'éparpillement dans la forme et la couleur plus vive moins sombre, en donnant libre cours à ses fantasmes. Son empreinte est toujours omniprésente».
Pour sa part, Raiss Abdessalam, président de l'Association marocaine des passionnés des arts plastiques, nous révèle : « Regraguia nous a légué un immense travail, bien recherché et très créatif. Elle est parmi les grandes figures de la peinture marocaine. Son œuvre fait partie intégrante du patrimoine national non seulement dans le domaine de la peinture, des arts plastiques mais aussi du point de vue de notre culture visuelle en général. Je me souviens d'une femme généreuse, discrète, toujours vivante. Elle avait lutté courageusement contre la maladie jusqu'au dernier jour. Elle n'était pas seulement une artiste peintre mais un acteur associatif confirmé et une militante de la culture et de la promotion des arts plastiques au Maroc. ».
Femme profondément taciturne et sage, Regraguia a rendu l'âme. Mais ses toiles auxquelles elle a savamment mêlé formes et couleurs demeureront une trace vivante dans notre mémoire collective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.