Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Comment protéger vos données personnelles    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Arribat Center en feu !    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle mobilisation des opposants à la réforme du travail
Publié dans Libération le 27 - 05 - 2016

Défilés à Paris et en province, sites pétroliers bloqués ou à l'arrêt, perturbations attendues dans les ports et les centrales électriques : les opposants à la réforme du travail en France multipliaient jeudi les actions pour tenter de faire vaciller la détermination du gouvernement socialiste.
Les syndicats appelaient à une nouvelle journée nationale de mobilisation, la huitième depuis mars contre un projet de loi jugé destructeur pour les droits des salariés.
Une neuvième est déjà programmée le 14 juin, avec un rassemblement unique à Paris. La mobilisation a atteint des sommets le 31 mars : 390.000 manifestants selon la police, 1,2 million selon les organisateurs. Depuis, elle semblait décliner. L'affluence est toutefois repartie à la hausse le 19 mai (128.000 à 400.000 personnes).
Depuis la semaine dernière, la contestation se traduit aussi par des piquets de grève. Le leader de la CGT - syndicat contestataire qui a durci le conflit depuis quelques jours- Philippe Martinez a appelé à "une généralisation de la grève".
Raffineries et dépôts pétroliers sont désormais l'épicentre du mouvement. Mercredi, cinq raffineries sur huit étaient perturbées et plus de 4.000 stations d'essence en rupture totale ou partielle, selon une application mobile très utilisée par les automobilistes en quête de carburant.
Face à ces blocages, le gouvernement a choisi la manière forte, envoyant à l'aube les forces de l'ordre pour débloquer des dépôts.
"Tout sera mis en œuvre pour assurer l'approvisionnement aux Français et à l'économie", a promis le président François Hollande en conseil des ministres, selon le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.
Mercredi, l'Etat avait déjà utilisé trois jours de stocks stratégiques de produits pétroliers sur les 115 disponibles. L'acheminement du pétrole était encore plus compliqué, jeudi, avec des arrêts de travail dans "la plupart des ports", à l'appel de la fédération CGT des ports et docks. "En réponse à la répression" lors du déblocage des accès au dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer dans le sud de la France, le syndicat a prolongé son mouvement de 24 heures, jusqu'à vendredi.
Des mouvements sociaux ont déjà perturbé ces derniers jours l'activité de plusieurs ports comme à Saint-Nazaire, Lorient et Brest (ouest).
Aux avant-postes dans les raffineries et les ports, la CGT a voulu propager le mouvement à un autre pôle stratégique: les centrales électriques. Un autre syndicat s'est associé en appelant électriciens et gaziers à marquer leur refus du projet de loi.
Le texte, que le gouvernement a fait passer en force au Parlement faute de majorité, ambitionne de déverrouiller le marché du travail, alors que le taux de chômage français avoisine 10%. Mais ses détracteurs l'accusent de renforcer la précarité des salariés.
Le mouvement provoque également des perturbations dans les transports. La compagnie publique ferroviaire SNCF connaît depuis mercredi son cinquième épisode de grève depuis mars.
Côté aérien, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a recommandé aux compagnies de réduire leurs vols de 15% à Orly, l'un des aéroports parisiens, jeudi.
Mais face au mouvement social, le gouvernement reste inflexible. "La CGT ne fait pas la loi dans le pays", a lancé le Premier ministre français Manuel Valls mercredi, à l'Assemblée nationale, excluant aussi bien le "retrait" du projet de loi.
De son côté, la CFDT, principal soutien syndical au projet de loi, a estimé qu'un retrait serait "inacceptable". "Hors de question que le gouvernement renonce à ses engagements", a déclaré son leader Laurent Berger.
Le Premier ministre français Manuel Valls a exclu à nouveau, jeudi, le retrait du projet très contesté de la Loi Travail, au moment où le pays connaît une nouvelle journée de mobilisation contre ce texte.
Interrogé sur la chaîne d'information en continu BFMTV sur les alternatives face au durcissement de la contestation, le chef de l'exécutif français a insisté sur l'impossibilité du retrait du texte, affirmant qu'il n'avait pas songé à démissionner.
"Il ne s'agit pas d'un entêtement, ce texte est bon pour les salariés, l'entreprise et les syndicats", a-t-il soutenu. "On ne peut pas organiser un référendum sur un texte de ce type", a par ailleurs indiqué le Premier ministre, interrogé sur l'éventualité d'une telle solution.
Evoquant les blocages des raffineries par les grévistes, le Premier ministre français a assuré que "nous allons continuer à débloquer tous ces sites qui ont été bloqués", faisant savoir que toutes les solutions sont envisagées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.