Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débat à Errachidia sur la question des changements climatiques
Publié dans Libération le 01 - 06 - 2016

A l'approche de la COP 22, prévue en novembre prochain à Marrakech, les acteurs civils multiplient les rencontres pour donner plus de visibilité aux problèmes, aux solutions et aux perspectives, liés à la question des changements climatiques. Au Sud-est, les préparatifs ont coïncidé avec la clôture d'un grand projet dans ce sens, en l'occurrence : «Gouvernance des ressources hydriques oasiennes».
A cette occasion, l'Association Oasis Ferkla pour l'environnement et le patrimoine (AOFEP) organise, le jeudi 2 juin courant à Errachidia, un atelier national de clôture dans le but de communiquer davantage sur le projet, mais aussi de partager la synthèse et les recommandations du projet avec les différents acteurs et partenaires. Il s'agit, selon le président de l'association, Lahcen Kabiri, d'une occasion pour mettre le point sur le devenir des suggestions et recommandations et la manière de les défendre et les appuyer pour les traduire dans les faits.
Une particularité saillante de ce projet, selon ses initiateurs, reste la contribution au renforcement des capacités et du rôle de la société civile en matière d'accompagnement et d'influence des politiques publiques liées au secteur de l'eau. Il serait ainsi propice d'évaluer l'impact et l'adéquation avec la spécificité oasienne, de promouvoir l'implication et la participation de la société civile des oasis dans la planification et la gestion des ressources hydriques, et de formuler des recommandations en faveur de la prise en considération de la spécificité oasienne.
Financé par l'Union européenne : UE-ONG de renforcement de la gouvernance, ce projet qui a été initié en partenariat avec le Programme de microfinancements du FEM (Fonds pour l'environnement mondial) - PNUD Maroc, intervient dans le cadre du projet PACO3 (Programme d'actions concertées des oasis 2013-2016), porté par l'Association Oasis Ferkla pour l'environnement et le patrimoine (AOFEP) en tant que point focal au Maroc du Réseau associatif de développement durable des oasis (RADDO).
Quant aux objectifs établis depuis le début du projet, qui s'étend sur les provinces oasiennes de Figuig, Errachidia, Tinghir, Ouarzazate, Zagora et Tata, ils ont trait à la gestion et la mise en œuvre des projets et programmes environnementaux, à l'accès et l'utilisation de l'information et des connaissances environnementales et à l'accompagnement et l'influence des politiques et des lois liées au secteur de l'eau (notamment la loi n°10-95 sur l'eau en cours de révision).
Selon un communiqué, ce projet, mené depuis janvier 2015, a pu réaliser plusieurs actions conformément au calendrier du projet en impliquant plus de 250 acteurs oasiens d'horizons divers : les associations de développement local et les associations d'usagers d'eau agricole comme étant le principal public ciblé par le projet, les coopératives, les groupements d'intérêt économique, les administrations en charge et/ou concernées par la gestion de l'eau, les institutions de recherche, les universités, les entrepreneurs, les chercheurs, les étudiants et les médias.
Les activités réalisées comportaient des formations, des ateliers aux niveaux régional et local, des briefings de gouvernance hydrique, un panel d'experts, la production de documents de position, la diffusion de lettres d'informations électroniques mensuelles et l'organisation d'une campagne de presse avec l'appui d'une agence de communication. La première phase du projet était également sanctionnée par la production d'un document qui présente les recommandations de la société civile oasienne, et qui a été remis aux partis politiques des deux Chambres et au président de la région Draâ-Tafilalet dans le cadre de l'adoption de la nouvelle version du projet de loi 36-15 sur l'eau par le Conseil de gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.