Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Heetch Maroc propose à ses partenaires le statut d'auto-entrepreneur    Avis Locafinance développe et modernise son réseau commercial    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    « Risque très réel » d'un Brexit sans accord, l'UE appelle à négocier sérieusement    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    FRMF : Les rapports moral et financier approuvés par l'AGO    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Cour des comptes : la réaction virulente de Tamek    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Tourisme : Marrakech et Agadir totalisent plus de la moitié des nuitées à fin juillet !    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Le guide suprême iranien exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Divers    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Maroc – Royaume-Uni : Bourita évoque un accord commercial post-Brexit « dans les plus brefs délais »    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Terrorisme: La CEDEAO mobilise un milliard de dollars    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    La demande de liberté provisoire de Hajar Raissouni examinée jeudi    Journée mondiale de l'arthrose    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Main basse sur les ressources hydriques
Publié dans Libération le 16 - 02 - 2016

L'interdiction de la culture des pastèques à Zagora n'a pas eu lieu. Pis, celle-ci s'est intensifiée ces deux dernières années malgré la sécheresse qui a frappé la région de Souss-Massa-Drâa.
Nombreux sont, en effet, les agriculteurs qui se sont adonnés à cette activité jugée plus rentable. Les menaces d'interdiction de cette culture considérée comme très «hydrivore» proférées par les responsables locaux en la présence de la ministre déléguée à l'Eau semblent s'évaporer.
« Il y a eu une réunion en octobre 2014 sous la présidence du gouverneur de la province en présence de la ministre déléguée chargée de l'Eau, du directeur de l'Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l'arganier (ANDZOA), du directeur régional de l'investissement agricole à Ouarzazate, du directeur de l'Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa-Draâ, du directeur régional de l'eau potable, des présidents des communes ainsi que des acteurs politiques et économiques de la région. Tous étaient convaincus de la gravité de la situation et du risque que présente la culture des pastèques pour les ressources hydrauliques de la région. Et à l'unanimité, ils ont été favorables à la prise d'une décision urgente interdisant cette culture », nous a indiqué Jamal Akchbabe, président de l'Association des amis de l'environnement de Zagora. Et de poursuivre : « Pourtant, deux ans après, aucune décision n'a été prise et le nombre d'agriculteurs exploitant de ce genre de culture s'est accru ».
Pour notre source, l'absence de prise d'une telle décision démontre d'un côté, l'absence d'une vraie volonté d'adopter une approche hydraulique intégrée, durable et participative et de l'autre, cela traduit la puissance des lobbies agricoles qui ne semblent pas se soucier des effets de la sécheresse qui frappe la région. En effet, les chiffres parlent d'eux-mêmes. La culture des pastèques est consommatrice de beaucoup de ressources hydriques. Elle absorbe plus de la moitié des eaux d'irrigation de la région. Une étude de l'Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa-Draâ menée en 2014, au niveau de la nappe phréatique de Faija, principale source en eau qui alimente la culture des pastèques de cette région, a révélé un déficit de 5 millions de m3 par an. L'eau consommée équivaut à 15,57 m3/sec alors que l'eau qui alimente la nappe ne dépasse pas les 10,34 m3/sec. Le volume d'eau utilisé dans l'agriculture est le plus important et représente 11,93 m3/sec comparé à l'eau potable qui est de l'ordre de 0,8 m3/sec. L'étude a démontré également que l'irrigation de 200 ha de pastèques exige 10 millions de m3 d'eau soit le volume d'irrigation de 1.000 ha de palmiers. Une situation jugée inacceptable par plusieurs écologistes de la région puisque toutes les études menées sur l'état des lieux des ressources hydraulique dans celle-ci ont constaté une aggravation de la pénurie d'eau qui résulte d'un déséquilibre entre la capacité du milieu et l'augmentation des besoins. Un gâchis de ressources dû à la succession de la sécheresse et à la multiplication anarchique du pompage autour des anciennes palmeraies; un système traditionnel d'appropriation et de distribution de l'eau qui fige des situations de rente inacceptables qui bloquent toute possibilité d'amélioration culturale et que les 2% d'espaces cultivés sont malmenés par le surpompage des nappes. Les prélèvements effectués par les nouvelles exploitations installées en périphérie des palmeraies s'effectuent au détriment de celles-ci.
Cependant, la rareté des ressources en eau a déjà commencé à faire des victimes. Les premiers à en payer le prix ne sont autres que les habitants de l'oasis de M'Hamid El Ghizlane qui se trouvent confrontés à une situation de crise dont les conséquences sont déjà palpables. En effet, l'oasis s'est vidée de presque 40% de sa population et a vu ses terres agricoles régresser à 30%. Une situation qui interpelle aujourd'hui la Stratégie d'aménagement et de développement des oasis au Maroc qui a fait de la question de celles-ci une affaire d'intérêt national, sinon continental, voire une priorité absolue. Qu'en est-il ainsi de ses mesures de sauvegarde des milieux et des ressources naturelles ainsi que des actions de promotion de la nouvelle base économique ? Qu'en est-il du travail de l'ANDZOA dont la mission est de veiller à la préservation, à la protection et au développement des oasis, notamment par la mise en place de projets socio-économiques ? Et qu'en est-il également du rôle du ministère délégué chargé de l'Eau et de celui de l'Agriculture ? La réponse a toutes ces questions a été déjà donnée par le Conseil économique, social et environnemental qui a constaté dans l'un de ses rapports que la gestion des ressources en eau démontre que le ministère délégué chargé de l'Eau et le Conseil supérieur de l'eau et du climat ne constituent pas, dans les faits, de véritables entités de coordination. De surcroit, la Commission interministérielle de l'eau est inactive, et les Agences de bassins hydrauliques sont fort peu efficaces à cause de leur manque d'autonomie décisionnelle et des dotations financières et moyens humains insuffisants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.