Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Cinquième journée des Coupes africaines – Objectif : sceller la qualification    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    Le CDT Najad, 25 ans dans les geôles du polisario, témoigne    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Adam de Maryam Touzani    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Bagdad: Des milliers d'antiaméricains se rassemblent à l'appel d'un leader chiite    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Routes de la soie: un couloir économique entre la Chine et la Birmanie…    La CSMD reçoit le Conseil de la Concurrence    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    El Othmani: La participation du Maroc au Sommet afro-britannique augure d'un nouvel élan aux relations bilatérales    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Dakhla : débats sur le rôle des anciennes bibliothèques dans la documentation civilisationnelle et culturelle du Sahara marocain    La CSMD reçoit les représentants du Conseil de la concurrence    Banque mondiale: 1 MMDH pour les infrastructures de Casablanca-Settat    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahmane Latrach : Quand le pastel épouse l'orientalisme
Publié dans Libération le 05 - 12 - 2009

Abderrahmane Latrach est de retour. Il va sans dire qu'il s'agit là d'une bonne surprise pour ses nombreux amateurs qui restent souvent sur leur faim, car Latrach fait partie de ces artistes plasticiens qui se font désirer. Mais pour lui les choses ne se passent pas ainsi. Médecin de carrière, il fait de la peinture une sorte d'échappatoire pour oublier le stress certes, mais surtout pour canaliser, voire sublimer ce qu'il ressent à chaque fois qu'il a à traiter un patient. Mais qui a dit que la médecine ne fait pas bon ménage avec la peinture ?
Il n'est pas le seul dans ce cas et il ne le sera jamais. Mais c'est l'approche, disons l'implication totale qui diffère, car à voir les œuvres de Latrach, on ne peut imaginer un seul moment qu'il s'adonne à une autre activité, tellement sa peinture est consistante, savante et bien exécutée telle une opération compliquée bien menée.
Aussi, avec lui, on constate le retour triomphal du pastel au milieu d'un brouhaha de peinture basée sur une figuration qui n'est pas toujours innocente. Et c'est là un paradoxe à relever car autant les peintres dits professionnels se perdent par moments dans les thèmes et les techniques, autant Latrach qui n'est pas un peintre professionnel est serein et flirte, à la limite, avec la peinture.
Seulement, Latrach sait traiter avec l'art parce qu'il le respecte et de ce fait, il ne déraille jamais, lui qui tient la corde des deux bouts avec une équidistance digne d'un équilibriste. C'est, entre autres, pour cette raison que ses œuvres sont demandées et sollicitées et que sa carrière artistique est reconnue et admirée.
Membre de l'Association marocaine des arts contemporains, de l'Association des pastellistes de France et de l'Association des artistes sans frontières, il a glané des prix prestigieux à l'image du Grand Prix international d'arts plastiques de Nice 2003, du prix à l'exposition internationale du printemps des arts visuels à Salé et de la Médaille d'argent au Salon international des arts plastiques de Perpignan en 2005. Latrach qui figure dans le dictionnaire des artistes modernes et contemporains est très coté dans les grandes galeries comme dans les ventes aux enchères. Ses expositions, plus fréquentes en Europe qu'au Maroc, laissent toujours une bonne impression et suscitent aussi beaucoup d'interrogations. On ne sait en effet, pourquoi l'essentiel des œuvres de cet artiste est axé sur des personnages noirs comme s'il était issu d'Afrique subsaharienne. De même, certains se demandent pourquoi cette focalisation sur le pastel. A cela il a une réponse en disant que « depuis le début de ma carrière artistique, mon choix s'est porté sur le pastel comme procédé d'expression, pour la simple raison que j'aime peindre et dessiner en même temps, et c'est la seule technique qui conjugue à la perfection l'émotion immédiate du trait et la sensualité de la grande peinture dont, par ailleurs, elle offre les mêmes possibilités esthétiques. Cette technique, explique-t-il encore, permet de traiter des thèmes aussi variés que le portrait, les paysages, natures mortes ».
« Pastel et orientalisme », c'est le contenu de la prochaine exposition d'Abderrahmane Latrach qui se déroulera du 10 décembre 2009 au 2 janvier 2010 à la galerie Venise Cadre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.