Etat-Conseils communaux. À chacun son rôle    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Chine-Afrique: Bank Of Africa et CADFund signent une convention de partenariat    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    La France sous cloche à 18h Contrôles aux frontières renforcés    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Le Groupe d'amitié parlementaire HondurasMaroc réitère son soutien au plan d' autonomie    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La peinture ethnologique d'Essaouira présentée à Casablanca
Publié dans Libération le 12 - 05 - 2017

Les cimaises de la galerie B & S art gallery, fraîchement inaugurée à Casablanca, abritent actuellement sa première exposition collective de cinq artistes peintres issus de la cité des Alizés sur le thème «Peinture ethnologique d'Essaouira». Cette exposition, dont le vernissage a eu lieu le 4 mai courant, se poursuit jusqu'au 4 juin, mettant en lumière à la fois des tableaux, des sculptures, des installations des artistes Il s'agit de Mohammed Tabal, Abdellah Elatrach, AbderrahimTrifis, feue Benhila Regraguiaet Youssef Aït Tazarin.
Le dénominateur commun entre ces artistes, en plus de leur appartenance à la même ville, c'est qu'ils célèbrent, chacun à sa manière, un imaginaire social et traditionnel empreint de spiritualité et enraciné dans l'espace et le temps. Couleurs exaltantes, formes singulières (humaines et animales), références à des mythes oubliés, à des rites ésotériques afro-berbères, fantasmagories et mouvements ludiques défrayent le discours, dans des compositions époustouflantes. Un beau catalogue est édité à cette occasion, traçant le parcours de chaque artiste. Au-delà des catégorisations esthétiques, ce cadre de travail mettra en valeur les échanges et les négociations entre ces différents artistes qui président à la création et à son devenir. On a même le sentiment que les conditions de formation de ces artistes tiennent lieu dans la diversité de références de par les différents points de vue qu'ils abordent. L'événement tend à unir toutes les pièces de ces créations et peut-être même celles de l'enseignement auquel est affilié chacun de ces artistes.
Il faut dire que cette exposition constitue une expérience limite de la perception de l'art contemporain made in Essaouira comme territoire symbolique et comme langage compatible avec la thématique choisie. Les œuvres des cinq artistes réunis par Boubker Kadiri contribuent à cette réflexion par des formes qui, tout en échappant à sa représentation, tentent de donner à l'art contemporain une nouvelle identité. Il s'agit ici cependant d'accorder dans notre approche de l'art contemporain une place nouvelle à la diversité, de manifester toute la complexité de l'œuvre en revendiquant son sens caché.
La perspective, ici, des artistes présentés à la galerie B & S art gallery pour cet évènement communautaire, serait de favoriser l'émergence d'une approche d'avant-garde dont le fil conducteur serait la diversité des talents rejoignant une même vision. Ces artistes souiris tentent ainsi un engagement sans concession dans un média toujours revisité. Au-delà d'un historique contraignant, leur volonté est tout à fait libertaire vis-à-vis de l'utilisation des couleurs et de l'organisation de la production des expériences visuelles abordées.
Certes, ici, chaque toile a son propre caractère, son propre message. Dans ces peintures et sculptures très originales, peu importe la technique employée et les outils utilisés, l'essentiel est le résultat obtenu, de quoi déloger les regards même les plus blasés. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la liberté se manifeste chez nos artistes par un traitement particulier avec une bonne dose de créativité tout à fait contemporaine. C'est d'ailleurs le principe et le défi de cet événement artistique.
Le parti-pris de cette exposition consiste à laisser le spectateur se départir de tout a priori, pour que le regard devienne sensible à l'extrême, s'attardant tout autant sur le travail de chaque artiste et finalement approfondir son propre rapport à l'imaginaire - reflet d'une identité libre, réceptive à l'infini.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.