Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Air Arabia Maroc lance Casablanca-Rennes    Agadir : Inauguration du 5ème Sela Park    Ahmed Belhassan, PDG des Huileries du Souss, n'est plus    Brahim Nekkach s'est trouvé un club    LDC: toujours positif, Ronaldo non convoqué face au Barça    Le Prix de la littérature arabe : Deux auteurs marocains entrent en lice    Nos vœux    Communiqué du bureau politique du PPS    La main de Bouchaïb Habbouli...    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Bir Jdid : Quatre fkihs chasseurs de trésors mis sous les verrous    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    SM le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection    Reda El Hajhouj signe au FUS pour trois ans    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Le ministère des Finances propose aux investisseurs ses lignes de crédits    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Le roi Mohammed VI écrit au président tchèque    PLF 2021 : les appréciations du patronat    Ligue des champions : les résultats de la soirée    «Plaidoirie pour un Maroc laïque»    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Khalid Ait Taleb fait son plaidoyer    Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué    France-Islam : Halte à l'escalade    Un gouvernement terne et indolent!    GP du Portugal de F1 : Lewis Hamilton bat le record de victoires de Michael Schumacher    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    L'ONMT fonde ses espoirs sur l'international    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Vidéo : Pour lever la résistance au masque de protection contre le coronavirus    Ecomondo et Key Energy basculent vers le digital : 15 jours d'économie verte en Italie    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    Edito : Software    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    Covid-19 : Le président algérien hospitalisé    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    S.M le Roi félicite la Renaissance de Berkane suite à sa consécration en Coupe de la CAF    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Grand prix Tamouda décerné à Indivisibili
Publié dans Libération le 03 - 04 - 2017

Le long-métrage "Indivisibili" du réalisateur italien Edoardo De Angelis raflé le Grand prix Tamouda dans la catégorie long métrage de la 23ème édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan (25 mars-1 avril), qui a pris fin samedi soir dans la ville de la Colombe blanche.
Le jury du prix Tamouda dans la catégorie long métrage a décerné la mention spéciale aux films "Headbang Lullaby" de Hicham Lasri (Maroc) et "Park" de Sofia Exarchou (Grèce/Pologne).
Le prix de la critique (Mustapha Messnaoui) a, quant à lui, été remis à "Godless" de la Bulgare Ralitza Petrova, un film qui a également remporté le prix spécial jury Mohamed Reggab.
Le film "A Good Wife" de Marjana Karanović (Serbie/Bosnie/Croatie) a remporté le prix de première œuvre Azzedine Meddour, tandis que l'actrice espagnole Carmen Machi a remporté le prix de la meilleure interprétation féminine pour son rôle dans le film "La puerta abierta" de Marina Seresski (Espagne).
L'acteur Amr Saad a remporté le prix de la meilleure intérprétation masculine pour son rôle dans le film "Mawlana" du réalisateur égyptien Magdi Ahmed Ali.
Dans la catégorie long métrage, douze films de 15 pays de la Méditerranée étaient en lice pour le Grand prix Tamouda d'Or du Festival, ainsi que pour les prix spécial jury Mohamed Reggab, de première œuvre Azzedine Meddour, des meilleures interprétations féminine et masculine et du jury critique Mustapha Messnaoui.
Il s'agit de "Paris la blanche" de Lidia Terki (France), "La puerta abierta" de Marina Seresesky (Espagne), "Tramontane de Vatche Boulghourjian" (Liban), "Demain dès l'Aube" de Lotfi Achour (Tunisie- France), "Indivisibili" d'Edoardo De Angelis (Italie), "A Good Wife" de Karanović (Serbie/Bosnie/Croatie), "Amerika Square" de Yannis Sakaridis (Grèce), "Godless" de Ralitza Petrova (Bulgarie / Danemark / France), "Park" de Sofia Exarchou (Grèce/Pologne), "My Father's Wings" de Kivanc Sezer (Turquie), "Mawlana" d'Ahmed Majdi Ali (Egypte) et "Headbang Lullaby" de Hicham Lasri (Maroc).
Dans la catégorie documentaire, le prix première œuvre a été décérné au film "Islam pour mémoire" de Bénédicte Pagnot (France), qui a remporté la mention spéciale de la comission du spécial jury, dont le prix a été remis au film "Mail yarzail" de la réalistarice libanaise Ilian Rahib.
Dans la même catégorie, le prix de la ville de Tétouan a été décerné au film documentaire "La terre abandonnée" du réalisateur belge Gil Laurent qui a perdu la vie dans un attentat terroriste en 2016 à Bruxelles. Dans la catégorie documentaire, les douze films en compétition sont: "Islam pour mémoire" de Bénédicte Pagnot (France), "Delta Park" de Karine Devilliers et Mario Brenta (Belgique/Italie), "Hizam" de Hamid Benam (Algérie /France), "Histoire de Sanae" de Rogena Bassaly (Egypte), "Un dia vi 10.000 elefantes" d'Alex Guimera et Juan Pajares (Espagne), "La terre abandonnée" de Gilles Laurent (Belgique), "Bouchra : rêves en mouvement" de Khalid El Hasnaoui (Maroc), "Asphalt" d'Ali Hammoud (Liban), "Tout était un beau rêve– LE «Frenchie»" de Vukowar de Branko Istvancic (Croatie), "Weldek Rajel" de Ben Youssef Heifel (Tunisie), "Mayal Ya Ghazal" de Jocelyne Abi Gebrayel (Liban) et "Kazarken – En creusant" de Güldem Durmaz (Belgique/France).
Lors de la cérémonie de clôture de la 23 édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan, un vibrant hommage a été rendu à l'acteur marocain Mohamed Khouyi et à l'actrice espagnole Ana Fernandez.
Présidé par le réalisateur grec Panos Karkanevatos, le jury de la compétition long métrage était composé de la journaliste marocaine Fatima Loukili, l'actrice espagnole Cristina Plazas, la journaliste et critique italienne Cristiana Paterno, du critique français Francis Bordat, et de l'actrice ivoirienne Kadhy Touré.
Le jury des films documentaires, présidé par le cinéaste français Thomas Bauer, était composé de la critique italienne Patrizia Pistagnezi, de la réalisatrice espagnole Fatima Luzardo, de la chercheuse belge Annick Ghijzelings et de Mohamed Chouika (Maroc).
Abdelawahab Doukkali a été l'invité d'honneur de cette 23-ème édition organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.
Cet événement cinématographique a aussi rendu un vibrant hommage aux acteurs Khalid Sawi (Egypte), Ana Fernanandez (Espagne), Saâdia Labib et Mohamed Khouyi (Maroc).
"Le Ruisseau, le Pré Vert et le Doux Visage", un long métrage du réalisateur égyptien Yousry Nasrallah a ouvert le bal de cette édition dans la salle de théâtre du Cinéma Espagnol, tandis que le film français "Il a déjà tes yeux" de Lucien-Jean Baptiste a été projeté en clôture du festival.
Casablanca célèbre le tango argentin
La Chorale Polyphonique de Casablanca, dirigée par la chef de chœur Marie-Claire Agoumi, a illuminé le public casablancais avec le concert "Au chœur du tango", un spectacle grandiose célébrant le tango argentin.
Ce concert, initié par la Chorale avec le soutien de l'ambassade d'Argentine au Maroc, a tenu toutes ses promesses en emportant les spectateurs dans un voyage autour du tango à travers l'œuvre "Misa Tango" (Misa Buenos Aires) du célèbre compositeur argentin Martin Palmeri, interprétée avec brio par la Chorale Polyphonique de Casablanca.
Tenu au théâtre Mohammed VI de la ville blanche, le spectacle a été également marqué par la participation de l'Orchestre italien de Tango "Hypérion" ainsi que par une démonstration de tango par deux danseurs professionnels.
"Ce spectacle inédit au Maroc et en Afrique vise à faire découvrir au public marocain toutes les facettes du monde du tango par le biais du chant choral, de la musique et de la danse", a souligné Mme Agoumi dans une déclaration à la MAP en marge de cette manifestation culturelle.
Outre la valeur artistique et lyrique, poursuit la chef de chœur de la chorale casablancaise, ce concert permettra à la Chorale Polyphonique de Casablanca, qui a déjà la particularité de représenter une diversité sociale, générationnelle, culturelle et religieuse, de s'ouvrir sur d'autres cultures musicales, mettant l'accent sur l'importance du chant choral dans le rapprochement des êtres et la consolidation de la compréhension mutuelle.
Selon Mme Agoumi, "Misa Tango" (1996), une œuvre en latin qui n'en finit pas de parcourir le monde, où les plus grands chœurs l'inscrivent à leur répertoire, est l'une des rares œuvres chorales chantées dans les harmonies et les rythmes du tango argentin. C'est la première fois que cette œuvre est jouée en Afrique après avoir parcouru le monde entier, s'est félicitée Mme Agoumi, indiquant que l'interprétation de cette œuvre, chantée par les chœurs du monde entier, a nécessité plus d'une année de coordination, de travail et de répétitions.
La Chorale Polyphonique de Casablanca, créée en 1994, fait partie du Mouvement International "A cœur Joie". Elle est dirigée depuis plus de quinze ans par Marie-Claire Agoumi.
Constituée de plus de 60 choristes de différentes nationalités résidant à Casablanca, la Chorale Polyphonique de Casablanca offre l'image d'un brassage ethnique, culturel et artistique exemplaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.