Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Merkel réussit haut la main un scrutin-test
Publié dans Libération le 28 - 03 - 2017

Le parti conservateur d'Angela Merkel a nettement remporté dimanche une élection régionale test en Sarre, douchant dans l'immédiat les espoirs des sociaux-démocrates de faire chuter la chancelière allemande lors des législatives de septembre.
Les chrétiens-démocrates (CDU) ont remporté 40,7% des voix selon les résultats définitifs publiés dans la soirée, soit plus de cinq points de mieux que lors du dernier scrutin dans cette ancienne région minière, à tradition ouvrière, frontalière de la France.
Parti avec l'objectif d'une victoire au vu de récents sondages, le parti social-démocrate (SPD) se retrouve nettement distancé, avec 29,6% des voix, alors que cette première élection de l'année devait mesurer la capacité réelle de son nouveau dirigeant Martin Schulz à faire vaciller Angela Merkel après 12 ans de pouvoir.
Le SPD affiche au final un recul d'un point par rapport au dernier scrutin pour le renouvellement du Parlement régional en Sarre, en 2012.
"Ce n'est pas une bonne soirée pour nous", a reconnu Martin Schulz. "Mais cela ne veut pas dire que nous ne remporterons pas notre objectif de changement à la chancellerie" en septembre, veut-il croire, en soulignant que les élections étaient "un marathon et pas un sprint".
Même si la portée de ce scrutin est relative car la Sarre ne compte que 800.000 habitants, soit seulement 1% de la population allemande, il était scruté de près en vue des législatives du 24 septembre, qui seront précédées de deux autres scrutins régionaux en mai.
Le résultat va requinquer la chancelière, qui briguera en septembre un quatrième mandat, dans une période délicate pour elle.
Elle subissait l'effet conjugué ces derniers mois des critiques à droite contre sa politique migratoire généreuse et de la poussée à gauche des sociaux-démocrates dans les sondages depuis le début de l'année suite à l'arrivée à leur tête de Martin Schulz, l'ancien président du Parlement européen.
"Il s'agit d'un résultat qui donne du courage à la CDU", a souligné le bras droit d'Angela Merkel à la chancellerie, Peter Altmeier, en direction des caciques du parti qui commençaient à critiquer la passivité apparente de la dirigeante dans la campagne.
Sa stratégie éprouvée consistant à faire le dos rond face aux vents contraires et à compter sur son image rassurante pour convaincre paraît avoir à nouveau fonctionné.
La Sarre constitue a contrario un premier revers personnel pour Martin Schulz.
L'"effet Schulz" sur lequel pariait le SPD, avec un discours clairement à gauche sur les questions sociales et une volonté de s'afficher comme homme "proche du peuple", montre ainsi, au moins provisoirement, ses limites.
Le SPD espérait au moins en Sarre talonner la CDU, afin de pouvoir par le jeu des alliances s'emparer du pouvoir régional via une coalition avec la gauche radicale de Die Linke. Cette dernière finit en repli, à 12,9%.
Le nombre combiné de sièges des deux partis de gauche ne suffira pas à forger une telle coalition.
Des sondages sortis des urnes montrent en réalité que le SPD a été pénalisé en Sarre par la perspective d'une alliance avec la gauche radicale, issue de l'ex-parti communiste de RDA, qui effraie une partie de l'électorat.
"Cela nous a manifestement nui", a reconnu le ministre social-démocrate de la Justice, Heiko Maas, alors que ce scénario commençait à être caressé au niveau national.
En Sarre, le SPD ne devrait avoir d'autre choix que de rester partenaire minoritaire d'une coalition dirigée plus fermement que jamais par la CDU et sa cheffe de file locale, Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommée la "Merkel de la Sarre" et que la chancelière considère, à en croire les médias allemands, comme une dauphine possible.
La droite nationaliste de l'AfD, pour sa part, fait son entrée dans le Parlement de Sarre, avec 6,2%.
Elle est désormais présente dans 11 Parlements régionaux sur 16 mais elle marque le pas en termes d'audience à mesure que la question des réfugiés, qui a beaucoup polarisé, reflue dans les priorités de l'opinion. Une autre bonne nouvelle pour Angela Merkel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.