Message du président des EAU au roi Mohammed VI    Compteur Coronavirus : 684 cas testés positifs, 4.495.477 personnes vaccinées    Guinée : Une fausse annonce de suspension du Ramadan suscite la polémique    Casablanca : Inauguration de l'annexe du tribunal de commerce réservée au registre de commerce    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 684 nouveaux cas, 502.961 au total, mardi 13 avril 2021 à 18 heures    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    La haute précision marocaine mondialement reconnue    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Lutte anti-Covid: Le doute se pose sur l'efficacité des vaccins chinois    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accord sur le nucléaire fragilisé par une énième crise irano-américaine
Publié dans Libération le 24 - 12 - 2016

Renouvellement d'une loi sur les sanctions américaines et menaces iraniennes de construire des navires à propulsion nucléaire: une énième crise entre Washington et Téhéran fragilise l'accord nucléaire, critiqué par le futur président Donald Trump, estiment des experts.
Début décembre, le Congrès américain a renouvelé pour dix ans l'Iran Sanction Act (ISA), qui expire à la fin de l'année. Le président sortant Barack Obama, très impliqué dans la conclusion en 2015 d'un accord nucléaire historique, a autorisé cette prolongation mais s'est abstenu de signer la loi.
Le guide suprême iranien Ali Khamenei et le président Hassan Rohani ont dénoncé une "claire violation" de l'accord nucléaire conclu avec le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), qui garantit la nature pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée progressive des sanctions économiques internationales.
Après l'entrée en vigueur de cet accord en janvier, Washington avait suspendu les principales sanctions prévues par l'ISA, dont celles liées aux investissements dans les secteurs pétrolier et gazier de l'Iran.
Cependant d'autres sanctions, distinctes de l'ISA, et liées au terrorisme, aux droits de l'Homme et au programme balistique iranien, sont restées en place.
Mais pour la Maison Blanche, le renouvellement de l'ISA ne change pas grand-chose dans la mesure où les principales sanctions qu'il prévoit restent suspendues tant que l'Iran respecte sa promesse de limiter ses activités nucléaires sensibles.
Pour les responsables iraniens, l'article 26 de l'accord nucléaire affirme que les Etats-Unis "s'abstiendront d'imposer ou de réintroduire des sanctions mentionnées à l'annexe II" de l'accord, ce qui comprend l'ISA.
"L'accord n'a jamais plu au Congrès américain, qui veut profiter du fait que le mandat d'Obama touche à sa fin pour trouver le moyen de le violer sans se faire trop remarquer", estime Foad Izadi, professeur de sciences politique à l'Université de Téhéran.
Mais pour des experts occidentaux, cela ne fait pas de différence si l'ISA est renouvelé ou pas.
"Tant que cela n'a pas d'impact concret, peu importe la législation. Je pense que ce sont des manoeuvres politiques des Iraniens", dit Dan Newcomb, un avocat spécialisé dans les sanctions au cabinet Shearman & Sterling à New York.
Les dirigeants iraniens sont frustrés car l'accord nucléaire n'a pas produit les bénéfices escomptés, estime M. Izadi. "L'Iran n'a pas obtenu ce qu'il pensait obtenir", dit-il.
Et le régime de sanctions américaines maintenues pénalisent les relations économiques de Téhéran avec le reste du monde.
Pour Téhéran, le Trésor américain doit faire plus pour rassurer les banques qui hésitent à travailler avec l'Iran en raison des sanctions.
"Certaines banques ont demandé un feu vert mais ils n'ont obtenu qu'un feu orange, cela n'est pas suffisant", affirme M. Izadi.
Sans oublier l'arrivée en janvier à la Maison Blanche de Donald Trump, qui s'est entouré de conseillers hostiles à l'Iran et avait promis lors de sa campagne de démanteler l'accord nucléaire.
Outre ses protestations publiques, M. Rohani a ordonné aux scientifiques de son pays d'entamer "la conception et la production de moteurs à propulsion nucléaire pour le transport maritime".
Une menace minutieusement choisie puisque de tels navires peuvent utiliser de l'uranium hautement enrichi, qui sert aussi pour la fabrication d'armes nucléaires.
"L'Iran veut montrer qu'il réfléchit à une action forte mais sans passer vraiment à l'acte", explique Shashank Joshi, du groupe de réflexion RUSI à Londres. "Et s'il est poussé trop loin, il est prêt à déchirer l'accord".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.