L'oral d'El Othmani devant la 1re Chambre    Examen des projets de loi relatifs aux Soulaliyates    El Jadida: Projet de cimenterie à 2,6 milliards de DH    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    Essaouira: Quand les gnaoua reçoivent le monde    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Casablanca : entrée en vigueur des nouveaux contrats    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Neymar. Blaugrana de nouveau ?    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Audition du chef du FBI à propos des écoutes téléphoniques
Publié dans Libération le 20 - 03 - 2017

Tous les regards seront tournés ce lundi vers une audition du directeur du FBI James Comey, espérant des lumières sur les liens entre Donald Trump et la Russie ainsi que les accusations d'écoutes du président proférées contre son prédecesseur.
Jusqu'à présent, le principal dirigeant de la police fédérale américaine s'est refusé à commenter publiquement les deux sujets, suscitant l'ire de nombreux parlementaires, républicains notamment, qui dénoncent un refus de coopérer.
Après qu'ils lui aient soumis un ultimatum, menaçant de bloquer la nomination de l'adjoint du ministre de la Justice, Rod Rosenstein, James Comey s'est finalement rendu au Capitol mercredi pour une présentation au président de la commission de la Justice du Sénat américain, le républicain Chuck Grassley.
Mais rien n'a filtré de ce briefing à huis clos, qui a porté sur des "sujets sensibles et hautement classifiés", a indiqué, à l'issue de l'entrevue, la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, qui fait partie de la commission et était présente.
Lors de l'audition publique d'aujourd'hui devant la commission sur le Renseignement de la Chambre des représentants, James Comey devrait ainsi indiquer, pour la première fois, si les relations entre l'équipe de Donald Trump et la Russie avant l'investiture de l'homme d'affaires font l'objet d'une véritable enquête du FBI.
La révélation de contacts entre le conseiller à la sécurité de Donald Trump, Michael Flynn, et l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis avant l'investiture, a poussé l'ancien général à la démission, mi-février.
Plusieurs médias américains ont avancé que d'autres proches de M. Trump, y compris son gendre et proche conseiller Jared Kushner, auraient rencontré Sergueï Kisliak à la Trump Tower à New York en décembre.
La Maison Blanche a nié de manière répétée toute collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.
James Comey sera aussi interrogé sur l'état d'avancement d'une autre enquête, annoncée publiquement celle-là, concernant d'éventuelles interférences de la Russie dans le déroulement du scrutin présidentiel aux Etats-Unis.
Le renseignement américain a accusé publiquement Moscou d'avoir piraté les comptes de responsables du parti démocrate et suggéré que ces attaques avaient été menées pour favoriser l'élection de Donald Trump.
La Russie a réfuté en bloc ces accusations.
James Comey devrait également être questionné au sujet de possibles investigations de ses services concernant les allégations du président Trump qui affirme avoir été mis sur écoute à la demande de Barack Obama.
Les président et vice-président de la commission sur le Renseignement du Sénat ont indiqué ne disposer d'aucune information validant ces accusations.
Leurs homologues de la Chambre des représentants ont eux aussi mis en doute les propos du président des Etats-Unis, tout comme le président de la Chambre, Paul Ryan.
Mais le président des Etats-Unis n'en démord pas et a encore fait référence à cette prétendue surveillance lors de sa conférence de presse conjointe avec Angela Merkel, vendredi.
Sur le ton de la plaisanterie, il a lancé à la chancelière allemande qu'"en matière de mise sur écoute par la précédente administration, au moins (ils avaient) quelque chose en commun... peut-être".
Donald Trump et son porte-parole, Sean Spicer, ont fait plusieurs fois référence à des propos tenus par un présentateur de la chaîne Fox News, Brett Baier, qui, comme d'autres médias conservateurs, appuie ses accusations sur un article publié par le site conservateur Heat Street début novembre.
L'article assure que l'administration Obama aurait demandé que des communications, notamment celles de Donald Trump et de certains de ses conseillers, soient interceptées par le renseignement américain.
Aucun média n'a pu confirmer ces allégations.
Vendredi, Sean Spicer a été plus loin sur ce chapitre, relayant les propos d'un ancien juge sur Fox News assurant que les écoutes avaient été menées, à la demande de l'administration Obama, par l'agence de surveillance britannique GCHQ.
Dans un entretien à la BBC publié samedi, le numéro deux de l'agence de renseignement américaine NSA, Rick Ledgett, a estimé que ces accusations étaient "complètement insensées".
Outre James Comey, le directeur de la NSA, Mike Rogers, sera également entendu aujourd'hui par la commission sur le Renseignement de la Chambre des représentants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.