Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Exclusif/«J'ai résisté pendant 12 ans pour Oued Chbika»    PLF: Benchaâboun rattrapé par l'article 9    Compétitivité    Déontologie, éthique... les recettes pour dépasser la crise    Education: C'est la cata…    Domaine public: Nouvelle descente à Oulfa    Un Monde Fou    Offensive culturelle du Royaume-Uni au Maroc    Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    France: La grève du 5 décembre prend une allure de révolte    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Tirage au sort de la Coupe Mohammed VI A la portée pour le Raja, compliqué pour l'OCS    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les disparités régionales ont diminué ces dernières années, selon El Othmani    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    Après avoir relevé différents dysfonctionnements, le Bureau politique de l'USFP appelle à une réunion urgente de la majorité    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    L'orchestre de l'opéra national du pays de Galles enchante le public rbati    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    Le FIFM rend hommage à Mouna Fettou    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Nador: Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Perception Politique Solidaire    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Deux séances plénières consacrées au vote    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Grèves en France : Royal Air Maroc met en garde ses clients    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le doute plane sur les discussions de paix de Genève sur la Syrie
Publié dans Libération le 11 - 01 - 2016

Un important groupe de rebelles syriens a estimé qu'il était inacceptable d'engager des négociations sur une solution politique au conflit en Syrie tant que des civils mouraient de faim ou dans des bombardements.
Dans un communiqué, l'Armée de l'islam (Djaych al islam) estime également que le meilleur moyen de contraindre le gouvernement de Damas à un accord est de fournir à la rébellion des missiles antiaériens.
Cette déclaration vient un peu plus jeter le doute sur les chances de succès de la tentative de médiation de l'Onu qui a prévu d'organiser des pourparlers de paix à Genève à partir du 25 janvier.
L'Armée de l'islam, qui fait partie d'un nouveau conseil chargé de superviser les négociations pour l'opposition, explique que "le meilleur moyen de contraindre le régime (syrien) à accepter une solution (politique) et à s'y tenir" est d'autoriser des Etats à soutenir l'opposition en fournissant aux insurgés des moyens de défense aérienne. Le communiqué, transmis au cours de la nuit par un porte-parole, affirme que l'organisation s'assurerait que ces armements ne tomberaient pas aux mains de groupes qui pourraient les utiliser "illégalement".
Plusieurs gouvernements étrangers, dont ceux des Etats-Unis et de l'Arabie saoudite, fournissent un soutien matériel aux opposants au régime de Bachar al Assad mais refusent pour l'instant de livrer des missiles antiaériens par crainte que ceux-ci puissent être récupérés par des groupes djihadistes comme l'Etat islamique.
Le gouvernement syrien estime que l'Armée de l'islam est un groupe terroriste au même titre que tous les groupes en lutte contre le pouvoir d'Assad.
Samedi, une frappe aérienne visant une ville aux mains des rebelles syriens aurait fait des dizaines de morts alors qu'un envoyé des Nations unies s'est rendu à Damas pour faire avancer les préparatifs en vue de pourparlers de paix programmés à la fin du mois.
Deux sources informées de la situation ont également dit qu'une aide humanitaire sera distribuée dans la ville syrienne de Madaya et dans deux villages assiégés du nord-ouest du pays suivant un accord qui a été conclu samedi.
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la frappe aérienne qui a visé la localité de Maarat al Nouman, située dans la province d'Idlib, a fait au moins 57 morts.
L'OSDH a ajouté que la frappe aérienne, qui a touché un tribunal et une prison, était le fait d'avions russes.
La Russie a commencé ses frappes en Syrie le 30 septembre dernier dans le but, d'après le Kremlin, d'aider le gouvernement de Bachar al Assad à lutter contre des groupes rebelles, parmi lesquels l'organisation djihadiste Etat islamique (EI).
Près de cinq ans après le début du conflit syrien, le Conseil de sécurité des Nations unies, jusqu'alors paralysé par les vetos russe et chinois, a adopté mi-décembre une résolution appuyant un processus politique pour tenter de mettre fin à la guerre.
La résolution 2254 appuie l'initiative diplomatique lancée par le Groupe international de soutien à la Syrie, qui prévoit notamment un cessez-le-feu rapide dans l'ensemble du pays -- dont seraient cependant exclus les groupes djihadistes comme l'Etat islamique (EI) et le Front al Nosra -- puis la formation dans les six mois d'un gouvernement d'union nationale avant la tenue d'élections dans un délai de dix-huit mois.
Les Nations unies ont annoncé jeudi que le gouvernement syrien avait autorisé l'accès à la ville de Madaya, tenue par les insurgés et située à proximité de la frontière libanaise, s'il était fait la preuve que la population de cette agglomération souffrait de famine.
"Le jour et l'heure ont été fixés. L'aide va arriver dans ces trois villes lundi matin. Tout se fera en même temps", a déclaré une source au fait des négociations. Cette information a été confirmée par une seconde source pro-gouvernementale.
La ville de Madaya est encerclée par les forces loyales à Bachar al Assad tandis que les deux villages de Al Foua et Kefraya, également situés dans la province d'Idlib, sont cernés par des groupes rebelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.