Aziz El Fekkaki : « J'encourage les jeunes à intégrer les partis politiques »    Crédits bancaires : Plus de 936 milliards de dirhams alloués à fin août    Edito : Made in Morocco    27ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad corrige l'OCS et devient le nouveau dauphin    PSG-OM : Neymar échappe aux sanctions    Royal Air Maroc : Un test PCR de moins de 72h désormais suffisant pour les passagers    Rabat : une école publique refuse l'accès à une professeure d'amazigh    UEFA: le public de retour en compétitions européennes, mais sous conditions    Espagne: Karima Benyaich rencontre le maire de Madrid    Marché public remporté par la même entreprise : L'administration pénitentiaire s'explique    Champions League: voici les résultats du tirage au sort (phase de poules)    Casablanca: prolongation des restrictions, sauf pour les écoles    Compteur coronavirus : 2.391 nouveaux cas et 35 décès en 24H    La liste de Halilhodzic. Première cape de Munir El Haddadi    Calcio : L'Inter et l'Atalanta carburent d' entrée    Boris Johnson échappe à une fronde dans son camp    Préparatifs pour la tenue de la prochaine session de la Commission mixte Maroc-Russie    Hassan Bargach : « Nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre »    Nasser Bourita : Le dialogue inter-libyen a transformé une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Un policier soupçonné d'escroquerie    L'ONDE lance une dynamique nationale pour contrer l'exploitation sexuelle des enfants    Mission accomplie pour l'hôpital des FAR au camp Zaatari    Une première intervention chirurgicale dans le cadre d'une convention entre l'UNHCR et le CNOM    Reprise. Les PME naviguent à vue    Maroc. A quoi sert encore le Parlement ?    Recettes non fiscales: Amélioration accentuée par la privatisation en 2019    Les entreprises anticipent une baisse moyenne de 32% de leurs revenus    Incertitude. La BERD revoit à la baisse ses prévisions    Préférence nationale : l'engouement mitigé de nombre d'industriels    Mali: La junte militaire fait appel à un Premier ministre civil    Covid-19, quel impact sur les populations ?    Google investit dans la presse mondiale    Halilhodzic dévoile son nouveau staff technique (PHOTO)    Soutien financier aux artistes : les clarifications d'El Ferdaous    «L'écrivain est sauveur du livre, cette ‘'créature en voie de disparition»    Festival international du film d'auteur de Rabat : Une 25ème édition digitale consacrée à la mémoire de Touria Jabrane    Loin des projecteurs, El Miloudi Chaghmoum souffre en silence!    Le roi Mohammed VI a écrit au président chinois    Que veut cacher le PAM ?    Colors of Africa. Ces photographes qui renouvellent le portrait...    Deux Belgo-marocaines nommées ministres dans le nouveau gouvernement fédéral belge    Vote : Des astronautes livrent une leçon de civisme aux abstentionnistes    Othmane El Firdaous craque sous le pression du PJD    Allemagne: Le Bayern remporte la Supercoupe    Rencontre : AfricaDev Sessions débat des infrastructures et de logistique    Vaccins anti-covid: la France à la recherche de 25.000 volontaires    Marrakech : enfin une bonne nouvelle pour le tourisme    Subventions au profit des artistes: Said Mosker a pris une décision    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle mobilisation des opposants à la réforme du travail
Publié dans Libération le 27 - 05 - 2016

Défilés à Paris et en province, sites pétroliers bloqués ou à l'arrêt, perturbations attendues dans les ports et les centrales électriques : les opposants à la réforme du travail en France multipliaient jeudi les actions pour tenter de faire vaciller la détermination du gouvernement socialiste.
Les syndicats appelaient à une nouvelle journée nationale de mobilisation, la huitième depuis mars contre un projet de loi jugé destructeur pour les droits des salariés.
Une neuvième est déjà programmée le 14 juin, avec un rassemblement unique à Paris. La mobilisation a atteint des sommets le 31 mars : 390.000 manifestants selon la police, 1,2 million selon les organisateurs. Depuis, elle semblait décliner. L'affluence est toutefois repartie à la hausse le 19 mai (128.000 à 400.000 personnes).
Depuis la semaine dernière, la contestation se traduit aussi par des piquets de grève. Le leader de la CGT - syndicat contestataire qui a durci le conflit depuis quelques jours- Philippe Martinez a appelé à "une généralisation de la grève".
Raffineries et dépôts pétroliers sont désormais l'épicentre du mouvement. Mercredi, cinq raffineries sur huit étaient perturbées et plus de 4.000 stations d'essence en rupture totale ou partielle, selon une application mobile très utilisée par les automobilistes en quête de carburant.
Face à ces blocages, le gouvernement a choisi la manière forte, envoyant à l'aube les forces de l'ordre pour débloquer des dépôts.
"Tout sera mis en œuvre pour assurer l'approvisionnement aux Français et à l'économie", a promis le président François Hollande en conseil des ministres, selon le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.
Mercredi, l'Etat avait déjà utilisé trois jours de stocks stratégiques de produits pétroliers sur les 115 disponibles. L'acheminement du pétrole était encore plus compliqué, jeudi, avec des arrêts de travail dans "la plupart des ports", à l'appel de la fédération CGT des ports et docks. "En réponse à la répression" lors du déblocage des accès au dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer dans le sud de la France, le syndicat a prolongé son mouvement de 24 heures, jusqu'à vendredi.
Des mouvements sociaux ont déjà perturbé ces derniers jours l'activité de plusieurs ports comme à Saint-Nazaire, Lorient et Brest (ouest).
Aux avant-postes dans les raffineries et les ports, la CGT a voulu propager le mouvement à un autre pôle stratégique: les centrales électriques. Un autre syndicat s'est associé en appelant électriciens et gaziers à marquer leur refus du projet de loi.
Le texte, que le gouvernement a fait passer en force au Parlement faute de majorité, ambitionne de déverrouiller le marché du travail, alors que le taux de chômage français avoisine 10%. Mais ses détracteurs l'accusent de renforcer la précarité des salariés.
Le mouvement provoque également des perturbations dans les transports. La compagnie publique ferroviaire SNCF connaît depuis mercredi son cinquième épisode de grève depuis mars.
Côté aérien, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a recommandé aux compagnies de réduire leurs vols de 15% à Orly, l'un des aéroports parisiens, jeudi.
Mais face au mouvement social, le gouvernement reste inflexible. "La CGT ne fait pas la loi dans le pays", a lancé le Premier ministre français Manuel Valls mercredi, à l'Assemblée nationale, excluant aussi bien le "retrait" du projet de loi.
De son côté, la CFDT, principal soutien syndical au projet de loi, a estimé qu'un retrait serait "inacceptable". "Hors de question que le gouvernement renonce à ses engagements", a déclaré son leader Laurent Berger.
Le Premier ministre français Manuel Valls a exclu à nouveau, jeudi, le retrait du projet très contesté de la Loi Travail, au moment où le pays connaît une nouvelle journée de mobilisation contre ce texte.
Interrogé sur la chaîne d'information en continu BFMTV sur les alternatives face au durcissement de la contestation, le chef de l'exécutif français a insisté sur l'impossibilité du retrait du texte, affirmant qu'il n'avait pas songé à démissionner.
"Il ne s'agit pas d'un entêtement, ce texte est bon pour les salariés, l'entreprise et les syndicats", a-t-il soutenu. "On ne peut pas organiser un référendum sur un texte de ce type", a par ailleurs indiqué le Premier ministre, interrogé sur l'éventualité d'une telle solution.
Evoquant les blocages des raffineries par les grévistes, le Premier ministre français a assuré que "nous allons continuer à débloquer tous ces sites qui ont été bloqués", faisant savoir que toutes les solutions sont envisagées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.