Jeux africains : La Marocaine Soukaina Sahib décroche la médaille d'or    L'article de The Wall Street Journal qui a affolé le polisario    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Dans son discours à la nation à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple    Consécration du beach-volley égyptien    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    Rabat : Alsa-City bus assure le transport à la capitale    Faux et usage de faux: Arrestation d'un récidiviste à Meknès    Paris: Coups de feu sur le tournage d'un clip de Booba    M'barek Boussoufa rejoint le club qatari d'Al-Sailiya    Voici les deux premiers matches des Lions après la CAN    Fête de la Jeunesse: Grâce royale au profit de 443 personnes    Fête du Trône: Bank Al-Maghrib émet un billet commémoratif de 20 dirhams    Météo: Le temps qu'il fera mercredi    Brexit : BoJo fait le forcing à Berlin et Paris    Discours royal : Un modèle de développement nouveau avec du sang frais    Vidéo. Jeux africains : une cérémonie d'ouverture digne de l'Afrique    Fête de la jeunesse : Grâce royale au profit de 443 personnes    La Grèce n'a pas reçu de demande d'ancrage du pétrolier iranien    Algérie: Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse    BAM : le contrôle sur les transferts de l'étranger vers le Maroc renforcé    Habib El Malki salue la position de Freetown    Grande Canarie : La progression de l'incendie ralentit, selon les autorités    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Insécurité routière : 30 décès en l'espace d'une semaine !    SM le Roi adresse un discours à la Nation, ce soir    Les FAR accueillent les premiers appelés au service militaire    Les jeunes sont l'avenir du Maroc    Le Maroc et le Fonds vert pour le climat souhaitent renforcer leur coopération    « Voix de Femmes », une 11ème édition 100% marocaine    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    46 joueurs présélectionnés pour 2 matchs amicaux    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le directeur de l'ANAM lance des accusations contre la CNOPS
Publié dans Libération le 15 - 12 - 2015

Hazim Jilali demande l'intervention du chef du gouvernement pour qu'une solution soit trouvée aux problèmes qui entravent
la rénovation
des conventions
nationales des soins

La Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) entrave le processus de rénovation des conventions nationales, selon une lettre datée du 9 novembre 2015 et adressée par le directeur général de l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM), Hazim Jilali, au chef du gouvernement.
Ce dernier y demande l'intervention de Benkirane pour qu'il trouve des solutions aux problèmes qui entravent jusqu'à présent la rénovation de ces conventions et parmi lesquels il cite l'attitude « irresponsable » du directeur de la CNOPS.
Le directeur de l'ANAM y a insisté également sur l'importance de ces conventions nationales qui concernent des milliers de fonctionnaires, car elles fixent un tarif national de référence des soins médicaux, et par conséquent, elles constituent l'une des bases sur lesquelles se fonde le système de l'Assurance maladie obligatoire. Et pour cette raison, Hazim Jilali considère que la rénovation de ces conventions constitue une priorité pour l'ANAM vu que celles-ci ont été signées en 2006 et qu'elles n'ont pas été renouvelées depuis lors. Pour ce faire, l'ANAM a adopté une approche participative qui consiste à encourager la concertation avec les organismes concernés par ce dossier. Plusieurs réunions ont été tenues dans ce sens, aboutissant à l'engagement en juillet 2015 de ces organismes à signer trois conventions nationales (concernant les pharmaciens, les biologistes et les médecins dentistes) en présence du ministre de la Santé lui-même.
Et afin de peaufiner les versions finales de ces conventions, il aurait fallu entamer un deuxième round de négociations en vue de les ratifier en septembre 2015, mais « l'ANAM a été surprise des appels répétitifs du directeur général du CNOPS d'ajourner les négociations ». En plus, ce dernier a adressé une correspondance à l'ANAM dans laquelle il exige la révision à la baisse de la valeur de la lettre clé D pour les soins dentaires et les tarifs des prestations de cardiologie pour poursuivre toute négociation.
Le directeur de l'ANAM a qualifié ces exigences de manœuvre visant à faire échouer « ce projet national de première importance. Ce qui nous conduit à nous interroger sur les raisons de cette position ». Il a rappelé dans ce sens que les représentants de la CNOPS dans les commissions techniques adoptent la même position. La lettre cite, à titre d'exemple, « les tentatives répétées de ces représentants visant à entraver les travaux de la commission économique et financière des produits médicaux » et « les tentatives d'entraver les travaux des commissions techniques et juridiques qui ont pu terminer le premier round des négociations ».
Pire, selon la même source, la CNOPS a pris des décisions de façon unilatérale comme c'est le cas pour la conclusion d'une convention bilatérale « illégale » (selon le terme utilisé par la lettre) avec l'Association nationale des cliniques privées visant à normaliser les dossiers de pièces médicales exigibles à l'occasion de toute demande de prise en charge ou de facturation de prestations garanties par l'AMO. Et d'ajouter : « Cette convention pourrait entraver l'avancée des négociations concernant la rénovation de la convention nationale que l'AMO avait engagées avec les représentants des médecins et des institutions prestataires de soins ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.