Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kendji Girac pousse la chansonnette à Mawazine
Publié dans Libération le 27 - 05 - 2016


Plus de 130.000 spectateurs ont assisté
au concert du jeune chanteur français
Kendji Girac, nouvelle star de la
chanson gipsy pop, qui s'est produit
mardi soir à Rabat sur la scène
internationale OLM Souissi du
Festival Mawazine-rythmes du monde.
Faut-il encore présenter Kendji Girac ? Le petit prince de la gipsy pop a gravi les échelons de la gloire à vitesse grand V depuis deux ans, jusqu'à devenir l'une des plus grandes stars de la scène française en 2016. Kendji Girac se produisait mardi sur la scène internationale du prestigieux Festival Mawazine. Le petit prince de la gipsy pop a offert une prestation haute en couleur aux spectateurs présents. Il a, en effet, démontré toute l'étendue de son formidable talent en conviant le public à danser aux sons d'un style métissé qui a fait se côtoyer guitare gipsy et inspirations d'aujourd'hui: funk, rap-électro, latino, etc. Un véritable carton qui a réuni plus de 130.000 spectateurs.
Le jeune chanteur et guitariste français d'origine catalane relevait, lors d'une conférence de presse avant son concert, avoir "hâte" de monter sur scène pour partager sa musique "gipsy pop" pour la première fois avec le public de Mawazine. L'enthousiasme était réciproque tant le public chauffé à blanc s'impatientait de retrouver sa star préférée, qui est montée sur scène sous un tonnerre de cris et d'applaudissements. Dès que les premières notes de la chanson "Conmigo" ont retenti sur scène, les spectateurs n'ont pas pu se retenir, sautant dans tous les sens et répétant en chœur les paroles en français et en espagnol de ce morceau récompensé du titre de "Chanson française de l'année" lors de NRJ Music Awards 2015. Après cette entrée en matière très réussie, le très charismatique Kendji a enchaîné avec des chansons qui côtoient à merveille guitare gipsy et inspirations actuelles. Il a ainsi interprété en français avec des passages en espagnol des titres comme "Cool", "Andalouse", "Color Gitano", "Elle m'a aimé", "Sonrisa" ou encore "Tu Y yo" puisés dans ces deux premiers albums "Kendji" et "Ensemble", dont le premier a été écoulé à plus d' 1,3 million d'exemplaires et le deuxième est déjà certifié disque de Diamant. En Artiste polyvalent, Kendji a également gratifié la foule en délire de pas de danses flamenco et salsa, démontrant encore une fois toute l'étendue de son talent artistique.
Dans un entretien accordé à la MAP avant son concert, le jeune chanteur au succès fulgurant depuis son passage réussi au concours télévisé "The Voice" 2014, très regardé dans l'Hexagone et ailleurs, s'est dit «fier de pouvoir se produire à Mawazine qui est l'un des plus grands festivals du monde». Connu lors de l'émission pour avoir chanté les tubes d'autres artistes confirmés, il peut s'enorgueillir maintenant de pouvoir revendiquer son propre style et son identité musicale : la gipsy pop. "J'ai été pour longtemps Kendji de The Voice, maintenant c'est Kendji Girac. C'est l'objectif que je m'étais fixé avec mon équipe. Maintenant c'est bon, j'ai mon identité et j'ai mon propre style", s'est réjoui, l'artiste toujours fier de ses origines gitanes. "C'est de la musique gipsy, la rumba gitana de chez nous, mais que j'ai renommée gipsy pop. C'est pour faire accepter le style gipsy aux jeunes, une sorte de mélange avec la pop", a expliqué le chanteur, ravi de voir son style plaire aux jeunes.
Lors d'une conférence de presse avant son spectacle, le jeune chanteur, issu de la communauté des gens du voyage, a réitéré son attachement à la culture gitane qui est "un grand patrimoine" porteur de beaucoup de valeurs, tout en célébrant la fête et la musique. Il n'écarte pas la possibilité de collaborer avec des musiciens arabes voire de chanter en arabe. "J'écoute beaucoup la musique arabe, ce n'est pas loin du flamenco. D'ailleurs, plusieurs duos gypsi se sont formés avec des chanteurs de rai", a-t-il fait observer.
Pour l'heureux lauréat de The Voice, tout a commencé quand il a posté une vidéo sur Internet en 2013 avec une reprise gipsy de Bella de Maître Gims. "J'ai eu de la chance d'être vu et apprécié, mais je n'ai pas perdu le chemin ni pris la grosse tête, grâce au soutien de ma famille. Je suis très fier de ne pas changer", a-t-il dit avec satisfaction. Son succès est tel qu'il réalise avec deux albums aujourd'hui plus de ventes de disques que le grand Mika, son coach à qui il doit son ticket d'entrée à l'émission The Voice. "Cela ne peut que me faire plaisir. Cela prouve qu'il ne s'est pas trompé en croyant en moi", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.