Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Code pénal de Ramid fait peu de cas des droits et libertés
Publié dans Libération le 13 - 06 - 2016

Le projet de loi n° 10­16 modifiant et complétant les dispositions du Code pénal a été adopté par le Conseil de gouvernement. Il comporte plusieurs nouveautés comme l'incrimination de la disparition forcée, du trafic des migrants, du profit d'un tiers de mauvaise foi, des crimes financiers relatifs au détournement, à l'abus de pouvoir et à la corruption, ainsi que l'inclusion des crimes de génocide, des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre.
Le texte en question a révisé également certains éléments ou des définitions de certains crimes, comme la torture ou la définition des armes, ainsi que la requalification de l'agression et de l'abus sexuel sur mineur, élevés désormais au niveau de crimes, tout en stipulant la non­application des circonstances atténuantes en matière d'agressions et d'abus sexuels sur mineur.
Le projet a aussi introduit des peines alternatives ou supplémentaires et l'augmentation de l'amende minimale à 2.000 dirhams en cas de peines délictuelles et de l'amende maximale à 2.000 dirhams en cas de peines contraventionnelles, en disposant que les peines alternatives sont les travaux d'intérêt général, les amendes journalières, la limitation de certains droits ou encore l'imposition de mesures de contrôle, médicales ou de qualification.
« Il faut préciser qu'il ne s'agit en aucun cas d'une révision du Code pénal mais plutôt de la modification et la complétion de certains de ses dispositions. On est loin du discours affiché il y a deux ans lors du lancement du dialogue national sur la réforme de la justice où il a été question de revoir les 400 articles du Code pénal », nous a expliqué Allal Basraoui, avocat au Barreau de Khouribga. Et d'affirmer : « Depuis trois mois, le gouvernement a changé de discours en parlant de quelques modifications apportées à quelques articles et non de la révision totale du texte vu qu'il ne dispose pas de temps nécessaire ni de moyens pour mener à bien ce gigantesque travail législatif. La révision complète du Code a été reportée à une date ultérieure à l'inverse de la révision du Code de la procédure pénale qui a été maintenue. La révision du Code suppose le changement de sa structure. Pourtant, ces modifications vont sûrement voir le jour avant la fin du mandat de l'Exécutif actuel».
Notre source nous a précisé, par ailleurs, que ces révisions concernent des questions prioritaires et urgentes comme la lutte contre la torture et le terrorisme. « L'ensemble de ces dispositions sont en relation avec l'adoption de plusieurs conventions internationales et avec des lois qui seront promulguées prochainement. C'est le cas par exemple pour les dispositions contre la torture et qui doivent être en conformité avec la mise en œuvre prochainement du mécanisme national de la lutte contre la torture. C'est le cas aussi des articles relatifs à la lutte contre la traite humaine qui doivent être en adéquation avec la nouvelle loi adoptée il y a peu par une commission parlementaire », nous a-t-elle précisé. Et de poursuivre : « Pourtant, il faut souligner que certains articles devenus dernièrement sujet de débats de société tels que la pénalisation du non-jeûneur, les relations sexuelles hors mariage, l'homosexualité n'ont pas été révisés mais reportés à plus tard ».
De son côté, Mohamed Nouhi, président de l'Instance marocaine des droits de l'Homme, a fustigé l'absence d'une référence universelle aux droits de l'Homme au niveau du préambule de ce projet de loi. Il a critiqué la domination d'une référence conservatrice qui a balayé d'un revers de main l'ensemble des revendications du mouvement associatif. « Nombreuses sont les régressions à souligner au niveau de ce projet de loi. C'est le cas du maintien de la peine de mort et de certains articles qui constituent une vraie atteinte à la liberté du culte et aux libertés individuelles. C'est le cas également avec les dispositions relatives à l'emprisonnement des journalistes ou le maintien de l'article 288 pénalisant les grèves », nous a-t-il déclaré.
Notre source est catégorique. Ce projet de loi porte atteinte à de nombreux droits et libertés alors qu'il est censé être en conformité avec plusieurs conventions ratifiées par le Maroc ainsi qu'avec l'esprit de la Constitution de 2011. « Il y a certains aspects positifs dans ce projet, mais ils sont limités et insuffisants », a conclu Mohamed Nouhi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.