Légère baisse de la production de billets de banque    De bonnes sources    BAM booste son résultat net    En Algérie, les dinars disparaissent    Covid-19 : Nouveau record, 19 décès en 24 heures    Luxe : une grande chaine américaine met la clef sous la porte    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Des centaines de voyageurs bloqués : Cafouillage à la gare ferroviaire Rabat-ville    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Aggravation du déficit commercial en 2019    Nouvelle approche pour l'accès aux facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire    Des experts appellent à l'adaptation des moyens à l'intensité de la propagation virale    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Des turbopropulseurs T700 de General Electric pour les 24 Hélicoptères Apaches des FAR    Gare de Rabat – Ville toujours ouverte aux voyageurs    US Round Up du lundi 3 août – Cannabis, Siri, Frelon meurtrier, New-York, Analphabétisme en santé,    Bataille d'Oued Al-Makhazine    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Le Raja retrouve le podium et met la pression sur le WAC    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Crise du Covid: le chiffre d'affaires de Lydec en a pris un coup    Tous les congés suspendus : Le personnel hospitalier en état d'alerte    SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    BCP et CDM dévoilent la situation des banques à l'ère du Covid-19    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Botola : le Wydad en tête du classement général    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    Douzi lance son clip pour Afriquia    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahmane Latrach : Quand le pastel épouse l'orientalisme
Publié dans Libération le 05 - 12 - 2009

Abderrahmane Latrach est de retour. Il va sans dire qu'il s'agit là d'une bonne surprise pour ses nombreux amateurs qui restent souvent sur leur faim, car Latrach fait partie de ces artistes plasticiens qui se font désirer. Mais pour lui les choses ne se passent pas ainsi. Médecin de carrière, il fait de la peinture une sorte d'échappatoire pour oublier le stress certes, mais surtout pour canaliser, voire sublimer ce qu'il ressent à chaque fois qu'il a à traiter un patient. Mais qui a dit que la médecine ne fait pas bon ménage avec la peinture ?
Il n'est pas le seul dans ce cas et il ne le sera jamais. Mais c'est l'approche, disons l'implication totale qui diffère, car à voir les œuvres de Latrach, on ne peut imaginer un seul moment qu'il s'adonne à une autre activité, tellement sa peinture est consistante, savante et bien exécutée telle une opération compliquée bien menée.
Aussi, avec lui, on constate le retour triomphal du pastel au milieu d'un brouhaha de peinture basée sur une figuration qui n'est pas toujours innocente. Et c'est là un paradoxe à relever car autant les peintres dits professionnels se perdent par moments dans les thèmes et les techniques, autant Latrach qui n'est pas un peintre professionnel est serein et flirte, à la limite, avec la peinture.
Seulement, Latrach sait traiter avec l'art parce qu'il le respecte et de ce fait, il ne déraille jamais, lui qui tient la corde des deux bouts avec une équidistance digne d'un équilibriste. C'est, entre autres, pour cette raison que ses œuvres sont demandées et sollicitées et que sa carrière artistique est reconnue et admirée.
Membre de l'Association marocaine des arts contemporains, de l'Association des pastellistes de France et de l'Association des artistes sans frontières, il a glané des prix prestigieux à l'image du Grand Prix international d'arts plastiques de Nice 2003, du prix à l'exposition internationale du printemps des arts visuels à Salé et de la Médaille d'argent au Salon international des arts plastiques de Perpignan en 2005. Latrach qui figure dans le dictionnaire des artistes modernes et contemporains est très coté dans les grandes galeries comme dans les ventes aux enchères. Ses expositions, plus fréquentes en Europe qu'au Maroc, laissent toujours une bonne impression et suscitent aussi beaucoup d'interrogations. On ne sait en effet, pourquoi l'essentiel des œuvres de cet artiste est axé sur des personnages noirs comme s'il était issu d'Afrique subsaharienne. De même, certains se demandent pourquoi cette focalisation sur le pastel. A cela il a une réponse en disant que « depuis le début de ma carrière artistique, mon choix s'est porté sur le pastel comme procédé d'expression, pour la simple raison que j'aime peindre et dessiner en même temps, et c'est la seule technique qui conjugue à la perfection l'émotion immédiate du trait et la sensualité de la grande peinture dont, par ailleurs, elle offre les mêmes possibilités esthétiques. Cette technique, explique-t-il encore, permet de traiter des thèmes aussi variés que le portrait, les paysages, natures mortes ».
« Pastel et orientalisme », c'est le contenu de la prochaine exposition d'Abderrahmane Latrach qui se déroulera du 10 décembre 2009 au 2 janvier 2010 à la galerie Venise Cadre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.