Bank Al-Maghrib : les indicateurs hebdomadaires    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Décès du Combattant Abderrazak Afilal    Nouvelle visite au Maroc du président de la Chambre des représentants de la Libye    Daya de Dar Bouazza bientôt propriété privée ?    Lumière bleue : Quels effets sur la peau ?    Le Maroc condamne la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed [Communiqué]    La digitalisation, un levier clé pour une montée en gamme de l'industrie agroalimentaire    Le président algérien à l'isolement après plusieurs cas suspects de coronavirus proches    Le Real s'offre le Barça au Camp Nou    Les Rouges voient rouge    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    A Casablanca, le vélo a le vent en poupe    Les soins du visage digitaux sont-ils l'avenir de la beauté ?    Le Pr. Redouane Rabii a la médecine dans la peau et la patrie dans le cœur    Le coronavirus se propage comme une trainée de poudre    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Covid-19 au Maroc: 3.020 nouveaux cas confirmés et 2.823 guérisons en 24H    Abderrazak Afilal, fondateur de l'UGTM, n'est plus    Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Botola: Le Libyen Mohamed Anis Saltou rejoint le FUS    France-Plan social : Nokia revoie sa copie    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    PCNS : La démondialisation en débat    Confessions dominicales : De la défense des droits de l'homme à l'exploitation sexuelle    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    La classe moyenne agressée!    Agroalimentaire: Secouée par la crise, Danone se réorganise    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    El Guergarate: Bourita fustige les brigands polisariens à la solde de l'Algérie    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Ligue 1 : le match Lens-Nantes reporté à cause du Covid-19    Débuts difficiles pour Ziyech avec Chelsea (vidéo)    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guinée Equatoriale : Pénurie de carburant dans un pays riche en pétrole

La Guinée Equatoriale est le troisième producteur de brut en Afrique subsaharienne derrière le Nigeria et l'Angola. Sa production est estimée entre 400 000 et 600 000 barils par jour. Pourtant, depuis la fin d'année 2015, les files d'attente s'allongent devant les stations-essence à Malabo et à Bata. Comment expliquer cette pénurie de carburant ?
D'abord, cette pénurie est due à un manque de raffineries et à une dépendance au marché extérieur. La Guinée Equatoriale est un grand pays producteur de pétrole qui ne possède aucune raffinerie. Ainsi, le pays exporte son brut et importe son carburant de l'étranger, principalement du Gabon, du Cameroun et de la Côte-d'Ivoire. Deux compagnies se partagent le marché : la multinationale Total et la compagnie nationale Gepetrol. Un retard dans le calendrier des livraisons de Total aurait conduit à l'insuffisance des stocks en réserve. En juillet 2013 déjà, des pompistes de Total ne mettaient en vente qu'une citerne de 8000 à 10000 litres de carburant par jour dans le but d'éviter les risques d'épuisement des stocks avant le réapprovisionnement. Cette dépendance au marché extérieur pose un réel problème d'insécurité nationale déjà observé dans d'autres secteurs comme l'alimentation dans la mesure où le changement (in)volontaire de comportement du fournisseur suite à une tension politique ou à la conjoncture est de nature à déstabiliser immédiatement la politique et l'économie nationales.
Ensuite, la pénurie de carburant en Guinée Equatoriale serait aussi due à un problème d'insolvabilité du gouvernement équato-guinéen qui ne paierait pas ses factures à temps. En juillet 2013, par exemple, c'est une facture de 4 milliards de FCFA non-réglée à Total qui aurait conduit aux changements dans le calendrier de livraison en direction de Malabo. Le même motif est encore énoncé en 2016. Pourquoi cette insolvabilité ? La raison la plus probable est le déficit causé par la chute du coût du pétrole sur le marché international. En effet, le litre de carburant coûte 500 FCFA (moins d'un dollar américain) en Guinée Equatoriale suite à la subvention de l'Etat. En l'état, il serait difficile pour l'Etat de reverser au contribuable les recettes qui n'entrent plus. Cette insolvabilité conduirait les courtiers à préférer d'autres destinations à la Guinée Equatoriale. En ces circonstances, il convient pour le gouvernement équato-guinéen de réformer le système de subventions et de soumettre les prix du carburant à la loi de l'offre et de la demande comme en Côte d'Ivoire.
Enfin, la pénurie de carburant en Guinée Equatoriale serait due à un problème de gestion patrimoniale. Une tension politique et/ou diplomatique était née entre la France et la Guinée Equatoriale suite à l'éclatement en France de l'affaire des «Biens mal acquis» et à sa progression par le lancement en mars 2012 d'un mandat d'arrêt international contre Teodoro Nguema Obiang Mangue, fils du président équato-guinéen, vice-président du PDGE, le parti présidentiel, et deuxième vice-président de la République de Guinée Equatoriale chargé de la défense et de la sécurité de l'Etat. Cette tension avait conduit le gouvernement équato-guinéen à rompre le monopole de l'entreprise française Total dans la fourniture du carburant par l'agrément de l'entreprise nationale Gepetrol. Cela avait obligé Total à réduire ses livraisons en direction de la Guinée Equatoriale alors que Gepetrol ne se préparait pas à combler ce déficit. Pourquoi ?
Parce que, comme d'autres entreprises publiques et parapubliques, Gepetrol a été confiée au mépris des critères du mérite et de l'efficience à Candido Nsue Okomo, petit beau-frère du président Teodoro Obiang Nguema. Ainsi, cette entreprise publique, censée pallier les fluctuations des livraisons de la multinationale Total, n'est pas exempte de tous reproches non plus. Une instrumentalisation du nationalisme antifrançais est développée en lieu et place de l'établissement des responsabilités. Par exemple, à l'issue d'un Conseil des ministres présidé par le président Teodoro Obiang Nguema, en juillet 2013 lors d'une des pénuries, Agustin Nze Mfumu, alors ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement, avait lu à la télévision d'Etat un communiqué du gouvernement qui disait : «L'absence de carburant dans les stations Total est la conséquence des manipulations des personnes et cercle du pouvoir français qui visent à provoquer le mécontentement de la population afin de déstabiliser la Guinée Equatoriale». En 2016, Diario Rombe du PDGE (parti au pouvoir) a repris cette position gouvernementale et a dénoncé une «opération de déstabilisation» méritant une manifestation devant l'ambassade de France à Malabo. Cette sortie a suscité un démenti de l'ambassade de France, par voie de communiqué, le 9 février 2016 dénonçant des informations «entièrement fantaisistes et dénuées du moindre fondement». Quel que soit le cas, il convient de signaler que cette pénurie est aussi la faute de Gepetrol dont les stations-services sont à sec.
Il convient de constater par ailleurs que les responsabilités du ministère des Mines, Energie et Industries ne sont pas établies. Ce département est sous la responsabilité de Gabriel Mbega Obiang Lima l'un des fils du président Teodoro Obiang Nguema. Pourtant, il avait été nommé par décret présidentiel à la tête du comité en charge de la révision des prix des produits dérivés du pétrole en vue d'étudier les voies et moyens pour la diversification de l'attribution des autorisations de vente du carburant aux privés, autres que Total et Gepetrol. A ce jour, le bilan est mitigé.
Tout compte fait, la pénurie de carburant en Guinée Equatoriale, comme ça se produit aussi en Algérie ou au Nigeria pour ne citer que ces pays, remet sur la table l'impératif de la transformation et la valorisation locale des ressources naturelles des pays africains. Deux solutions s'imposent : à court terme, la lutte contre le quasi-monopole de quelques multinationales, la création de la libre compétition ou de la concurrence dans la distribution des produits pétroliers et la diversification des sources d'approvisionnement. A moyen et à long termes, il convient de développer l'industrie de transformation ou de raffinage sur place pour sortir les pays africains de la dépendance et de la vulnérabilité, au lieu de continuer à se complaire dans la victimisation et la théorie du complot. Ceci étant valable aussi bien pour la Guinée Equatoriale que pour les autres pays africains exportateurs de ressources naturelles à l'état brut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.