Amical : Les Aigles de Carthage s'inclinent face aux Lionnes de l'Atlas    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    CAN Futsal 2020: A quelle Heure et quelle chaîne Maroc- Libye    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Tan-Tan : Enquête à l'encontre de deux individus pour faux et usage de faux    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Samir Belfkih brigue la présidence du PAM    Tesla: de 0 à 100 milliards en moins de 17 ans    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Procès en destitution: La défense de Trump tente de parer les révélations de Bolton    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Taroudant : 6 mois de prison ferme pour l'instituteur qui a violenté son élève de 8 ans    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Enfin des explications sur la faiblesse de la croissance économique    Othman Benjelloun réitère l'engagement du secteur bancaire à soutenir les PME    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    Voici le temps qu'il fera ce mardi 28 janvier    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Brexit: Le divorce bientôt consommé    Sauvez le KACM : Le Kawkab a cessé de briller    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Les prix des produits de consommation ne cessent d'augmenter depuis une décennie    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Autriche n'a pas basculé dans le populisme
Publié dans Libération le 25 - 05 - 2016

L'écologiste Alexander Van der Bellen a remporté d'une courte tête l'élection présidentielle autrichienne face à Norbert Hofer, qui a échoué de justesse à devenir le premier président d'extrême droite dans une Europe confrontée au rejet des partis traditionnels.
Plusieurs dirigeants européens ont exprimé leur soulagement après le résultat de ce scrutin très suivi dans une Europe qui affronte sa plus sévère crise migratoire depuis la Seconde guerre mondiale.
L'extrême droite autrichienne (FPÖ), tout comme son alter ego français, le Front national, y ont vu l'annonce de "succès futurs".
Près d'un électeur autrichien sur deux a voté au deuxième tour pour le FPÖ, un des partis de droite radicale les plus puissants électoralement en Europe.
Avec 50,3% des suffrages, M. Van der Bellen, ancien dirigeant des Verts âgé de 72 ans, a devancé son adversaire de 0,6 points, soit 31.026 voix. Norbert Hofer a obtenu 49,7% des suffrages.
"Je vous remercie pour votre soutien. Bien sûr, je suis triste aujourd'hui", a réagi M. Hofer, un cadre du FPÖ au discours très lisse, sur sa page Facebook. Mais "les efforts déployés pour cette campagne ne sont pas perdus, ils sont un investissement pour l'avenir", a-t-il assuré.
Hofer et le chef du FPÖ autrichien, Heinz-Christian Strache, devaient tenir une conférence de presse mardi à 9H00 GMT à Vienne.
Le FPÖ, qui caracole en tête des sondages pour les législatives depuis plusieurs mois, espère décrocher la chancellerie, le cœur exécutif du pouvoir, lors du prochain scrutin parlementaire en 2018.
Tout comme le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni, le Premier ministre français Manuel Valls a exprimé son "soulagement" de voir les Autrichiens "rejeter le populisme et l'extrémisme".
Le futur chef d'Etat autrichien, qui assumera à partir du 8 juillet ces fonctions essentiellement protocolaires, s'est engagé à "être un président au-dessus des partis" pour représenter "dans toute sa diversité" un pays dont le scrutin a révélé les divisions.
C'est le vote par correspondance, dépouillé lundi, qui a finalement fait pencher la balance en faveur du candidat écologiste, de sensibilité libérale et centriste, au terme d'un véritable "thriller" électoral.
Quelque 750.000 électeurs, soit 16,7% des suffrages exprimés, ont voté par correspondance alors que M. Hofer était légèrement en tête des votes déposés dans les urnes dépouillés dimanche.
Crédité de 21,3% seulement des voix au premier tour, loin derrière son adversaire qui en avait obtenu 35%, M. Van der Bellen a bénéficié d'une participation électorale en hausse (72,7%) et d'importants reports de voix des partis traditionnels, qui avaient subi un revers historique.
La déroute des sociaux démocrates et des conservateurs, qui gouvernent l'Autriche depuis 2007 dans une coalition, traduit le discrédit qui frappe les partis traditionnels en Europe.
Les élections législatives chypriotes dimanche ont été marquées par l'entrée d'un parti d'extrême droite au Parlement, une première sur l'île méditerranéenne.
"Le très beau résultat" de Norbert Hofer "annonce des succès futurs" en Autriche et "ailleurs dans le monde", a prédit le Front national, en France, l'un des pays européens où l'extrême droite est la plus forte et vise la victoire à l'élection présidentielle en 2017.
Le vote en Autriche est la preuve qu'une nouvelle ère s'ouvre en Europe, s'est félicitée la co-dirigeante de la droite populiste allemande AfD (Alternative für Deutschland), Frauke Petry, qui avait fait le déplacement de Vienne pour la soirée du second tour, dimanche.
Le FPÖ, comme l'AfD, a surfé sur la vague migratoire qui a vu 90.000 personnes demander l'asile dans le pays en 2015, soit plus de 1% de la population.
Hofer, un député affable et policé, militant au FPÖ depuis sa jeunesse, avait axé son discours sur le pouvoir d'achat, se gardant des dérapages ouvertement xénophobes qui avaient fait la marque de son parti par le passé.
Il a séduit la majorité des électeurs masculins (54%) et sans diplôme du second degré (58%). Le vote ouvrier est aussi très majoritairement allé vers son parti (71%).
Van der Bellen est pour sa part parvenu à séduire l'électorat jeune (56%) et les plus de 50 ans (51%). Ses électeurs ont été majoritairement motivés par la conviction qu'il était "le plus à même de représenter l'Autriche à l'étranger".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.