Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Shaggy: J'aimerais tourner un clip au Maroc
Publié dans Libération le 28 - 05 - 2016

Souffrant d'une otite et sous antibiotiques, le célèbre chanteur jamaïcain Shaggy a tout de même tenu à prendre l'avion pour être au rendez-vous du Festival Mawazine-rythmes du monde. Pour sa première apparition au Maroc, le prince du dancehall a donné un concert mémorable jeudi sur la scène
OLM-Souissi à Rabat.
Défiant l'avis de son médecin, Shaggy a confié, lors d'une conférence de presse à quelques heures de son concert, qu'il n'a pas voulu rater l'opportunité de se produire dans ce grand festival international, assurant qu'il va mieux grâce aux médicaments tout en espérant être en forme pour le concert du soir. «Oui, je suis un peu malade, mon médecin m'a interdit de prendre l'avion. Mais j'ai fait le choix de prendre le risque et de venir ici à Mawazine. Mais par contre, il m'a prescrit des antibiotiques très forts et hier j'ai dû me reposer à mon arrivée ici», a-t-il confié. Il s'agit de sa première visite au Maroc qu'il connaît à travers le producteur marocain Red One. Shaggy a affirmé à cet égard qu'il aimerait bien tourner un vidéo clip dans le Royaume s'il est soutenu financièrement par son producteur.
Il s'est dit également ouvert à une éventuelle collaboration avec des artistes arabes, d'autant plus que la langue n'a jamais été un obstacle pour la conception de ses projets musicaux. Car seules importent à ses yeux, dit-il, la mélodie et la valeur musicale de l'œuvre qui devrait le toucher. "Tant que la musique me parle, je suis partant", a-t-il dit.
Depuis vingt ans et son hit mondial «Boombastic», le chanteur a vendu des dizaines de millions d'albums et remporté plusieurs Grammy Awards. Et pourtant, enfant, ce n'est pas la musique qui l'attirait. Né en 1968 à Kingston, le jeune Orville Richard Burrell rêve de devenir pompier. A 18 ans, il quitte la Jamaïque pour suivre sa mère à New York. Après plusieurs petits boulots, il s'engage dans l'armée et, pendant ses permissions, il écrit quelques titres dont la reprise «Oh Carolina» en 1993. De retour à la vie civile, Shaggy enregistre le morceau en Grande-Bretagne l'année suivante. C'est le succès immédiat : la chanson atteint les premières places dans une dizaine de pays.
Apprécié pour son style particulier, fidèle aux rythmes du reggae mais avec un style pop, rock et hip-hop indéniable, Shaggy signe la même année avec Virgin le plus gros contrat jamais proposé à un artiste reggae. Après Pure Pleasure, c'est l'album Bambastic, sorti en 1995, qui consacre définitivement le statut de Shaggy : l'opus devient disque de platine et remporte le Grammy du meilleur album reggae, tandis que le single éponyme, utilisé par Levi's pour sa campagne mondiale, fait de Shaggy l'équivalent d'un Puff Daddy.
Sa double culture jamaïcaine et américaine lui permet d'incorporer harmonieusement au reggae le rap et le RnB. Son second album, Midnite Lover, confirme l'incroyable talent du chanteur qui marque, avec la sortie de Hot Shot en 2000, la naissance du style dancehall moderne. Classé numéro un partout, ce troisième album est le plus gros succès de Shaggy. Plusieurs fois disque de platine, l'opus se vend à plus de 5,5 millions d'exemplaires. L'engouement est tel que Shaggy est nommé 7 fois aux Billboard 2001 et repart avec les trophées d'artiste et d'album masculin de l'année.
Aujourd'hui à l'apogée de sa carrière, Shaggy consacre désormais une grande partie de son temps à des œuvres caritatives ou à la recherche de fonds. Le chanteur a notamment créé la Fondation Shaggy, qui a contribué à récolter plusieurs millions de dollars en vue de financer un hôpital pour enfants de Kingston, entre autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.