Déficit budgétaire de 41,3 MMDH à fin juillet    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le silence blanc" de Mokhtar Chaoui présenté à la Villa des arts de Rabat
Publié dans Libération le 18 - 11 - 2015

img class="responsive" style="display:none" src="http://www.libe.ma/photo/art/grande/8532431-13427198.jpg?v=1447768133" alt=""Le silence blanc" de Mokhtar Chaoui présenté à la Villa des arts de Rabat" title=""Le silence blanc" de Mokhtar Chaoui présenté à la Villa des arts de Rabat" / img class="not-responsive" src="http://www.libe.ma/photo/art/default/8532431-13427198.jpg?v=1447768144" alt=""Le silence blanc" de Mokhtar Chaoui présenté à la Villa des arts de Rabat" title=""Le silence blanc" de Mokhtar Chaoui présenté à la Villa des arts de Rabat" /
La Fondation ONA-Villa des arts de Rabat et le laboratoire Dililartrice de l'Université Ibn Tofail organisent jeudi 26 novembre 2015 à 18h30 à la Villa des arts de Rabat une rencontre autour du livre « Le silence blanc » avec Mokhtar Chaoui, présenté par le Pr. Sanae Ghouati.
Avec « Le silence blanc », Mokhtar Chaoui traite des sujets très sensibles que sont le sort des fillettes du Maroc profond, « vendues » par leurs parents à cause de la misère, de l'enclavement que vivent les Marocains des zones montagneuses dont on oublie jusqu'à l'existence et qui tombent chaque hiver comme des mouches, des petites bonnes qui vivent comme des esclaves chez des riches et dont le corps reste à la merci des fantasmes des lalla/Sidi et de leurs enfants, et des enfants abandonnés à la rue, victimes de toutes les vexations policières et sociales.
Choumicha, la petite héroïne du « Silence blanc », vivra tout cela à la fois. Son existence est une odyssée de mauvaises fortunes. Chaque fois qu'elle croit s'en sortir, un autre malheur lui tombe sur la tête. Pour vivre quelques moments de joie, elle s'invente son propre monde, loin des humains, et s'y réfugie chaque fois que les mortifications l'accablent. Cela dure quelques années jusqu'à ce qu'elle rencontre Michel Charme, un vieil écrivain français dont la verve a tari et qui s'est installé à Tanger pour retrouver sa muse. De leur rencontre naîtront des œuvres dont l'enfant est l'artiste et l'adulte l'artisan. Il est donc question dans « Le silence blanc » de deux histoires qui s'entremêlent et qui se croisent à la fin pour nous dire que l'art reste le dernier refuge des déshérités. Par ailleurs, le vendredi 27 novembre à partir de 18h30, la Fondation organise une autre rencontre qui aura pour thème « Orient, Occident, dites-vous ? » avec D. Khireddine Mourad. Qu'est-ce que l'Orient ? Qu'est-ce que l'Occident ? Si déjà le géographique laisse accroître que nous avons là deux données spatiales, qu'en est-il dès lors de nos représentations – de nos illusions de ces lieux de nos imaginations, ou de l'histoire, ou encore d'une certaine épistémologie trompeuse ? C'est autour de ces question que portera l'intervention tout en s'attachant à relever d'une part l'utopie de prétendre qu'ils s'opposent l'un à l'autre, tant leur paysage ethnique, religieux et culturel se transforme, se diversifie, s'enrichit – ou selon certains se dégrade – au gré d'une incessante transhumance humaine, tantôt violente tantôt apaisée ou, d'autre part, de prétendre qu'ils se confondent l'un dans l'autre, au regard de l'acharnement qu'ils mettent à faire prévaloir une altérité exacerbée qui serait porteuse de chocs multiples.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.