Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Chauffeurs de taxi: Cet autre corps de métier qui pâtit de la crise sanitaire    Communiqué du BP du PPS    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    «Avoir un bon réseau est utile dans l'insertion sociale et professionnelle future»    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Le virus prépare une révolution monétaire    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cameroun au forceps
Publié dans Libération le 30 - 01 - 2017

Le Cameroun, grâce à un excellent gardien Fabrice Ondoa et un coup de maître tactique de son sélectionneur belge Hugo Broos, s'est qualifié pour les demi-finales de la Coupe d'Afrique des nations, en l'emportant sur le fil aux tirs au but (5-4, 0-0 a.p.) face au Sénégal.
Le Sénégal n'y arrive décidément pas. Parmi les équipes favorites de la compétition, les Lions de la Téranga voient le scenario de la finale perdue au Mali contre le Cameroun en 2002 se reproduire quinze ans plus tard à Franceville. A l'époque le capitaine sénégalais s'appelait Aliou Cissé, qui a revécu le même cauchemar samedi soir sur le banc comme sélectionneur du Sénégal.
Hugo Broos avait en tête une façon bien précise de battre le Sénégal: face à une équipe bien plus forte sur le terrain, ses Lions indomptables ont fermé la boutique pendant 120 minutes, mis à part deux ou trois incursions dans le camp sénégalais, puis ont cueilli les Sénégalais lors de la séance de tirs au but.
Et comme un clin d'oeil de l'histoire, c'est le joueur le plus connu des Lions de la Téranga, l'attaquant de Liverpool Sadio Mané, qui a été le seul à rater son tir au but, sur une magnifique parade de Fabrice Ondoa.
"Le coach a fait un boulot extraordinaire, et les joueurs ont été réceptifs. Ce groupe a montré de la qualité", s'est félicité Benjamin Moukandjo, le capitaine des Camerounais, au micro de beIN Sports.
"Aujourd'hui on a joué contre une forte équipe", a reconnu Broos, mettant en valeur la combativité de ses joueurs.
Pendant 90 minutes, les Sénégalais ont dominé la partie avec des occasions amenées par un très bon Keita Baldé Diao.
Si en première période, ils ont pioché dans la conclusion de leurs occasions, ils sont tombés sur un Ondoa en très grande forme en seconde période.
Le gardien remplaçant du Séville FC a repoussé d'une manchette un tir de Moussa Sow à quatre minutes de la fin du temps réglementaire, et s'est montré une nouvelle fois impérial toujours face à Sow dans le temps additionnel, permettant au Cameroun de disputer une prolongation.
"Vous avez vu le travail qu'ils ont fait. Il y a beaucoup de gens qui travaillent et étudient les adversaires. Je dois leur tirer un coup de chapeau", a loué modestement Ondoa, qui savait exactement ce qu'il devait faire sur le tir au but de Sadio Mané, inconsolable sur la pelouse de Franceville.
Mais les Lions indomptables auraient pu s'éviter une stressante séance de tirs au but, si Jacques Zoua n'avait pas buté sur le gardien sénégalais Abdoulaye Diallo juste avant la fin de la première période de la prolongation.
Dernière étape pour les Camerounais avant une septième finale en Coupe d'Afrique des nations: une demi-finale toujours à Franceville contre le Ghana ou la RD Congo, qui devaient s'affronter hier à Oyem.
Les Lions indomptables, lauréats à quatre reprises de la CAN, n'ont plus disputé une finale depuis la défaite contre l'Egypte en 2008 au Ghana. Une éternité pour les supporters à Yaoundé.

Le Burkina brise le rêve de la Tunisie
Coucou, le revoilà: héros du Burkina Faso finaliste de la CAN en 2013, Aristide Bancé a libéré son équipe longtemps prise dans les filets d'un match serré et fermé contre la Tunisie, offrant samedi aux Etalons, vainqueurs 2-0, un billet pour la demi-finale de l'édition 2017.
Entré en cours de jeu, par l'art du coaching du sélectionneur portugais Paolo Duarte, le géant de l'ASEC Abidjan (1,93 m) a débloqué la situation sur un coup de pied arrêté, d'une puissante frappe en extension qui a fusé en laissant sans réponse le gardien tunisien Ayem Mathlouti (80).
La minute suivante, Bancé a failli entrer dans la légende en envoyant une balle sur le poteau droit. Partie remise pour les Etalons: sur un contre, Prejuce Niguimbe Nakoulma double la mise, enflammant les 10.000 spectateurs largement acquis à la cause des enfants du pays des Hommes libres.
Avant ces dix minutes de feu, le match avait été parfois de glace, tant les deux équipes se sont neutralisées. Avec Ayem Mathlouti de retour dans les buts après sa blessure contre l'Algérie et Aymen Abdenour sur la gauche, la Tunisie a dominé sur le papier la première mi-temps d'après toutes les statistiques (possession du ballon et huit tirs au but contre quatre).
Mais ces 45 premières minutes furent souvent hachées sur la pelouse du stade de l'Amitié, qui portait d'ailleurs bien mal son nom vu les quatre cartons distribués à juste titre par l'arbitre sud-africain Bennett (exemple parmi d'autres, un vilain geste de Mohamed Ali Yacobi sur le gardien Kouakou Koffi, saisi en gros plan par les caméras du stade).
Une seule action méritera de figurer dans l'anthologie de la CAN-2017: un contrôle-pivot-pichenette du gauche juste au-dessus de la transversale de Betrand Traoré, à la conclusion d'un immense travail de Nakoulma et d'une belle combinaison avec Bayala (23).
La réponse tunisienne prit la forme d'une frappe à côté de Mohamed Ben Amor sur un coup-franc en retrait de Wahbi Khazri (31).
En deuxième mi-temps, les deux équipes ont continué à faire jeu égal au fil d'un match que l'on jugera au choix riche en engagements ou pauvre en occasion de buts. Wahbi Khazri a eu du mal à cacher son énervement lors de son remplacement peu après l'heure de jeu, refusant de serrer la main de son coach Henri Kasperczak.
Ça sentait les prolongations, ou le but décisif. Ce fut le coup de force de Bancé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.