La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Article 1062580    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Merkel réussit haut la main un scrutin-test
Publié dans Libération le 28 - 03 - 2017

Le parti conservateur d'Angela Merkel a nettement remporté dimanche une élection régionale test en Sarre, douchant dans l'immédiat les espoirs des sociaux-démocrates de faire chuter la chancelière allemande lors des législatives de septembre.
Les chrétiens-démocrates (CDU) ont remporté 40,7% des voix selon les résultats définitifs publiés dans la soirée, soit plus de cinq points de mieux que lors du dernier scrutin dans cette ancienne région minière, à tradition ouvrière, frontalière de la France.
Parti avec l'objectif d'une victoire au vu de récents sondages, le parti social-démocrate (SPD) se retrouve nettement distancé, avec 29,6% des voix, alors que cette première élection de l'année devait mesurer la capacité réelle de son nouveau dirigeant Martin Schulz à faire vaciller Angela Merkel après 12 ans de pouvoir.
Le SPD affiche au final un recul d'un point par rapport au dernier scrutin pour le renouvellement du Parlement régional en Sarre, en 2012.
"Ce n'est pas une bonne soirée pour nous", a reconnu Martin Schulz. "Mais cela ne veut pas dire que nous ne remporterons pas notre objectif de changement à la chancellerie" en septembre, veut-il croire, en soulignant que les élections étaient "un marathon et pas un sprint".
Même si la portée de ce scrutin est relative car la Sarre ne compte que 800.000 habitants, soit seulement 1% de la population allemande, il était scruté de près en vue des législatives du 24 septembre, qui seront précédées de deux autres scrutins régionaux en mai.
Le résultat va requinquer la chancelière, qui briguera en septembre un quatrième mandat, dans une période délicate pour elle.
Elle subissait l'effet conjugué ces derniers mois des critiques à droite contre sa politique migratoire généreuse et de la poussée à gauche des sociaux-démocrates dans les sondages depuis le début de l'année suite à l'arrivée à leur tête de Martin Schulz, l'ancien président du Parlement européen.
"Il s'agit d'un résultat qui donne du courage à la CDU", a souligné le bras droit d'Angela Merkel à la chancellerie, Peter Altmeier, en direction des caciques du parti qui commençaient à critiquer la passivité apparente de la dirigeante dans la campagne.
Sa stratégie éprouvée consistant à faire le dos rond face aux vents contraires et à compter sur son image rassurante pour convaincre paraît avoir à nouveau fonctionné.
La Sarre constitue a contrario un premier revers personnel pour Martin Schulz.
L'"effet Schulz" sur lequel pariait le SPD, avec un discours clairement à gauche sur les questions sociales et une volonté de s'afficher comme homme "proche du peuple", montre ainsi, au moins provisoirement, ses limites.
Le SPD espérait au moins en Sarre talonner la CDU, afin de pouvoir par le jeu des alliances s'emparer du pouvoir régional via une coalition avec la gauche radicale de Die Linke. Cette dernière finit en repli, à 12,9%.
Le nombre combiné de sièges des deux partis de gauche ne suffira pas à forger une telle coalition.
Des sondages sortis des urnes montrent en réalité que le SPD a été pénalisé en Sarre par la perspective d'une alliance avec la gauche radicale, issue de l'ex-parti communiste de RDA, qui effraie une partie de l'électorat.
"Cela nous a manifestement nui", a reconnu le ministre social-démocrate de la Justice, Heiko Maas, alors que ce scénario commençait à être caressé au niveau national.
En Sarre, le SPD ne devrait avoir d'autre choix que de rester partenaire minoritaire d'une coalition dirigée plus fermement que jamais par la CDU et sa cheffe de file locale, Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommée la "Merkel de la Sarre" et que la chancelière considère, à en croire les médias allemands, comme une dauphine possible.
La droite nationaliste de l'AfD, pour sa part, fait son entrée dans le Parlement de Sarre, avec 6,2%.
Elle est désormais présente dans 11 Parlements régionaux sur 16 mais elle marque le pas en termes d'audience à mesure que la question des réfugiés, qui a beaucoup polarisé, reflue dans les priorités de l'opinion. Une autre bonne nouvelle pour Angela Merkel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.