La coopération entre les services de renseignements arabes au centre d'un forum au Caire    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Décès de Hosni Moubarak: ce que l'on sait    Officiel: le Wydad présente son nouvel entraîneur (PHOTO)    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Hamidou Zemmouri n'est plus    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    La RSB rate le leadership à Oued Zem    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    Coronavirus: grosse panique chez les Marocains d'Italie    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Tour des championnats européens de football    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Expansion du coronavirus en Italie : Le consulat du Maroc à Vérone crée une cellule de crise    Le Maroc prend part à Genève à une rencontre sur la Convention contre la torture    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    Pétitions, le Parlement fait le point    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Sécurité et protection des données : inwi adhère officiellement à la «Déclaration numérique GSMA»    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Est-ce si difficile de faire rire ?
Publié dans Libération le 21 - 11 - 2009

Etre humoriste n'est certainement pas une mince affaire comme certains ont tendance à le croire. Cela suppose une connaissance très profonde de la société dans laquelle on vit, ses préoccupations, ses attentes et ses interrogations. Et comme cela change d'une classe sociale à une autre, d'un niveau d'instruction à un autre et d'une contrée à une autre, l'humoriste se doit non seulement de concevoir des textes assortis avec tous ces paramètres mais aussi et surtout, prendre garde de ne pas froisser les sentiments d'une minorité, d'une ethnie ou des personnes atteintes de certaines anomalies physiques.
Au Maroc, l'humour a beaucoup évolué depuis quelques décennies mais pas toujours dans le bon sens. Et si certains humoristes travaillent leurs styles et leurs gags en allant passer des stages et en cherchant toujours à parfaire leurs prestations, aidés en cela par un niveau d'instruction conséquent, voire parfois assez important, d'autres restent très limités, répètent les même clichés sans savoir dans certains cas qu'ils versent dans la ségrégation plutôt que dans l'humour et sans faire la distinction entre la blague (Noukta) et l'humour. Des années durant, ils ont repris les mêmes images, les mêmes stéréotypes comme si la vie de tous les jours stagnait. On retrouve ainsi la même dualité, citadin - compagnard, Arabe - Berbère, Noir-Blanc , etc.
D'autres par contre, font un travail plus recherché et plus raffiné. Ils sont au courant de tout ou presque, ils connaissent parfaitement l'actualité marocaine et étrangère parce qu'ils lisent beaucoup et sont à l'affût de toutes les nouveautés, qu'elles soient politiques, sociales, économiques ou encore sportives. D'ailleurs, le mois de Ramadan est le thermomètre par excellence pour mesurer le degré de créativité et de maturité des humoristes qu'on nous propose après la rupture du jeûne. Souvent, malheureusement, cela tourne au matraquage pour ne pas dire au harcèlement.
Rares sont les humoristes qui se démarquent. Houssine Benyaz, Hanane Fadili, Hassan El Fed, Said Naciri, pour ne citer qu'eux, sont les seuls à proposer un travail élaboré et fin. Mais cela se comprend dans la mesure où ces artistes ne cessent de chercher le mot adéquat, la phrase expressive et la tournure magique qui vous secoue.
Hassan, on le sait, est un artiste accompli : il est artiste plasticien, musicien, comédien et j'en passe. Hanane, elle , ne rate pas une occasion pour aller parfaire ses connaissances. Quant à Said Naciri , on sait qu'il est imbu de la fibre humoristique pour laquelle il a laissé tomber une bonne carrière professionnelle , en plus du fait qu'il soit intellectuel et avisé, alors que Benyaz est l'exemple type de la personne qui sait évoluer et qui parvient à transcender les conjonctures et les époques. Les autres, dans la plupart n'évoluent guère et pour justifier cette situation, on avance des motifs qui ne sont pas convaincants du genre « les Marocains ne rient pas facilement ou que les choses sont tellement mauvaises qu'on n'a plus envie de rire ». C'est en quelque sorte, justifier la médiocrité de certains humoristes auxquels on ouvre grandes les portes de la télévision, des soirées ou encore des spots publicitaires et qui déçoivent dans la plupart des cas pour ne pas dire dérangent .
Hanane Fadili :
allaitée et sevrée
d'humour
D'une famille artiste jusqu'à la moelle, Hanane Fadili a certes une longueur d'avance. Son milieu familial étant très propice, elle n'avait qu'à travailler et encore travailler pour être a la hauteur de son appartenance. Hanane a fait sa première apparition à la télévision dans l'émission TV3 qui, à l'époque, était une véritable révolution dans le tube cathodique avec des effets et des trucages très en avance par rapport à ce qui existait. D'ailleurs, il n'y avait qu'une seule chaîne. Mais c'est avec Taieb Seddiki qu'elle entre dans le vif du sujet alors qu'elle n'avait que 17 ans. Cela coïncidait d'autre part avec le début de 2M où Hanane est choisie dans un casting pour présenter une émission humoristique «Foukaha ».
C'est certainement ses débuts à la 2ème chaîne qui lui ont valu l'admiration du public, parce qu'elle avait quelque chose de nouveau que les autres n'en avaient pas.
Après, elle fait des stages et suit des formations en France notamment. Mais ses apparitions se font de plus en plus rares. Une chose est sûre cependant : quand Hanane Fadili disparaît, c'est qu'elle travaille, et quand elle revient, c'est pour nous «tuer» de rire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.