Vidéo. Mine d'art de Khouribga, plus qu'un "simple" festival    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Brèves Internationales    Un Monde Fou    Brèves    Le Parquet général suscite la polémique au Parlement    BAM : L'encours des financements par Mourabaha totalise 7,17 MMDH    L'ANRUR, un mécanisme d'amélioration du paysage urbain et architectural    Maroc PME organise la Semaine de l'entreprise dans la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra    La 4ème Commission de l'ONU exprime son soutien au processus politique au Sahara    Bachir Edkhil : L'option référendaire est caduque    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Clasico au Camp Nou : Valverde a "confiance" malgré les violences    Réforme de la C1 : Lampard opposé à la multiplication des matches    Liga: Duel à distance entre Real et Barça    Paris Jackson arrêtée en plein cœur d'Hollywood    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Divers    A Madagascar, l'électricité reste un produit de luxe    Le jour où un des acteurs de Friends a failli être renvoyé à cause de Jennifer Aniston    Pourquoi Kate Winslet s'est fait tacler par la Reine Elizabeth II    Pitt vs Jolie : Pourquoi le couple star n'a toujours pas entériné son divorce    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Le CSCA sanctionne Radio Méditerranée    Filière équine : Une stratégie créatrice de richesse    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Les dossiers du futur président tunisien    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après le désert californien, Tinariwen fait escale au Sahara marocain
Publié dans Libération le 14 - 03 - 2016

C'est un retour aux sources. Les Tinariwen, fameux groupe musical touareg, reviendront au Maroc, et plus précisément au Sahara marocain pour enregistrer leur nouvel album. Leur choix s'est porté sur la belle bourgade de Mhamid El Ghizlane, au Sud-est, là où les dunes et les palmeraies cohabitant en harmonie. Ils connaissent bien les lieux, puisqu'ils s'y étaient déjà reproduits en 2009, lors de la première édition du Festival Taragalte. A l'époque, Brahim Hag qui commençait à récupérer son énergie habituelle, n'avait pas fait le déplacement, mais cette fois-ci, il sera fort présent et régalera certainement ses fans de ses rythmes originaux.
Les Tinariwen ont aimé Mhamid, où ils ont récemment fait un court séjour de repérage. Et pour cause, ils savent que c'est un lieu empreint d'histoire. L'un des lieux de départ pour un voyage d'une cinquantaine de jours vers Tombouctou, au nord malien, mais aussi parce que la communauté nomade de la région est très proche de la culture Tamasheq.
Le nouveau projet, expliquent-ils, consiste à faire rencontrer la musique des Tinariwen avec les différentes cultures musicales du sud marocain : berbère, amazighe, Hassanya, Souss... Cette rencontre inédite entre les guitares Tamasheq et les traditions amazighe et saharienne sera un événement exceptionnel avec une symbolique très importante pour les populations sahariennes. «Nous sommes fiers d'accueillir nos amis Touaregs chez nous au Maroc, et nous sommes sûrs qu'ils produiront ici un album d'une énergie artistique porteuse... Leur présence apportera aussi une plus-value à notre école musicale et à notre groupe «Jeunes Tinariwen de Mhamid», explique Abdelhalim Sbai, président de l'Association Zayla, organisatrice du festival Taragalte.
Ainsi, et pour leur nouvel opus, Tinariwen souhaite prolonger une belle et fructueuse expérience que mènent depuis bien longtemps les membres du groupe.
Choisir le désert marocain est quelque part un retour à l'histoire et aux origines d'une relation séculaire. D'ailleurs, on ne saurait trouver mieux que Tinariwen pour représenter aujourd'hui et à l'échelle internationale la culture du désert et du Sahara.
Depuis maintenant plus de 15 ans, Tinariwen enregistre des albums dont le succès rayonne dans le monde entier. L'environnement propice à leur création a toujours été les grands espaces désertiques; leur premier album a été enregistré à Kidal au nord du Mali d'où est venue la majorité des fondateurs du groupe.
L'album "Imidiwan" a été enregistré à Tessalit, autre bastion de Tinariwen. Tassili tourné dans la région de Djanet en 2010 a même obtenu le Grammy Award aux Etats-Unis pour le meilleur album de musiques au monde de l'année. Quant à l'album "Emmaar" (le dernier en date), il a été enregistré dans le désert californien de Joshua Tree. Le périple s'arrête cette fois-ci dans le désert marocain, chez les populations de Mhamid El Ghizlane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.