Flash hebdomadaire    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Bac 2019 : Un taux de réussite de 65,55%    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Gouvernance spatiale et développement    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    «Al Omrane Expo MDM» remplace un roadshow international    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Divers    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Autriche n'a pas basculé dans le populisme
Publié dans Libération le 25 - 05 - 2016

L'écologiste Alexander Van der Bellen a remporté d'une courte tête l'élection présidentielle autrichienne face à Norbert Hofer, qui a échoué de justesse à devenir le premier président d'extrême droite dans une Europe confrontée au rejet des partis traditionnels.
Plusieurs dirigeants européens ont exprimé leur soulagement après le résultat de ce scrutin très suivi dans une Europe qui affronte sa plus sévère crise migratoire depuis la Seconde guerre mondiale.
L'extrême droite autrichienne (FPÖ), tout comme son alter ego français, le Front national, y ont vu l'annonce de "succès futurs".
Près d'un électeur autrichien sur deux a voté au deuxième tour pour le FPÖ, un des partis de droite radicale les plus puissants électoralement en Europe.
Avec 50,3% des suffrages, M. Van der Bellen, ancien dirigeant des Verts âgé de 72 ans, a devancé son adversaire de 0,6 points, soit 31.026 voix. Norbert Hofer a obtenu 49,7% des suffrages.
"Je vous remercie pour votre soutien. Bien sûr, je suis triste aujourd'hui", a réagi M. Hofer, un cadre du FPÖ au discours très lisse, sur sa page Facebook. Mais "les efforts déployés pour cette campagne ne sont pas perdus, ils sont un investissement pour l'avenir", a-t-il assuré.
Hofer et le chef du FPÖ autrichien, Heinz-Christian Strache, devaient tenir une conférence de presse mardi à 9H00 GMT à Vienne.
Le FPÖ, qui caracole en tête des sondages pour les législatives depuis plusieurs mois, espère décrocher la chancellerie, le cœur exécutif du pouvoir, lors du prochain scrutin parlementaire en 2018.
Tout comme le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni, le Premier ministre français Manuel Valls a exprimé son "soulagement" de voir les Autrichiens "rejeter le populisme et l'extrémisme".
Le futur chef d'Etat autrichien, qui assumera à partir du 8 juillet ces fonctions essentiellement protocolaires, s'est engagé à "être un président au-dessus des partis" pour représenter "dans toute sa diversité" un pays dont le scrutin a révélé les divisions.
C'est le vote par correspondance, dépouillé lundi, qui a finalement fait pencher la balance en faveur du candidat écologiste, de sensibilité libérale et centriste, au terme d'un véritable "thriller" électoral.
Quelque 750.000 électeurs, soit 16,7% des suffrages exprimés, ont voté par correspondance alors que M. Hofer était légèrement en tête des votes déposés dans les urnes dépouillés dimanche.
Crédité de 21,3% seulement des voix au premier tour, loin derrière son adversaire qui en avait obtenu 35%, M. Van der Bellen a bénéficié d'une participation électorale en hausse (72,7%) et d'importants reports de voix des partis traditionnels, qui avaient subi un revers historique.
La déroute des sociaux démocrates et des conservateurs, qui gouvernent l'Autriche depuis 2007 dans une coalition, traduit le discrédit qui frappe les partis traditionnels en Europe.
Les élections législatives chypriotes dimanche ont été marquées par l'entrée d'un parti d'extrême droite au Parlement, une première sur l'île méditerranéenne.
"Le très beau résultat" de Norbert Hofer "annonce des succès futurs" en Autriche et "ailleurs dans le monde", a prédit le Front national, en France, l'un des pays européens où l'extrême droite est la plus forte et vise la victoire à l'élection présidentielle en 2017.
Le vote en Autriche est la preuve qu'une nouvelle ère s'ouvre en Europe, s'est félicitée la co-dirigeante de la droite populiste allemande AfD (Alternative für Deutschland), Frauke Petry, qui avait fait le déplacement de Vienne pour la soirée du second tour, dimanche.
Le FPÖ, comme l'AfD, a surfé sur la vague migratoire qui a vu 90.000 personnes demander l'asile dans le pays en 2015, soit plus de 1% de la population.
Hofer, un député affable et policé, militant au FPÖ depuis sa jeunesse, avait axé son discours sur le pouvoir d'achat, se gardant des dérapages ouvertement xénophobes qui avaient fait la marque de son parti par le passé.
Il a séduit la majorité des électeurs masculins (54%) et sans diplôme du second degré (58%). Le vote ouvrier est aussi très majoritairement allé vers son parti (71%).
Van der Bellen est pour sa part parvenu à séduire l'électorat jeune (56%) et les plus de 50 ans (51%). Ses électeurs ont été majoritairement motivés par la conviction qu'il était "le plus à même de représenter l'Autriche à l'étranger".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.