Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oum en concert à Tanger
Publié dans Libération le 14 - 04 - 2016

Le 5 mai prochain, les amateurs de musiques plurielles auront rendez-vous avec la célèbre Oum dans un concert qui promet de faire vibrer la scène du Palais des institutions italiennes de Tanger. Oum qui combine plusieurs expressions artistiques y présentera notamment des titres de son dernier album «Zarabi» où elle chante l'amour, l'espoir, la liberté, les hommes et la vie.
En effet, après le succès retentissant de «Soul Of Morocco», qui a séduit les mélomanes à travers le monde, Oum livre avec "Zarabi" une performance d'une autre dimension. Le nouvel album évoque un Maroc pluriel, où le désert côtoie les palmeraies et les plaines verdoyantes. La voix affirmée de Oum, entre des aigus perçants et des chœurs légers, fait osciller les émotions au fil de l'écoute, telle une branche d'olivier tantôt caressée par une douce brise, tantôt accrochée pour en cueillir le fruit.
Les chansons de l'album ont été enregistrées en extérieur, comme pour capturer sur disque le souffle du désert tout proche. L'atmosphère de l'album rappelle un concert acoustique en plein désert, un mirage sonore au rythme d'un groove jazz-oriental. «Zarabi signifie tapis, au pluriel, en darija. Il se trouve que nous avons enregistré l'album à M'hamid El Ghizlane. C'est un village qui m'est cher et où se tient un festival dont je suis marraine depuis 4 ans, dédié aux cultures des peuples nomades. Je suis très attachée à ce lieu. Le nom Zarabi est un hommage aux femmes du village, qui tissent des tapis à partir de vieux vêtements», précise Oum. Concernant l'idée d'enregistrer l'album en plein désert, l'artiste nous explique : «Au départ, nous avions installé tout le matériel dans la cour de la maison où mes musiciens et moi étions réunis pour la semaine, à Mhamid El Ghizlane». Et d'ajouter : «Mais rapidement, nous avons senti qu'il nous fallait le faire à l'extérieur, nous n'étions pas venus jusque-là pour rester enfermés. Evidemment, le désert est tout sauf prévisible. Alors ne vous étonnez pas d'entendre parfois le vent souffler, ou un oiseau chanter».
Questionnée sur son généalogie musicale, Oum est radicale. «L'Afrique pour le rythme, la soul pour le chant, le gospel pour l'esprit», dit-elle. «Au fur et à mesure de mon apprentissage musical, je découvre, en autodidacte, de nouvelles influences et des écoles qui me séduisent comme le jazz, la bossa nova, la musique cubaine ou le tarab éthiopien, et je reste fascinée par les liens qui existent entre ces expressions musicales», ajoute la jeune musicienne.
Il est enfin à rappeler que née à Casablanca en 1978, Oum passe sa jeunesse à Marrakech. Elle y développe des capacités certaines dans les arts plastiques et le chant. A quatorze ans, son goût prononcé pour le jazz et les musiques noires lui fait intégrer une chorale de gospel dont elle deviendra vite une des solistes.
Sa voix singulière, à la fois douce et puissante, réussit à combiner les éléments de sa culture d'origine, et ceux du patrimoine musical universel qu'elle explore. Chanteuse, auteure et compositeur, Oum commence en chantant une soul éclectique dans son premier album "Lik Oum" qui mêle pop, hip-hop et blues, avant de passer, trois ans plus tard avec sweerty, à l'affirmation de son talent de Melody-Maker inspirée de soul et de jazz. Vient ensuite l'album de la consécration, "Soul of Morocco", qui séduit un public de connaisseurs aussi bien au Maroc qu'en Europe et dans le monde arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.